International
Guerre contre l'Ukraine

Ce que l'on risque si Poutine gagne la guerre contre l'Ukraine

epa11013747 Russian President Vladimir Putin attends a welcoming ceremony before a meeting with President of the United Arab Emirates Sheikh Mohamed bin Zayed Al Nahyan at Qasr Al Watan Palace in Abu  ...
Vladimir Poutine rêve de recréer un nouvel empire russe. Image: keystone

Voici ce que le monde risque si Poutine gagne la guerre contre l'Ukraine

Le soutien à l'Ukraine est en train de s'effriter. Deux experts expliquent pourquoi il en va aussi de notre propre avenir.
17.12.2023, 06:5917.12.2023, 11:01
Daniel Schurter
Daniel Schurter
Daniel Schurter
Suivez-moi
Plus de «International»

Anne Applebaum, historienne américaine réputée et spécialiste de la Russie, a mis les choses au point: une Europe durablement en guerre est une idée qui semble impossible à la plupart des Occidentaux.

Vladimir Poutine, en revanche, voit les choses différemment. En tant qu'ex-officier du KGB, il se souvient de l'époque où l'Allemagne de l'Est était dirigée par le Kremlin. Depuis l'invasion brutale de l'Ukraine, il devrait être clair que Poutine ne se contente pas d'en rêver, mais qu'il veut réellement créer un nouvel empire, une «Nouvelle Russie».

👉 Suivez en direct la guerre contre l'Ukraine 👈

Ukrainische Soldaten der 17. Panzerbrigade bereiten ihre T-64-Kampfpanzer auf den Kampf vor.
Un soldat ukrainien: le pays envahi a presque réussi l'impossible.Image: imago-images.de

Nous sommes entrés dans «une nouvelle ère de conflit entre grandes puissances», analyse Anne Applebaum. Les Russes le savent déjà et ont effectué la transition vers une économie de guerre globale.

En Occident, de nombreux responsables ne semblent pas vouloir l'admettre jusqu'à présent. Comment expliquer autrement les manquements dans le soutien à l'Ukraine?

A propos du soutien à Kiev 👇

Face à la réticence persistante des livraisons d'armes et à la menace de pénuries, il est conseillé d'envisager le pire des scénarios. C'est précisément ce qu'ont fait deux politologues allemands. Nous reproduisons ci-dessous des parties importantes de leur essai.

Et si la Russie gagnait ?

Carlo Masala (55 ans) est un expert allemand en sécurité, professeur de politique internationale à l'Université de la Bundeswehr à Munich. Il s'exprime régulièrement sur la guerre en Ukraine, notamment dans le podcast «Sicherheitshalber».

Nico Lange (48 ans) est un conseiller politique, politologue et journaliste allemand. Il travaille en tant que «Senior Advisor» pour Globsec, un think tank mondial, et a occupé auparavant, entre autres, un poste de direction au ministère de la Défense allemand.

Que se passerait-il si la Russie gagnait sa guerre d'agression contre l'Ukraine?*

Les politologues allemands Carlo Masala et Nico Lange ont esquissé un scénario dramatique dans leur essai War Against Ukraine: What if Russia Wins? Voici le début du texte:

«Les sirènes hurlent. Les alertes des téléphones portables retentissent par milliers. Des attaques aériennes ont lieu à Paris, Varsovie et Berlin. Des missiles de croisière et des essaims de drones pénètrent dans l'espace aérien européen de l'Otan. Les soldats de l'Otan se livrent depuis des jours à des échanges de tirs dans les pays baltes.

En réaction aux attaques russes dans cette région, l'Otan a déclenché l'article 5. La Russie a réagi en lançant des missiles. Certains pays se sont retirés de l'Otan et de l'UE, tandis qu'un noyau dur résiste farouchement au nord et à l'est. L'Allemagne et d'autres pays sont déchirés.

Lors de manifestations enflammées, de nombreuses villes allemandes, françaises, italiennes et espagnoles sont le théâtre de violents affrontements, au cours desquels la police doit intervenir énergiquement.

Les partis extrémistes et populistes profitent énormément de la situation, notamment parce que le commerce mondial et l'économie s'effondrent. Dans l'Indo-Pacifique, la Chine lance depuis des semaines des attaques contre Taïwan. Pendant ce temps, les Nations unies adoptent des résolutions contre les membres européens de l'Otan, car de nombreux pays africains, latino-américains et asiatiques votent avec la Russie et la Chine à l'Assemblée générale.»

* Les deux auteurs définissent «une victoire de la Russie» comme une situation dans laquelle la Russie se voit attribuer durablement des parties du territoire ukrainien «dans le cadre de négociations ou en raison des réalités militaires sur le terrain».

N'est-ce pas complètement exagéré ?

«Une victoire russe sur l'Ukraine sonnerait la fin du monde tel que nous le connaissons»

Dans leur essai, Carlo Masala et Nico Lange expliquent comment ils en sont arrivés à ce scénario d'horreur européen. Ils soulignent qu'il s'agit d'une expérience de pensée. Mais:

«Les sirènes hurlantes, les attaques aériennes et les batailles de notre scénario sont malheureusement plus réalistes que beaucoup ne le pensent. Ces dangers sont réels pour nous aussi.»

Les conséquences en cas de scénario catastrophe

Les politologues avancent plusieurs raisons pour lesquelles une victoire de la Russie aurait des conséquences catastrophiques:

Il y aurait un mouvement migratoire sans précédent

En cas de victoire russe, l'Ukraine resterait alors un foyer de crise permanent en Europe de l'Est. Tant les territoires occupés par la Russie que le reste de l'Ukraine seraient durablement instables.

De nombreux Ukrainiens quitteraient leur pays parce qu'ils ne veulent pas vivre dans les territoires occupés par la Russie et qu'ils ne peuvent pas y survivre en raison de la répression et de la torture russes auxquelles ils doivent s'attendre. D'autres tenteraient leur chance dans un pays étranger sûr, car leur pays n'offrirait plus de perspectives pour les adultes et les enfants.

«Les réfugiés et les expulsés seraient un énorme problème pour l'Europe à une époque où l'UE est déjà submergée par l'immigration illégale en provenance d'autres parties du monde»

Poutine mettrait en œuvre son projet de grand empire russe

Si la Russie sort victorieuse de la guerre en Ukraine, le nationalisme et le néo-impérialisme russes s'en trouveront considérablement renforcés, font remarquer Carlo Masala et Nico Lange. Le Kremlin planifierait alors de nouvelles attaques militaires, les voisins de la Russie, la Géorgie et la Moldavie, étant des cibles tout aussi claires que les Etats baltes de l'UE, l'Estonie, la Lettonie et la Lituanie.

Ce scénario se base sur l'expérience, l'Occident s'étant assoupi face aux armes nucléaires russes et à la puissance militaire russe.

«Comment Moscou pourrait croire que, face aux menaces nucléaires de la Russie, les pays de l'Otan se précipiteront avec toute leur puissance militaire pour venir en aide aux tout petits Etats membres?»

En outre, la Russie se livrerait à un chantage politique sur l'Occident, utilisant à nouveau l'énergie et les matières premières comme armes.

Personne en Europe ne serait plus en sécurité, préviennent les deux politologues. Les «coûts humanitaires, économiques et militaires» augmenteraient rapidement.

Il y aurait des conséquences fâcheuses pour les démocraties européennes

Une Russie victorieuse donnerait un élan considérable aux extrémistes de droite et de gauche dans de nombreux pays européens: ils se verraient tous confortés dans leur position selon laquelle il ne vaut pas la peine de soutenir l'Ukraine.

La Russie profiterait de ce changement en exécutant des opérations d'influence intensives, offrant un soutien et un financement ouverts aux populistes et aux extrémistes, ainsi qu'en ayant recours à la désinformation. Quelque chose que Poutine fait depuis longtemps et avec un succès relatif.

Cela augmenterait la probabilité que les extrémistes développent leur pouvoir politique ou même, comme le populiste de droite néerlandais Geert Wilders, gagnent les élections.

«Une telle évolution aurait des conséquences directes sur l'Union européenne, rejetée aussi bien par l'extrême droite que par l'extrême gauche, ainsi que sur l'Otan, dont certains de ces partis aimeraient déjà se retirer»

La désinformation et la propagande chez Poutine 👇

Une crise existentielle menacerait l'Otan

Dans leur expérience de pensée, les politologues allemands rappellent bien entendu aussi les développements de la politique intérieure aux Etats-Unis. Si Donald Trump devait être élu président des Etats-Unis en 2024, les jours de l'Otan seraient comptés. C'est précisément l'objectif du «nouvel ordre de sécurité en Europe» auquel Poutine aspire ouvertement.

Si l'alliance de défense transatlantique devait connaître de graves troubles et si les Etats-Unis retiraient leur main protectrice, la Russie dominerait probablement l'Europe.

Le monde entier pourrait sombrer dans le chaos

Une victoire russe sur l'Ukraine aurait des conséquences catastrophiques non seulement pour l'Europe, mais aussi pour le reste du monde, préviennent les deux politologues dans leur essai.

«Des Etats plus forts, croyant qu'il n'y aurait pas de réaction internationale significative, pourraient envahir des pays plus petits, régler de vieux différends ou oser s'emparer d'une suprématie régionale.»

La Chine, l'Iran et d'autres acteurs hostiles à la démocratie observent attentivement jusqu'à quel point l'Occident démocratique est prêt à défendre résolument ses valeurs (les droits de l'homme universels) et l'ordre mondial libéral.

  • Ce n'est pas un hasard si, à l'ombre de la guerre d'agression russe, le Moyen-Orient est déstabilisé et si la Chine met brutalement à l'épreuve ses frontières avec les Philippines.
  • L'Azerbaïdjan aurait profité de la distraction de l'Occident par la guerre d'agression russe pour lancer une deuxième attaque contre l'Arménie voisine et reconquérir l'enclave du Haut-Karabagh, contestée en vertu du droit international.
  • S'y ajoutent désormais les revendications territoriales douteuses du Venezuela contre son voisin, le Guyana.

Dans cette perspective, l'invasion de Taiwan par la Chine serait «non seulement envisageable, mais hautement probable», notent Carlo Masala et Nico Lange dans leur essai.

Réarmement nucléaire

Si le droit international et l'ordre sécuritaire mondial n'avaient plus cours, c'est-à-dire si tout pays dépourvu d'armes nucléaires devait craindre d'être envahi, il en résulterait un réarmement nucléaire.

Selon les politologues:

«Le reste de l'Ukraine et de nombreux autres Etats du monde tireraient de la guerre d'agression russe la conclusion logique qu'ils ne peuvent pas être protégés par la communauté internationale et l'ordre fondé sur des règles, mais seulement en développant leurs propres armes nucléaires.»

Le pronostic est inquiétant: il y aurait finalement 15 puissances nucléaires ou plus au lieu des 9 actuelles. Cela augmenterait le risque d'une erreur de jugement dévastatrice et la possibilité d'une défaillance technique.

Quelle est la leçon à en tirer ?

L'expérience de pensée montre qu'une victoire russe aurait des conséquences imprévisibles pour la stabilité européenne et mondiale, font remarquer les scientifiques.

Une victoire russe nous coûterait à tous beaucoup plus cher politiquement et économiquement. Et elle pourrait être le début de quelque chose qu'aucun démocrate ne souhaite, à savoir la fin de l'ordre mondial libéral et le début d'un ordre autoritaire.

«Poutine veut détruire le monde tel que nous le connaissons et c'est pour cela qu'il a envahi l'Ukraine. Si nous voulons sauver ce monde-là, nous devons coopérer avec l'Ukraine pour repousser son attaque»
Carlo Masala et Nico Lange

Les politologues osent une perspective conciliante: une Ukraine qui, en tant que membre de l'OTAN et de l'UE, pourrait se libérer complètement de la domination impériale de la Russie, donnerait un coup de fouet à l'Europe, en termes de sécurité, de prospérité et de réputation mondiale.

A propos de l'adhésion de l'Ukraine à l'Union européenne 👇

Dans un même temps, la défaite de Poutine et la chute probable de son régime qui en découlerait «ouvriraient des opportunités pour un rôle pacifique et constructif de la Russie en Europe à l'avenir».

On peut pour le moins douter que ce pronostic plein d'espoir des politologues se vérifie. Comme le disent les planificateurs militaires: «Espérerez le meilleur et préparez-vous au pire».

Le dernier mot doit revenir à Anne Applebaum :

«Nous devons commencer à penser non seulement à aider l'Ukraine, mais aussi à vaincre la Russie - ou, si vous préférez un autre langage - à persuader la Russie de se retirer par tous les moyens possibles»

Sources

L'appartement des Zelensky en Crimée, vendu par la Russie
1 / 13
L'appartement des Zelensky en Crimée, vendu par la Russie
source: www.imago-images.de / imago images
partager sur Facebookpartager sur X
Un jeune Russe a pu filmer l'avion de Poutine
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Israël est prêt pour «une guerre totale» au Liban
L'armée israélienne a annoncé mardi avoir approuvé des plans opérationnels en vue d'une «offensive au Liban», après des jours d'escalade avec le Hezbollah dans la zone frontalière, en marge de la guerre dans la bande de Gaza.

Les échanges de tirs sont presque quotidiens à la frontière nord d'Israël avec le Liban depuis l'attaque du mouvement islamiste Hamas, allié du Hezbollah libanais, contre Israël le 7 octobre, qui a déclenché la guerre dans le territoire palestinien.

L’article