International
Iran

Iran: au moins 35 morts après plus d'une semaine de manifestations

epa10197705 People clash with police during a protest following the death of Mahsa Amini, in Tehran, Iran, 21 September 2022. Mahsa Amini, a 22-year-old Iranian woman, was arrested in Tehran on 13 Sep ...
Plus d'une semaine après l'arrestation et la mort de Mahsa Amini, les manifestations continuent en Iran.Image: sda

Iran: au moins 35 morts après plus d'une semaine de manifestations

Les manifestations continuent en Iran après la mort de Mahsa Amini. Le bilan se chiffre désormais à 35 morts en un peu plus d'une semaine.
24.09.2022, 11:1524.09.2022, 11:47
Plus de «International»

Au moins 35 personnes ont été tuées dans les violentes manifestations déclenchées en Iran depuis plus d'une semaine après la mort d'une jeune femme arrêtée par la police des moeurs, a indiqué samedi un média d'Etat.

Mahsa Amini, âgée 22 ans, a été arrêtée le 13 septembre à Téhéran pour «port de vêtements inappropriés» par la police chargée de faire respecter le strict code vestimentaire de la République islamique.

Elle est décédée trois jours plus tard à l'hôpital, et sa mort a entraîné des manifestations nocturnes dans les principales villes d'Iran, dont la capitale Téhéran.

35 personnes décédées dans les émeutes

Borna News, l'agence de presse liée au ministère iranien des Sports a déclaré:

«La télévision d'Etat a annoncé vendredi soir que le nombre de personnes décédées lors des récentes émeutes dans le pays est passé à 35 personnes»

Jeudi, la télévision d'Etat avait fait état de la mort de 17 personnes lors de ces manifestations, alors que les autorités démentent toute implication dans ces violences.

Dans la République islamique, les femmes doivent se couvrir les cheveux et n'ont pas le droit de porter des manteaux courts ou serrés ou des jeans troués.

Le gouvernement iranien enquête sur la cause de la mort

Vendredi soir, le ministre de l'Intérieur, Ahmad Vahidi, a de nouveau affirmé que Mahsa Amini n'avait pas été battue par les forces de l'ordre. Cité par les médias locaux, il a indiqué à la télévision:

«Des rapports des organes de surveillance ont été reçus, des témoins ont été interrogés, des vidéos ont été examinées, des avis médico-légaux ont été obtenus et il a été constaté qu'il n'y avait pas eu de coups» assénés à la jeune femme.

Selon lui, le gouvernement iranien enquête «sur la cause de la mort de Mahsa Amini (mais) il faut attendre l'avis définitif du médecin légiste, ce qui prend du temps».

Ahmad Vahidi a en outre critiqué «ceux qui ont pris des positions irresponsables, (...) et incité à la violence», les accusant de «suivre les Etats-Unis, les pays européens et les groupes anti-révolutionnaires». (sas/ats)

230 cétacés s'échouent sur une plage en Australie
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Les démocrates face à un casse-tête
A seulement 105 jours du scrutin du 5 novembre, le retrait de Joe Biden à ce stade de la présidentielle plonge son parti dans l'incertitude. Bien que sa vice-présidente, Kamala Harris, ait accepté de prendre le témoin en tant que candidate à la Maison-Blanche, rien n'indique qu'elle sera celle que choisiront les démocrates pour affronter Donald Trump.

«Historique». «Inédit». «Stupéfiant». Ce dimanche, les superlatifs s'entrechoquent pour décrire le retrait - aussi craint qu'espéré - du président Joe Biden de la course à la Maison-Blanche. Du jamais vu, à ce stade du cycle électoral, dans l'histoire américaine. En particulier pour un candidat ayant remporté les primaires du parti sans vraiment rencontrer d'opposition.

L’article