DE | FR

L'avion qui doit évacuer des civils vers la Suisse a décollé de Zurich

Image: sda
Le vol destiné à rapatrier en Suisse des personnes fuyant l'Afghanistan a dû être reporté à cause de la situation à l'aéroport de Kaboul. Lundi, il a finalement décollé vers l'Ouzbékistan.
22.08.2021, 16:1323.08.2021, 17:49

Le vol charter de Swiss aurait dû partir samedi, en direction de Tachkent, la capitale de l'Ouzbékistan. Sa mission: rapatrier en Suisse des civils fuyant l'Afghanistan après la prise de pouvoir des talibans.

Pourtant, les choses ne se sont pas déroulées comme prévu: samedi, en raison de la situation précaire autour de l'aéroport de Kaboul, le vol a été reporté «à court terme». L’avion comptant 300 places assises a finalement pu quitter Zurich lundi.

A ce jour, une centaine de personnes ayant un lien avec la Suisse ont pu être évacuées. Les premiers employés locaux de la DDC et leurs familles ont également pu quitter Kaboul dimanche.

La grande priorité du Conseil fédéral est d'évacuer les ressortissants suisses, les travailleurs de la coopération au développement de la Confédération et leur famille proche, soit environ 230 personnes.

Sur le même sujet:

Contrôle américain

La situation reste chaotique à l'aéroport international de Kaboul. Dimanche, les avions civils ne peuvent plus atterrir.

Les talibans patrouillent les rues entourant l'aéroport.
Les talibans patrouillent les rues entourant l'aéroport.Image: sda

Près de 6000 militaires américains contrôlent l'aéroport, mais les talibans patrouillent dans les rues alentour, limitant l'accès des civils. (ats/asi)

Les talibans ont pris le contrôle de Kaboul, Afghanistan

1 / 19
Les talibans ont pris le contrôle de Kaboul, Afghanistan
source: sda / khwaja tawfiq sediqi
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Asie centrale: des troubles dans l'arrière-cour de Poutine
Depuis la guerre de la Russie contre l'Ukraine, ça bouge en Asie centrale. Un élément que l'Europe ne devrait pas négliger.

Des chevaux sauvages sur des steppes sans fin. Des lacs glaciaires et des montagnes. Des moutons et des cabanes. Des Starbucks et des gratte-ciel. D'innombrables langues et cultures c'est le Turkménistan, le Kirghizstan, le Kazakhstan, le Tadjikistan, l'Ouzbékistan. Des pays post-soviétiques relativement mystérieux et discrets. Pourtant, c'est des régions que l'Europe ne devrait pas négliger dans le cadre de la guerre en Ukraine.

L’article