DE | FR

La famille de George Floyd exige du changement

La famille de George Floyd lève le poing faca à la Maison Blanche, une image pleine de symboles.
La famille de George Floyd lève le poing faca à la Maison Blanche, une image pleine de symboles.Image: sda
Invité par Joe Biden à la Maison Blanche pour une rencontre hautement symbolique un an après la mort de George Floyd, la famille de celui-ci en a profité pour demander une reforme de la police.
26.05.2021, 03:4626.05.2021, 06:05

Depuis la Maison-Blanche, la famille de George Floyd a appelé mardi le Congrès américain à «protéger les personnes de couleur» en votant une loi de réforme de la police rapporte le Washington Post.

Joe Biden «veut que la loi soit juste, qu'elle ait du sens, et qu'elle garde intact l'héritage de George», a assuré le neveu de George Floyd, Brandon Williams à CNN. Mais le texte soutenu par le président et déjà voté par la Chambre basse reste bloqué au Sénat.

«Si vous pouvez faire une loi fédérale pour protéger un oiseau, vous pouvez faire une loi fédérale pour protéger les personnes de couleur»
Philonise Floyd, frère de George Floyd

Le président avait auparavant salué le «courage extra ordinaire» des proches de George Floyd, devenus les porte-voix de la lutte contre les abus policiers et les défenseurs d'une grande loi portant son nom.

Les personnalités rencontrées par la famille Floyd

La famille Floyd avait auparavant rencontré au Capitole la présidente démocrate de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi. Les proches de George Floyd ont ensuite rencontré deux sénateurs, le démocrate Cory Booker et le républicain Tim Scott.

La famille de George FLoyd au Sénat avec Nancy Pelosi.
La famille de George FLoyd au Sénat avec Nancy Pelosi.Image: sda

La famille s'est retrouvée plus tard sur la «Black Lives Matter Plaza», devenue lieu de ralliement et de mémoire dans la capitale américaine.

«George Floyd Justice in Policing Act»

Lors de son premier grand discours devant le Congrès, fin avril, Joe Biden avait appelé les élus à adopter le «George Floyd Justice in Policing Act» d'ici le premier anniversaire de sa mort.

Le texte voté en mars par la Chambre des représentants prévoit notamment l'interdiction des prises d'étranglement et vise à limiter la large immunité dont jouissent les policiers américains. Cette modification est le point dur de la négociation, les républicains se posant en défenseurs des protections légales des forces de l'ordre.

Elu sur une image d'homme de dialogue, capable de trouver des compromis avec les républicains, Joe Biden, qui fut longtemps sénateur, sait qu'il joue une importante partie de son capital politique sur ce dossier.

L'urgence d'un changement

Certaines localités tentent des expérimentations pour diminuer le risque de bavures, en désarmant par exemple les agents chargés de la sécurité routière. Les défenseurs d'une réforme soulignent l'urgence d'un changement. Depuis la mort de George Floyd, plusieurs autres Afro-Américains non armés ont été blessés ou tués par des policiers.

La massacre de Tulsa

La Maison Blanche a par ailleurs annoncé que Joe Biden se rendrait mardi prochain à Tulsa, dans l'Oklahoma, pour commémorer les 100 ans du massacre d'Afro-Américains par des émeutiers blancs.

Le massacre de Tulsa a fait jusqu'à 300 tués (femmes et enfants compris) dans la population noire et détruit plus de 1 200 bâtiments dans le quartier noir de Greenwood, surnommé «Black Wall Street» à l'époque en raison de sa prospérité inédite. Le nombre précis de morts reste inconnu. De nombreux corps ont été jetés dans la rivière, brûlés ou enterrés dans des fosses anonymes. (ga)

Minneapolis commémore George Floyd

1 / 6
Minneapolis commémore George Floyd
source: sda / craig lassig
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Du mec de la compta au milliardaire: Suleyman Kerimov, le «Gatsby» russe
Il semble loin le temps où Suleyman Kerimov paradait joyeusement en Bugatti sur la Côte d'Azur. Entre sanctions économiques, saisie de son yacht à 325 millions de dollars et procédure pour «blanchiment d'argent aggravé» par la justice française, l'horizon de l'oligarque s'obscurcit. Récit d'une success story sulfureuse à la sauce, forcément, russe.

On le surnomme le «Gatsby russe». A juste titre. Suleyman Karimov, 56 ans, coche toutes les cases du cliché de l'oligarque à la fois furieusement décadent et fascinant: une fortune qui se chiffre en dizaines de milliards (Forbes l'estime à 12,2 milliards en août 2022), une poignée de villas de rêve sur la French Riviera, son propre club de foot, auxquels s'ajoute un goût prononcé pour les gros bateaux, les soirées au champagne et les concerts privés - avec en guest stars rien de moins que Christina Aguilera ou Shakira, invitées pour 2 millions de dollars.

L’article