DE | FR

L'affaire Floyd hâte le Congrès américain à revoir les lois policières

La condamnation mardi de l'ex-policier de Minneapolis Derek Chauvin pour le meurtre de George Floyd a relancé le projet de loi qui édicte plusieurs impératifs à prendre concernant les violences policières aux Etats-Unis. Quid de ce débat hautement sensible?
22.04.2021, 09:4122.04.2021, 16:02

Derek Chauvin a été reconnu coupable de meurtre, d'homicide involontaire et de violences volontaires sur George Floyd. Un triple verdict salué dans le monde entier, mais qui, pour beaucoup encore, restera vain tant qu'un changement durable ne se sera pas produit au sein de la police américaine.

Un projet de loi du nom de George Floyd Justice in Policing Act, notamment soutenu par Kamala Harris, avait déjà été présenté en ce sens au Congrès américain le 6 août 2020. Mais sans résultat. La récente réaction de Joe Biden assurant vouloir venir à bout du racisme systémique dans le pays a permis un nouvel élan d'espoir concernant le projet de loi.

«Il s'agit là d'une nouvelle phase d'une longue lutte pour apporter la justice aux États-Unis. C'est le moment de parler des droits de l'homme»
Karen Bass, représentante au Congrès et initiatrice du projet de loiabcnews

Que vise le projet de loi?

Les partisans du George Floyd Justice in Policing Act luttent contre «les mauvais comportements policiers». Si le projet de loi était accepté, il permettrait la mise en place d'une série de mesures comprenant principalement:

  • L'accroissement de la responsabilité de la police en cas de comportement répréhensible.
  • L'amélioration de la transparence sur les affaires impliquant les forces de l'ordre.
  • La création d'un registre national sur les allégations de faute policière.
  • L'interdiction du profilage racial tant au niveau fédéral, étatique que local.

L'une des mesures les plus controversées reste, à bien des égards, la suppression de l'«immunité qualifiée» des policiers. Il s'agit d'un principe américain protégeant tout fonctionnaire du gouvernement de poursuites civiles.

Pourquoi certains critiquent ce projet de loi?

Il faut savoir que le projet de loi a convaincu le Congrès américain l'été dernier. Il s'est cependant finalement retrouvé bloqué par l'étape supérieure, le Sénat, contrôlé par les Républicains.

Si certains aspects du projet de loi avaient quand même obtenu le soutien de ces derniers, comme l'interdiction d'étranglement et l'introduction des caméras de surveillance à porter sur l'uniforme de l'agent, il semblerait que ce soit la question de l'immunité qualifiée qui ait tout fait capoter. Selon le sénateur républicain Tim Scott, la suppression de ce bouclier fédéral «compromettrait la sécurité publique et rendrait le recrutement difficile».

D'autres, d'un autre côté, regrettent que le projet de loi n'aille pas assez loin. Pour eux, la proposition de supprimer l'immunité qualifiée des policiers est «inutile» puisqu'elle ne s'applique donc pas aux autres types de forces de l'ordre comme les douaniers ou le FBI.

Mais alors, ce projet sera-t-il adopté un jour?

Il semblerait que la condamnation de Derek Chauvin ait «renforcé le fait que notre système judiciaire continue de devenir plus juste», d'après les récents propos de Tim Scott.

Avec le soutien réaffirmé du président Joe Biden, le projet de loi revêt une nouvelle armure de force qui devrait pouvoir passer la difficile épreuve de feu du Sénat. A voir. (mndl)

Vous aussi vous n'aimez pas les festivals?

Vidéo: watson

Un best of du street art à Brooklyn, en images

1 / 19
Un best of du street art à Brooklyn, en images
source: jah / watson / jah / watson
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Selon Victoria Beckham, être mince, c'est démodé. Tu me lâches, oui?
Dans une récente interview pour Grazia UK, la styliste britannique a déclaré que, désormais, «les femmes veulent des seins et des fesses, et qu'être skinny, c'est démodé». Une espèce de vision pseudo body positive où, encore une fois, on finit par dire aux femmes à quoi elles doivent ressembler. C'est pas bientôt fini?

Il y a des marques qui font du greenwashing, en mode «continuez à claquer votre 3e pilier chez nous, on reverse 0,0001% pour planter des sapins dans le désert, blablabla». Il y a des entreprises qui mettent leur logo aux couleurs de l'arc-en-ciel durant le mois des fiertés pour soutenir la communauté LGBTQIA+ alors qu'elles s'en tamponnent le coquillard le reste de l'année.

L’article