International
ukraine

Sébastopol: ce que l'on sait de l'attaque contre la flotte russe

Explosions et drones maritimes kamikazes: la flotte russe encore visée

Le navire Amiral Makarov, probablement visé par les drones suicides.
Le navire Amiral Makarov, probablement visé par les drones suicides.Image: Shutterstock
Dans la nuit de vendredi à samedi, une vaste attaque a secoué la baie de Sébastopol, dans la Crimée occupée. Objectif probable de l'action, qui a impliqué de nouveaux drones maritimes suicides: le navire amiral russe de la flotte de la mer Noire.
31.10.2022, 12:0031.10.2022, 12:35
Suivez-moi
Plus de «International»

Après la base aérienne de Saki et le pont du détroit de Kertch, frappés respectivement en août et en octobre, la Crimée a de nouveau été le théâtre d'une attaque: dans la nuit de vendredi à samedi, des explosions ont retenti dans la baie de Sébastopol, qui abrite la base principale de la flotte russe de la mer Noire.

Selon les autorités russes, la flotte a été frappée par des drones. Il s'agirait même de la l'attaque la plus massive de ce type que la baie de Sébastopol ait jamais connu, a affirmé le gouverneur de la ville.

Image
Image: datawrapper/watson

Neuf engins aériens et sept drones maritimes ont été utilisés, a affirmé le ministère russe de la Défense, qui a ajouté que tous les projectiles ont été neutralisés. Seul le dragueur de mines Ivan Golubets et un barrage flottant auraient été partiellement endommagés. Les images circulant sur les réseaux sociaux montrent autre chose.

Des drones maritimes kamikazes

Comme le rapporte le média spécialisé The Drive, l'armée ukrainienne a publié des vidéos tournées à bord de plusieurs drones maritimes utilisés lors de l'attaque. Il s'agit de drones kamikazes, à savoir de petits bateaux chargés d'explosif qui foncent vers leur cible et explosent en la touchant. Une première vidéo montre l'un de ces engins en train de se frayer un chemin parmi les coups tirés par les défenseurs russes:

Mais c'est la deuxième qui révèle ce qui était probablement la véritable cible de l'attaque. Tournées de nuit, les images montrent le petit vaisseau suicide foncer vers un imposant navire de guerre: la vidéo s'arrête au moment où le drone est censé toucher sa cible et, par conséquent, exploser:

Le vaisseau qu'on voit dans la vidéo est une frégate de classe Amiral Grigorovitch. La flotte russe de la mer Noire en compte trois, selon l'«Institute for the Study of War» (ISW). L'une d'elle, l'Amiral Makarov, est le navire amiral de la flotte. Son prédécesseur, le Moskva, avait été coulé en avril.

👉 Suivez les derniers développements de la guerre dans notre direct 👈

Selon plusieurs analystes et internautes adeptes de renseignement d'origine open source (sources ouvertes), c'est bien l'Amiral Makarov qu'on voit dans la vidéo. Pour le prouver, ils ont comparé les images avec des photos plus anciennes du navire: plusieurs détails correspondent.

1 / 6
Les Ukrainiens ont-ils frappé l'Amiral Makarov?
source: twitter
partager sur Facebookpartager sur X

Une cible symbolique et logique

A l'heure actuelle, on ne sait pas si l'Amiral Makarov a été effectivement endommagé. Les responsables russes n'ont rien dit à ce sujet. Pourtant, comme le rappelle l'ISW, le ministère russe de la Défense avait nié tout dommage au croiseur Moskva lorsque les forces ukrainiennes l'ont coulé le 14 avril.

Tout comme le Moskva, le Makarov est une cible hautement symbolique. Si l'attaque est confirmée, résume Naval News, cela signifierait que l'Ukraine, un pays dépourvu de marine militaire, a été capable de tirer deux fois en quelques mois sur le navire amiral d'une puissante force navale.

L'Amiral Makarov ne revêt pas uniquement une grande importance symbolique: ce navire est également capable de tirer des missiles de croisière Kalibr. La décision de le frapper répond donc à des considérations très concrètes et est logique, explique l'ISW, notamment au vu des bombardements que Moscou mène depuis quelques semaines contre les villes et les infrastructures énergétiques ukrainiennes. Pas plus tard que ce lundi matin, plus de 50 missiles ont été lancés sur le pays.

«Si Kiev avait ordonné cette attaque, il s'agirait d'une réponse proportionnée, voire retenue, à la vaste campagne russe de bombardements stratégiques visant des cibles civiles dans toute l'Ukraine»
Institute for the Study of War

Un point de vue partagé par l'analyste Mick Ryan, qui écrit que Kiev réduit la capacité des Russes à lancer des missiles sur l'Ukraine depuis la mer.

Vidéo: watson

La guerre asymétrique

Plus généralement, l'attaque contre Sébastopol met en lumière les éléments suivants, poursuit l'auteur et ancien officier dans une publication Twitter:

  • L'Ukraine est de plus en plus en mesure de frapper des cibles qui ne se trouvent pas directement sur le champ de bataille;
  • La volonté ukrainienne de reprendre la Crimée est sérieuse. Ces frappes corrodent lentement la capacité militaire russe dans la péninsule et obligent Moscou à revoir ses priorités en matière de déploiement de forces.
  • L'attaque montre également à quel point les Ukrainiens savent s'adapter. Ils ont rapidement développé une nouvelle capacité de frappe sur les mers, grâce notamment aux nouveaux drones maritimes.
  • Mais avoir de nouvelles armes ne suffit pas, conclut l'expert: être capable de l'intégrer intelligemment dans les combats est moins évident.

En définitive, les forces ukrainiennes utilisent efficacement les peu de moyens à leur disposition face à un adversaire beaucoup plus équipé, du moins en mer, conclut Naval News. Il s'agit de ce que les experts appellent la guerre asymétrique.

Il est finalement intéressant de souligner que l'Ukraine n'a pas encore revendiqué la responsabilité de l'attaque. Même ses comptes officiels sur les réseaux sociaux, d'habitudes bavards et irrévérencieux, sont restés silencieux. La Russie a dénoncé un «acte terroriste» mais, comme le rappelle l'ISW, les attaques contre des navires militaires en temps de guerre sont des actes militaires légitimes.

Des drones kamikazes iraniens sont utilisés par l'armée russe en Ukraine
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Nouvel incident à la frontière entre la Corée du Nord et du Sud
Des dizaines de soldats nord-coréens ont franchi la frontière avec la Corée du Sud, avant de battre en retraite sous les tirs de sommation sud-coréens.

Cette nouvelle incursion survient alors que plusieurs soldats nord-coréens ont été blessés au cours d'un autre incident. Les hommes ont été touchés par l'explosion de mines alors qu'ils travaillaient près de la frontière. Selon un responsable de l'état-major sud-coréen, ces soldats effectuaient des travaux de déblayage et posaient des mines le long de la frontière, mais ont «subi de nombreuses pertes à la suite d'explosions répétées de mines terrestres au cours de leur travail». Malgré cela, les militaires du Nord «semblent imprudemment poursuivre leurs opérations», a ajouté ce responsable.

L’article