DE | FR
Bild

Image: KEYSTONE

Des Parisiens se lancent le défi de se faire flasher... en courant

Désormais, la limitation de vitesse a été généralisée à 30 km/h dans tout Paris. L'initiative a donné une idée aux joggeurs: se faire flasher volontairement. On vous le dit tout de suite, ce n'est pas à la portée du premier venu.



Depuis le 30 août, les automobilistes ont interdiction de rouler au-delà de 30 km/h dans les rues de Paris. C'est sans compter certains sportifs qui sont capables d'atteindre cette vitesse en courant... et de se faire flasher, par la même occasion.

Flash sur la marque

L'idée a inspiré le magasin de running Distance pour réaliser sa campagne de pub «Outlaw Runners». Il a proposé à des athlètes de dépasser la vitesse de 30 km/h devant un radar automatique.

Bon, autant vous dire que l'exploit n'est de loin pas à la portée du premier coureur du dimanche venu. Parmi les sportifs qui y sont parvenus, Léna Kandissounon, championne de France du 800 mètres et Quentin Malriq, champion de France espoir du 1500 mètres.

Et si vous êtes malgré tout persuadé d'y arriver, Distance vous met au défi le 5 septembre, en organisant un concours de vitesse avec un radar installé directement dans sa rue au 14, rue des filles du calvaire (75003 Paris), à l’issue du semi-marathon de Paris.

En Suisse, l'idée fait son chemin (et elle va vite)

En Suisse aussi, le 30km/h en ville séduit les villes, pour lutter notamment contre les nuisances sonores et contre la pollution.

La limitation se déploiera à Lausanne au mois de septembre dans une centaine de rues, entre 22h et 6h du matin. La capitale vaudoise sera suivie par d'autres communes, au grand dam des transports publics, qui ne voient pas cette limitation d'un bon oeil.

Et pourtant, le 30km/h permettrait de lutter efficacement contre le bruit, véritable fléau pour la santé 👇

Et si vous avez envie d'en savoir plus sur l'état actuel de la pollution...

1 / 5
La pollution a baissé en 2020
source: shutterstock / shutterstock
Share on FacebookShare on TwitterShare via WhatsApp

Plus d'articles Actu

Un géant de l'immobilier vacille en Chine et les marchés mondiaux chutent

Link zum Artikel

La rentrée universitaire a commencé! Fâchés, des étudiants résistent

Link zum Artikel

«Un jour, ces molosses vont tuer quelqu'un du village»

Link zum Artikel

Vous planifiez vos vacances d'automne? Ce que vous devez savoir

Link zum Artikel

Le jour où Lionel Messi a refusé de laisser sa place

Link zum Artikel

Entrer en Suisse devient plus compliqué, 15 choses à savoir à ce propos

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

La loi CO2, ça coûte ou ça rapporte des sous? On a sorti la calculette

Le 13 juin prochain, les Suisses s'exprimeront sur la loi sur le climat. S'il est accepté, le texte va instaurer de nouvelles taxes mais va aussi vous faire économiser de l'argent sur vos primes maladies. Alors, qui va gagner et qui va perdre de l'argent?

Si les Suisses acceptent la loi sur le climat le 13 juin prochain, nos émissions de CO2 auront une influence directe sur notre porte-monnaie. Le texte soumis au vote fonctionne selon un principe simple: «les comportements respectueux du climat se révèlent payants. Les personnes qui génèrent peu de CO2 en tirent un avantage financier, alors que celles qui en génèrent beaucoup paient davantage», explique la Confédération.

Mais alors qui va devoir passer à la caisse et surtout combien est-ce que …

Lire l’article
Link zum Artikel