International
Poutine

Ekaterina Mizulin serait la nouvelle amoureuse de Poutine

Ekaterina Mizulin serait la nouvelle amoureuse de Poutine
Ekaterina Mizulina est chargée de nettoyer l'Internet russe de tout ce qui n'est pas pro-Poutine.images: instagram, montage: watson

Cette «Barbie de la censure» serait la nouvelle amoureuse de Poutine

La rumeur enfle. Ekaterina Mizoulina, 39 ans, bête noire des LGBT et patronne de la répression en ligne avec la Safe Internet League, fricoterait avec le maître du Kremlin. En tout cas, le timing est parfait pour détourner l'attention et confirmer que cette puissante délatrice a son rond de serviette au Kremlin.
22.02.2024, 06:0122.02.2024, 07:51
Suivez-moi
Plus de «International»

C'est compliqué, une rumeur. Il y a dix jours seulement, on prêtait à Ekaterina Mizoulina une romance avec le chanteur populaire et «parafasciste» Shaman, qui est supposément l'artiste préféré de Vladimir Poutine. Deux jours plus tard, ce fut au tour du président russe de se retrouver interné dans le cœur et les draps de la cheffe de la Safe Internet League. Quoiqu'il en soit, à 39 ans, celle que ses détracteurs surnomment la «Barbie de la censure» fait couler beaucoup d'encre depuis quelques mois.

Idéologiquement et politiquement très proche de Poutine, Ekaterina Mizoulina incarne le bras armé du Kremlin, lorsqu'il s'agit de déployer la police de la pensée sur la bande passante. Sous le vernis convenable de cette Safe Internet League, grouille une féroce répression. A titre d'exemple, sur le site internet de l'organisme, qui affiche fièrement sa volonté de protéger les enfants des dangers d'Internet, la pornographie est rangée dans le même bac à ennemis que la propagande LGBT.

Pour faire court, tout ce qui n'est pas à la gloire du président, en harmonie avec la vertu de cette Russie fantasmée ou en faveur de «l'opération spéciale» doit disparaître. Et c'est la «gardienne de la moralité», une historienne de l'art pourtant formée à l'Université de Londres, qui presse sur la gâchette.

«D’abord, nous débarrasserons l’Ukraine des nazis… et ensuite nous passerons à Google et Wikipédia»
Ekaterina Mizoulina, dans un discours en 2022

Depuis le 24 février 2022, les punitions, les amendes et les enrôlements forcés pleuvent pour ceux qui osent défier «les règles». Au sein de la population russe, pourtant, un paradoxe rôde, puisque la dame est aussi crainte que glorifiée. Elle-même très active sur les réseaux sociaux, à la manière d'une influenceuse ordinaire, et de Telegram à Instagram, Ekaterina n'est pas du genre à cacher les déclarations d'amour qu'elle prétend recevoir par palettes.

Toujours tirée à quatre épingles et maquillée avec un soin que ne renierait pas Paris Hilton, cette (bientôt plus) trentenaire affiche une dégaine qui jure avec la guerre que son pays mène contre les us, réflexes et atours occidentaux. Maline et passablement manipulatrice, elle avait empoigné publiquement la polémique du film Barbie, pour... tenter de l'autoriser dans les cinémas russes. En vain.

Ne jamais se fier aux apparences: Ekaterina est terrifiante.
Ne jamais se fier aux apparences: Ekaterina est terrifiante.instagram

De l'amour, la fille de la célèbre et radicale sénatrice Elena Mizoulina (réputée pour avoir mené une guerre disproportionnée contre la propagande homosexuelle) en recevrait désormais de la part du président de la Fédération de Russie. Et une attention qui serait bien plus charnelle que l'élogieuse approbation qu'il lui témoigne depuis qu'elle ripoline l'historique de navigation de ses citoyens.

Si cette rumeur de liaison infeste les réseaux sociaux pro-russes depuis une bonne semaine, elle n'a pas surpris les ennemis de Vladimir Poutine. Jusqu'à la journaliste Olga Romanova, endurante militante pour les droits de l'homme en Russie, qui s'est fendue d'une petite salve d'ironie sur les écrans ukrainiens de Channel 24.

«Ekaterina Mizoulina est tout à fait du goût de Poutine. Ce type de Barbie lui a toujours tapé dans l'œil. Il a 71 ans, mais ne soyons pas tatillons. Il parait qu'à cet âge, l'homme est encore en pleine floraison»
Olga Romanova
Olga Romanova (à droite) n'est pas tendre avec la nouvelle amante présumée du président russe.
Olga Romanova (à droite) n'est pas tendre avec la nouvelle amante présumée du président russe.

Le tumulte est né sur d'obscurs comptes Telegram pro-Poutine, mais elle a très vite fait l'affaire des trolls ukrainiens et des médias russes indépendants. Selon la chaîne baptisée Tabatière du Kremlin, «le président se serait trouvé une nouvelle mondaine. Nos sources sont extrêmement prudentes dans leurs témoignages, car personne n'ose confirmer l'information à 100%, elles craignent pour leur vie».

Certes, la vie sexuelle et sentimentale du maître du Kremlin a toujours été un sujet particulièrement délicat en Russie. Mais depuis l'ex-gymnaste Alina Kabaeva, maîtresse supposée du président depuis une décennie et qu'on dit planquée quelque part en Suisse, son tableau de chasse n'avait pas subi de profondes mises à jour.

Des journalistes russes indépendants supposent qu'Ekaterina Mizoulina est aujourd'hui au sommet des indiscrétions pour une raison purement politique. Récemment bousculée lors de plusieurs conférences publiques, par des étudiants lui reprochant son entreprise de sape de la liberté d'expression sur Internet, elle aurait été «réconfortée» par Vladimir Poutine, par téléphone. Suffisant pour allumer la mèche d'une nouvelle romance? Peut-être. Ce qui est sûr, c'est que la presque quadragénaire doit gérer une exposition médiatique de plus en plus dense.

La justicière qui n'aime pas les «orgies» du gratin russe

Lorsque le scandale de «l'orgie russe» a explosé au visage du gratin moscovite, Ekaterina Mizoulina a lâché toute affaire courante pour revêtir son costume de justicière de la pudeur. Après avoir tenté de freiner la propagation, sur les réseaux, des images de la fête «Almost Naked» organisée par la blogueuse mondaine Anastasia Ivleeva, la «Barbie de la censure» a fait punir les premières personnalités.

«Organiser de tels événements à un moment où nos gars meurent dans l'opération militaire spéciale et où de nombreux enfants perdent leur père est cynique»
Ekaterina Mizoulina, quelques jours après la naissance de la polémique de «l'orgie russe»

Sur le papier, cette ligue très généreusement subventionnée par le patron n'a pas de véritable pouvoir décisionnel. Mais il suffit que l'un de ses combats danse en rythme avec les priorités du Kremlin, pour que la machine à répression se mette en branle. Selon Roskomsvoboda, une ONG de défense des droits numériques, «Ekaterina Mizoulina a clairement des liens avec le FSB et peut influencer certaines affaires importantes».

Sans oublier qu'au début du mois de février, la «gardienne de la morale» a défrayé la chronique en déclarant que «le gouvernement interdirait très probablement les réseaux privés virtuels» (VPN). La seule soupape de liberté pour la population russe qui voudrait se balader sur un Internet moins rigoriste. Les combats d'Ekaterina Mizoulina ne s'arrêtent pas à la propreté d'Internet. Alors que la maman avait eu la peau des Simpson ou de South Park, la fille s'est récemment attaquée aux skate parks (!) et surtout au rap, qu'elle accuse de propager des messages pro-drogue et pro-Occident.

L'enquête de Navalny

Comme le rappelait Le Monde en octobre 2023, le célèbre rappeur Morgenshtern a subi de plein fouet les foudres de «Madame Censure». Non seulement il serait responsable d'une «tuerie dans une école dans l’Oural», mais il recevrait «des instructions de l’étranger et un financement occidental». «C’est une version qui circule», se contentera de répondre Ekaterina Mizoulina, lorsque des journalistes lui demanderont plus de précisions. Soutenue par des armées de délateurs protégés par l'anonymat, elle sème la terreur partout où la «moralité» trébuche.

Une influence qui poussera le gang de Navalny à lui consacrer une enquête, en 2022, baptisée «La cyberbalance». Dans le lot des révélations, la valeur de sa garde-robe, qui se monterait à près de 300 000 francs. Pas mal pour une simple fonctionnaire, aussi respectée soit-elle. La récente rumeur de sa romance avec le maître du Kremlin n'est peut-être que la preuve de sa formidable popularité au sein du pouvoir russe. Et laissons-lui cela: Ekaterina Mizoulina est probablement la seule dirigeante moscovite à être considérée comme une icône par les jeunes qui ne sont pas simplement... terrifiés.

L'Ukraine a développé une «cape d'invisibilité» pour ses soldats
Video: watson
4 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
4
Des espions de Poutine voulaient frapper une base américaine en Europe
L'Allemagne est inquiète après l'arrestation de deux espions à la solde de Poutine sur son sol. Ils voulaient s'attaquer à des bases militaires allemandes et américaines. Leur but: frapper les transports d'armes et de troupes à destination de l'Ukraine.

Dans le petit monde de l'espionnage international, la Suisse et l'Allemagne sont considérées comme un terrain de jeu de choix pour les espions russes. En Suisse, c'est la présence d'organisations internationales et une attitude plutôt ouverte de la part de l'Etat qui permettent cette situation, avec la présence de nombreux agents secrets à la solde de Poutine.

L’article