International
Politique

La coalition de gauche condamne «les massacres terroristes du Hamas»

La photo de la nouvelle union des gauches, sous le nom du Nouveau Front populaire.
La photo de famille du Nouveau Front populaire.Image: X / Mathilde Panot

France: la coalition de gauche a pris une décision sur le 7 Octobre

L'union des gauches en France est parvenue à une entente concernant le massacre du Hamas du 7 octobre 2023, après d'âpres négociations.
14.06.2024, 14:3414.06.2024, 14:39
Plus de «International»

La nouvelle coalition des partis de gauche en France formée en vue des législatives anticipées s'est entendue pour dénoncer «les massacres terroristes du Hamas» du 7 octobre. Elle promet d'abroger la récente et controversée loi immigration, selon son programme commun dévoilé vendredi.

La qualification des attaques commises en Israël le 7 octobre 2023, qui ont provoqué la guerre à Gaza, a divisé au sein de la gauche française. La France insoumise (LFI, gauche radicale) refusait notamment d'assimiler le Hamas à un mouvement terroriste.

Difficiles négociations

Fruit de difficiles négociations, le programme de cette nouvelle coalition, baptisée «Nouveau Front populaire», appelle sur le Proche-Orient «à agir pour la libération des otages détenus depuis les massacres terroristes du Hamas, dont nous rejetons le projet théocratique, et pour la libération des prisonniers politiques palestiniens».

Une avancée significative qui a fait réagir l'eurodéputé Raphaël Glucksmann, qui s'est allié au Nouveau Front populaire. Interrogé par France Inter ce vendredi 14 juin, il a insisté sur le fait que ce rassemblement «ne pouvait pas se faire sans certaines clarifications et lignes rouges».

Il a par ailleurs exprimé l'importance d'avoir un candidat premier ministrable qui fasse consensus (pour battre le RN) au sein du Nouveau Front populaire, excluant une candidature de Jean-Luc Mélenchon.

Le texte prévoit également de «reconnaître immédiatement l'Etat de Palestine aux côtés de l'Etat d'Israël sur la base des résolutions de l'ONU», de «décréter un embargo sur les livraisons d'armes à Israël» et de «rompre avec le soutien coupable» de Paris au «gouvernement suprémaciste d'extrême droite de (Benjamin) Netanyahu», auquel il faut «infliger des sanctions».

Soutien à Kiev

Sur la guerre en Ukraine, autre point de discorde à gauche, le Nouveau Front populaire s'engage à «défendre indéfectiblement la souveraineté et la liberté du peuple ukrainien» et à assurer à Kiev les livraisons d'armes «nécessaires». La coalition propose également «l'envoi de casques bleus pour sécuriser les centrales nucléaires» en Ukraine.

Sur le plan intérieur, les partis de gauche s'engagent à «abroger» la loi immigration votée en décembre avec le soutien de l'extrême droite et restreignant notamment le droit d'asile.

Ils promettent aussi de revenir «immédiatement» sur la réforme du président Emmanuel Macron relevant l'âge de départ à la retraite à 64 ans, qui avait été adoptée au printemps 2023 sans le vote des députés et malgré de vastes mobilisations dans la rue.

Cette réforme avait provoqué une vive contestation populaire, marquée par d'importantes manifestations parfois assorties de violences. (svp/ats)

Une voiture fonce dans un bar en Bretagne
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
1 Commentaire
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
1
Paris accusé de mener une «épuration sociale» pour les JO
Les autorités parisiennes retirent-elles délibérément les sans-abri, les migrants et les prostituées de la rue pour «embellir» la ville avant les Jeux olympiques? C'est le reproche que font de nombreuses organisations humanitaires.

Les tentes ont disparu. Près du somptueux hôtel de ville de Paris, mais aussi le long du pittoresque canal de l'écluse Saint-Martin, les migrants ne campent plus. Depuis la mi-avril, les policiers ont débarrassé en plusieurs vagues les longues rangées d'abris de fortune multicolores sur les trottoirs. Les réfugiés se sont généralement laissés embarquer dans des bus sans grande résistance; ils ont ensuite été «évacués», selon le jargon officiel, à environ 400 kilomètres de là, dans le Jura ou en Bretagne, ou même plus loin, à Bordeaux.

L’article