DE | FR
Image: Shutterstock

Stop au tourisme de masse. La Thaïlande mise sur un tourisme «sexy»

Le monde post-Covid est en marche: face à la beauté retrouvée de ses paysages, la Thaïlande est déterminée à en limiter l'accès. Nom de l'opération: SEXY. Mais ce n'est pas ce que vous croyez.
15.04.2021, 19:3018.04.2021, 13:03

Les communiqués du gouvernement thaïlandais ont un petit côté fleur bleue que certains interpréteront comme de la modernité, d'autres comme de la nostalgie. Ces documents parlent de conscience écologique, de retour à la nature, d'un tourisme «SEXY» (lire le concept), qui consisterait moins à courir le jupon qu'à parcourir le pays.

Aujourd'hui, il n'existe pas de campagne publicitaire plus juteuse qu'une campagne bien verte. Mais pour les agences de voyages, que nous avons sondées, ces messages ne sont pas de la démagogie, ni de l'esbroufe: la Thaïlande veut changer. Plus exactement: elle aimerait redevenir ce qu'elle était.

«La tendance écologiste existait déjà avant le Covid. Les enjeux financiers restent importants, mais je pense que le tourisme de masse est bel et bien menacé»
Sophie de l'agence Lets Travel, spécialisée dans les excursions en Thaïlande.

A ce jour, la Thaïlande dissuade les étrangers avec des quarantaines de dix nuits ou quatorze jours, selon l'humeur, dans des hôtels réquisitionnés et surveillés, totalement isolés, dont les frais sont entièrement à la charge des visiteurs. Les promesses de réouverture restent vaines, malgré une situation sanitaire sereine (858 cas par jour, selon les derniers chiffres officiels).

Car depuis tout ce temps où elle s'est refermée sur elle-même, où les touristes et les gaz se sont évaporés, la Thaïlande redécouvre la beauté de ses paysages, la pureté de ses eaux turquoises, la diversité de sa faune. Elle retrouve son paradis perdu.

Les tortues reviennent à Phuket

Image: EPA
«La nature reprend des couleurs après une longue pause. La pandémie nous donne une image claire de l'impact écologique du tourisme. A nous de le rendre propre et durable au-delà du Covid»
Chanit Suwanparin, vice-président senior des véhicules électriques Banpu Next, dans le Bangkok Post.

Certains parcs nationaux respectent déjà une interdiction au public de deux à trois mois, pour permettre à l'écosystème de se régénérer. Selon le Bangkok Post, le Ministère de l'environnement souhaite étendre cette fermeture annuelle à l'ensemble de ses parcs.

Dans les zones maritimes moins préservées, la Thaïlande a déjà réduit le trafic naval d'un tiers et ne délivre plus qu'un nombre limité de permis, que ce soit pour naviguer, plonger ou dormir. Cette nature est placée sous haute protection militaire, avec des patrouilles armées. Des bungalows en bord de mer, sur des îles peu fréquentées, seront bientôt détruits. Un élu veut remplacer les tuks-tuks de Phuket par des véhicules électriques. La Thaïlande ne veut pas redevenir comme avant.

Phi Phi Island hier

Phi Phi Island aujourd'hui

Le problème de ce décor est qu'il en cache un autre, moins idyllique, celui des milliers de chômeurs qui, sur les trottoirs de Patong ou de Pattaya, font la queue avec une carte de rationnement, dans un long fleuve servile. Ce sont les égouts du paradis, toute une population que le Covid met à la rue et que le mouvement écologique rejette.

Voir le reportage d'Arte

Si la vidéo ne démarre pas, cliquez ici.Vidéo: YouTube/ARTE

C'est cette image-là, celle des bateaux abandonnés, des paillotes effondrées et des sociétés paupérisées, que les agences locales opposent à une idéologie de carte postale.

Haut lieu touristique, Phuket résume parfaitement ces enjeux:

  • Le tourisme représente 85% des revenus
  • Avant le Covid, l'île accueillait 14 millions de visiteurs par an, qui représentaient 11 milliards de francs de dépenses
  • La baisse de fréquentation est aujourd'hui de 90%

Les voyagistes déplorent à mot-couvert que le gouvernement ne les ait pas informés de ses visées écologistes, notamment la fermeture des parcs.

«Nous les avons prévenus très à l'avance, contrairement à ce qu'ils prétendent. Nous ne reviendrons pas sur notre décision. Plus nous retarderons notre réforme du tourisme, plus nous serons perdants. Y compris les acteurs économiques»
Songtham Suksawang, directeur de l'Office des parcs nationaux, dans le Bangkok Post.

Chez Lets Travel, dont l'offre est historiquement basée sur un tourisme contemplatif, on se réjouit de cet appel au calme. «J'espère vraiment que la Thaïlande persistera dans sa démarche environnementale, conclut Sophie. Je sens une volonté claire depuis plusieurs années. Cela dit, l'appât du gain ne disparaîtra pas avec le Covid... Si les vols de ligne restent fréquents, à partir des métropoles et avec des tarifs low coast, le nombre de visiteurs ne diminuera pas. C'est la grande inconnue du monde d'après.»

La Kumbh Mela à eu lieu en Inde, malgré le Covid

1 / 16
La Kumbh Mela a eu lieu en Inde, malgré le Covid
source: sda / idrees mohammed
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

Cela pourrait aussi vous intéresser:

Bill Gates aurait quitté Microsoft à cause d'une liaison avec une employée

Link zum Artikel

5 haies d'honneur légendaires du sport

Link zum Artikel

19 animaux qui prouvent que l'Australie est un pays flippant

Link zum Artikel

L'Etat le plus vacciné du monde forcé à reconfiner suite à une flambée de cas

Link zum Artikel

Le ou la Covid: connaissez-vous ces autres mots qui changent de sexe?

Link zum Artikel

«Ton mariage, c'était sympa... mais sans plus»

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Les Ukrainiens attaquent les Russes avec des drones tueurs à 100 francs
Avec de simples drones et de vieux obus soviétiques, une unité ukrainienne fait la chasse aux chars russes et avec succès. Les imprimantes 3D y jouent un rôle important.

La bombe apparaît brièvement sur l'image, puis elle tombe pendant quelques secondes et elle s'écrase au milieu des soldats russes. Des images comme celles-ci sont apparues à plusieurs reprises au cours des dernières semaines. Dans une autre vidéo, l'obus tombe à travers le toit ouvrant d'une voiture remplie de soldats russes, mais la plupart du temps, ce sont des chars de combat ou des transports de troupes que l'unité ukrainienne Aerorozvidka (reconnaissance aérienne) prend pour cible avec ses drones.

L’article