DE | FR
Bild

shutterstock

Le climat devient fou en Amérique du Nord et ça révèle des failles

Les incendies de forêt de ces dernières années, l'hiver record au Texas, et maintenant, les vagues de chaleur historiques montrent à quel point il est urgent de réparer les infrastructures américaines.

Diese Story ist auch auf Deutsch verfügbar. Zur Story


Les Américains adorent se rendre dans le Nord-Ouest du continent pendant la pause estivale. Et pour cause. Pendant que les métropoles comme New York ou Los Angeles brûlent sous la chaleur, les États de Washington et de l'Oregon bénéficient de températures bien plus supportables.

Mais pas cette année! De nouveaux records de chaleur sont régulièrement signalés à Seattle, la plus grande ville de l'État de Washington. 44 degrés dimanche dernier, 46 degrés lundi. Cela, alors que la température moyenne à cette époque de l'année est d'environ 20 degrés.

Un accident de la nature? Non!

Au Canada voisin, le thermomètre a même grimpé jusqu'à 50 degrés:

«Dans certaines parties de l'ouest du Canada, il fait plus chaud qu’à Dubaï en ce moment»

David Philips, climatologue à CTW News

Lorsque des conditions météorologiques inhabituelles se produisent, les gens aiment parler d'un événement centenaire ou même millénaire, mais c’est différent cette fois-ci. La vague de chaleur record actuelle n'est pas un accident de la nature. C'est d'ailleurs exactement ce contre quoi les experts du climat nous mettent en garde depuis des décennies.

Et ce ne sont pas les spécialistes Michael E. Mann et Susan Joy Hassol qui diront le contraire. Ils expliquent dans le New York Times: «Les preuves scientifiques montrent comment le changement climatique causé par l'homme entraîne des vagues de chaleur. Le réchauffement climatique les rend plus chaudes, plus grandes, plus longues et plus fréquentes. Ce qui était autrefois des événements extraordinaires est devenu la norme».

Assurer l'avenir de nos enfants

Et la réalité le montre bien! Les vagues de chaleur sont trois fois plus fréquentes que dans les années 1960 et elles sont devenues beaucoup plus importantes, mais elles ne sont pas inévitables. Un approvisionnement énergétique sans CO2 est aujourd'hui techniquement possible. «Une transition rapide vers une énergie propre peut stabiliser le climat, protéger notre santé, créer des emplois bien rémunérés et assurer l'avenir de nos enfants», a déclaré Mme Mann/Sassol.

À la suite de l'accord de Paris sur le climat, la plupart des pays industrialisés se sont également engagés à abandonner les combustibles fossiles au plus tard en 2050. Mais ils ont beaucoup de mal à joindre le geste à la parole. C'est particulièrement vrai aux États-Unis. Là-bas, le président Joe Biden effectue actuellement une tournée de bienveillance pour convaincre ses compatriotes de son programme d'infrastructures.

Réparation urgente des infrastructures

Pour ce faire, il doit d'abord corriger une de ses propres erreurs. Vendredi dernier, Biden a fièrement annoncé un accord bipartisan pour un programme d'infrastructures allégé. Peu de temps après, cependant, il a déclaré qu'il ne signerait ce projet que si un programme démocrate beaucoup plus ambitieux atterrissait en même temps sur son bureau. Grâce au processus dit de réconciliation (Ne nous en demandez pas plus), c'est possible.

Le chef de la minorité républicaine au Sénat, Mitch McConnell, a saisi l'occasion et a déclaré que, dans ce cas, son parti abandonnerait l'accord bipartisan. La Maison Blanche s'est empressée de le rassurer en lui disant que ce n'était pas ce qui était visé. Bien sûr, le président honorerait l'accord. Maintenant, les progressistes du parti démocrate se déchaînent. Pas d'accord bipartisan sans un second programme, exigent-ils.

Les incendies de forêt de ces dernières années, l'hiver record au Texas, et maintenant la vague de chaleur historique, montrent clairement qu'il est urgent de réparer les infrastructures américaines. Néanmoins, il y a de grandes chances que ce projet échoue à cause de l'impasse au Congrès américain. Le réseau électrique est un élément clé de ce renouveau. La vague de froid de cet hiver a paralysé le réseau électrique du Texas et entraîné la mort de centaines de personnes.

Nécessité d'un réseau électrique intelligent

Les systèmes de climatisation consommant également beaucoup d'électricité, la chaleur record enregistrée dans de nombreux États a également provoqué une surcharge du réseau, entraînant des coupures de courant.

Le réseau électrique américain ne doit pas seulement être réparé, il doit être massivement étendu. Les voitures et les chauffages électriques sont la condition préalable à un avenir énergétique sans CO2. Cela nécessite un réseau électrique intelligent.

«Le réseau n'a jamais été aussi important qu'aujourd'hui, et il le sera encore plus dans un an»

Dennis Kuhn, responsable de l'énergie

Une majorité d'Américains souhaite le renouvellement, attendu depuis longtemps, des infrastructures en difficulté et un réseau électrique à la hauteur des défis créés par le changement climatique. Il y a donc un espoir que même dans un Washington désespérément divisé, un compromis puisse finalement être trouvé.

Un Green New Deal, sous une forme réduite, constituerait également une étape importante dans la lutte contre le réchauffement climatique. Les records de chaleur se succèdent actuellement dans le monde entier, ce qui se passe aux États-Unis aura des répercussions dans le monde entier, peut-être serait-il même possible d'introduire une loi robuste sur le CO2 en Suisse.

Plus d'articles sur le climat

Manifester? «C'est notre seul moyen d'être pris au sérieux»

Link zum Artikel

15 militants d'Extinction Rebellion devant les juges à Neuchâtel

Link zum Artikel

Des scientifiques suisses prônent la désobéissance civile

Link zum Artikel

Il y a 40% de chance qu'il fasse plus chaud d'1,5°C dans 5 ans

Link zum Artikel

Grève pour le climat à Berne, en images

1 / 11
Grève pour le climat à Berne, en images
source: sda / anthony anex
Share on FacebookShare on TwitterShare via WhatsApp

Et toi, tu pèses combien en CO2?

Cela pourrait aussi vous intéresser:

Bill Gates aurait quitté Microsoft à cause d'une liaison avec une employée

Link zum Artikel

5 haies d'honneur légendaires du sport

Link zum Artikel

19 animaux qui prouvent que l'Australie est un pays flippant

Link zum Artikel

L'Etat le plus vacciné du monde forcé à reconfiner suite à une flambée de cas

Link zum Artikel

Le ou la Covid: connaissez-vous ces autres mots qui changent de sexe?

Link zum Artikel

«Ton mariage, c'était sympa... mais sans plus»

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

La Nasa et l'ESA s'allient pour le climat

Les deux agences spatiales veulent partager leur expertise en matière d'observation de la Terre. Le but? Apporter une réponse globale au changement climatique.

Parce que le changement climatique est un défi global qui n'attend pas, l'agence spatiale américaine (Nasa) et l'agence spatiale européenne (ESA) ont formé mardi un partenariat.

L'objectif de ce dernier est de mettre en commun leur expertise en matière d'observation de la Terre. Ils veulent ainsi mieux comprendre le changement climatique.

Ce partenariat a été formalisé par une déclaration d'intention. Cette dernière a été signée par:

Il vise à «tracer le chemin pour apporter une réponse globale …

Lire l’article
Link zum Artikel