International
France

France: le libre recourt à l'IG bientôt inscrit dans la Constitution?

France: le libre recourt à l'IG bientôt inscrit dans la Constitution?

Même si le chemin est encore très long avant une possible adoption définitive par le Parlement, la chambre haute a voté en faveur de l'inscription dans la Constitution de la «liberté de la femme» de recourir à l'interruption de grossesse (IG).
02.02.2023, 21:07
Plus de «International»

Changement de pied au Sénat: la chambre haute à majorité de droite a voté mercredi en faveur de l'inscription dans la Constitution de la «liberté de la femme» de recourir à l'IVG, une formulation qui abandonne la notion de «droit» chère à la gauche, mais permet à la navette parlementaire de se poursuivre.

Au terme d'un débat passionné, le vote a été acquis par 166 voix pour et 152 contre.

Une «avancée majeure pour le droit des femmes»

Même si le chemin est encore très long avant une possible adoption définitive par le Parlement - qui devrait être en plus suivie d'un référendum -, le groupe socialiste s'est immédiatement félicité d'une «avancée majeure pour le droit des femmes», tandis que le groupe écologiste saluait «une victoire historique».

Les sénateurs examinaient, dans le cadre d'une niche parlementaire réservée au groupe socialiste, une proposition de loi constitutionnelle LFI votée en novembre en première lecture par l'Assemblée nationale avec le soutien de la majorité présidentielle.

Le texte de cette proposition de loi a été complètement réécrit, via un amendement du sénateur LR Philippe Bas. Il propose de compléter l'article 34 de la Constitution avec cette formule: «La loi détermine les conditions dans lesquelles s'exerce la liberté de la femme de mettre fin à sa grossesse».

Les avis divergent

Une rédaction qui ne fait plus référence au «droit» à l'IVG, ce que déplore unanimement la gauche, tout en assumant d'avoir agi «en responsabilité» pour permettre à la navette parlementaire de se poursuivre. Car un rejet pur et simple du texte par le Sénat se serait soldé par son enterrement.

Une proposition de loi constitutionnelle doit en effet être votée dans les mêmes termes par les deux chambres, puis soumise à référendum pour être adoptée définitivement. À la différence de ce qui se passe pour les lois ordinaires, l'Assemblée nationale ne peut pas avoir «le dernier mot» en cas de désaccord avec le Sénat.

En octobre dernier, le Sénat avait repoussé par 139 voix pour et 172 voix contre une première proposition de loi constitutionnelle portée par l'écologiste Mélanie Vogel et co-signée par des sénateurs de sept des huit groupes du Sénat, à l'exception des Républicains.

En toile de fond, la décision historique de la Cour suprême des Etats-Unis, l'été dernier, de révoquer le droit à l'IVG.

«Certains d'entre nous veulent tellement introduire une référence à l'IVG dans la Constitution qu'ils sont prêts à accepter n'importe quelle rédaction», a fustigé le centriste Loïc Hervé.

Le groupe Les Républicains a très majoritairement voté contre l'amendement Bas, jugé «superfétatoire» par son président Bruno Retailleau. «La Constitution n'est pas faite pour adresser des messages symboliques au monde entier», a-t-il déclaré.

Philippe Bas, qui fut un proche collaborateur de Simone Veil, a défendu dans sa contre-proposition la volonté de «garantir l'équilibre de la loi Veil». «Il n'y a pas de droit absolu», a-t-il souligné, expliquant que sa formule «permet au législateur de ne pas abdiquer ses droits en faveur du pouvoir constituant». (ats)

Le costume de Miss Ukraine rend hommage à son pays
1 / 11
Le costume de Miss Ukraine rend hommage à son pays
Le costume, accompagné d'une épée, est orné d'une coiffe avec des épillets traditionnels ukrainiens.
source: instagram @missukraine_universe
partager sur Facebookpartager sur X
Un couple de lesbiennes viré d'un bar parce qu'elles se sont touchées
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Comment les trolls de Poutine se vengent de Macron
Un nouveau cas de propagande antisémite à Paris témoigne de la tentative de la Russie d'influencer et de déstabiliser les élections européennes dans deux semaines. La France et son président sont dans le viseur du Kremlin.

Emmanuel Macron a condamné un acte d'«antisémistisme odieux». Au mémorial juif de Paris, des inconnus ont tagué une multitude de mains rouges sur un mur commémoratif. Ce symbole remonte à un événement survenu à Ramallah en 2000, lorsque des Palestiniens ont lynché deux réservistes israéliens et montré leurs mains ensanglantées à travers les fenêtres d'un poste de police.

L’article