DE | FR

Tinder teste le contrôle des casiers judiciaires

L'application de rencontre a instauré, aux Etats-Unis, un système de contrôle. Comment ça marche et est-ce une bonne idée? Explications en trois points.
10.03.2022, 07:2610.03.2022, 07:45

Les utilisateurs de l'application de rencontre Tinder, aux Etats-Unis, auront la possibilité de vérifier le casier judiciaire des personnes pour lesquelles ils manifestent un intérêt. Cet outil a pour but de renforcer la sécurité de la plateforme.

Comment cela a-t-il été mis en place?

Cette fonctionnalité de contrôle découle d'un partenariat avec Garbo. Ce site, à but non lucratif, permet de faire des recherches sur des antécédents judiciaires comme les comportements violents ou dangereux et les délits sexuels via des données publiques, dans lequel Match Group, la maison mère de Tinder, a investi l'an dernier, a indiqué la plate-forme.

Comment cela fonctionne-t-il?

Concrètement, les membres américains de Tinder pourront accéder à Garbo depuis l'application, puis y entrer des informations basiques sur leur «match» (prénom et numéro de téléphone). Si plusieurs résultats correspondent, Garbo demandera des informations complémentaires, dont l'âge de la personne. Garbo précise ne pas prendre en compte certains délits comme la possession de drogues ou le vagabondage.

Si des antécédents judiciaires sont avérés, les utilisateurs seront incités à les signaler à Tinder. Des ressources en ligne seront également disponibles.

Au-delà des deux premières requêtes gratuites, chaque recherche sera facturée 2,5 dollars, plus des frais de traitement. L'argent collecté servira à financer les activités de Garbo.

Est-ce que c'est une bonne solution?

«Le meilleur indicateur de violences ou d'abus à venir, ce sont les antécédents révélant ce type de comportement», affirme, dans un communiqué, Kathryn Kosmides, la fondatrice de Garbo.

Sarah Lageson, professeure associée à l'école de justice pénale de l'université Rutgers-Newark, est plus critique. Elle admet que cette fonctionnalité «a le potentiel de dissuader des personnes nuisibles d'utiliser l'application, ce qui pourrait améliorer la sûreté des rencontres en ligne à court terme». Mais:

«d'un autre côté, la plupart des gens qui manifestent un comportement nuisible n'ont pas de casier judiciaire. Se baser sur le système pénal (réd: américain), avec tous les défauts qu'on lui connaît, n'est peut-être pas l'outil le plus utile pour évaluer le risque posé par un étranger.»

L'universitaire souligne le caractère incomplet des informations présentes dans les casiers judiciaires ainsi que leur biais racial.

Le risque principal, estime Nicole Bedera, chercheuse spécialisée sur les violences sexuelles, est de créer un «faux sentiment de sécurité» pour les utilisateurs de Tinder. (jah/ats)

Dans l'actu: 140 réfugiés ukrainiens ont été évacués vers la Suisse

L'actu' internationale, jour et nuit, c'est par ici:

Une gardienne de prison offre la liberté à son détenu préféré

Link zum Artikel

Moscou va montrer toute la force de l'armée russe pour célébrer le 9 Mai

Link zum Artikel

Le chanteur Bono du groupe U2 a chanté sur le quai d'un métro à Kiev

Link zum Artikel

Le G7 hausse le ton et s'engage à ne plus acheter de pétrole russe

Link zum Artikel

Un acteur de Sex Education devient le nouveau Docteur Who

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
«Va te faire foutre Hanouna»: Jawad dans TPMP, ça ne passe pas
C'est une histoire courte. «Touche pas à mon poste» annonce sur Twitter la venue de Jawad Bendaoud lundi soir en direct. Quelques minutes plus tard, sa présence est annulée. Entre les deux? L'émoi et le dégoût. Récit éclair.

C'est l'histoire d'un «logeur» délogé à la vitesse de la lumière. Jawad Bendaoud, autoproclamé «logeur de djihadistes» et célèbre (puis condamné) pour avoir loué un squat pour 150 euros la nuit à deux terroristes durant les attentats du 13 novembre 2015, aurait dû s'exprimer pour la première fois chez Cyril Hanouna. Lundi soir. En direct. Mais l'annonce publiée par Touche pas à mon poste (TPMP) sur Twitter a suscité un tel émoi que, quelques minutes plus tard, sa venue a été purement et simplement annulée.

L’article