larges éclaircies
DE | FR
International
ukraine

Cette nouvelle menace inquiète l’Ukraine

L'armée russe contrôle la centrale hydroélectrique située à l'extrémité inférieure du lac de barrage à Zaporijia. Voici pourquoi c'est un problème pour le président de l'Ukraine, Z ...
L'armée russe contrôle la centrale hydroélectrique située à l'extrémité inférieure du lac de barrage à Zaporijia. Voici pourquoi c'est un problème pour le président de l'Ukraine, Zelensky.Image: imago/keystone

Cette nouvelle menace inquiète l’Ukraine

En Ukraine, pays déchiré par la guerre, l'hiver a provoqué beaucoup de souffrances et de décès. Mais les mois plus chauds sont également une grande menace pour la population.
03.04.2023, 05:55
Liesa Wölm / t-online
Plus de «International»
Un article de
t-online

Avec une longueur totale de plus de 1 600 kilomètres, le barrage de Kachovka, dans le sud de l'Ukraine, est le plus grand système de canaux d'irrigation d'Europe. Habituellement, le niveau d'eau monte au printemps — en raison de la fonte des neiges et de la pluie qui s'écoule dans la rivière voisine, le Dnipro. Mais en ce mois de mars, le niveau d'eau est bien en dessous de la normale, il a baissé de deux mètres pour la dernière fois. C'est le niveau le plus bas depuis 30 ans, comme le rapporte notamment la chaîne NPR en citant les autorités ukrainiennes.

👉Suivez en direct l'évolution de la guerre en Ukraine👈

Il y a une explication à cela: l'armée russe contrôle la centrale hydroélectrique située à l'extrémité inférieure du lac de barrage. En novembre de l'année dernière, les soldats ont ouvert les portes de l'écluse, comme le prouveraient des images satellites. De plus, des explosions ont eu lieu sur le barrage, ce qui l'a endommagé. Cela a des conséquences fatales pour les habitants de la région — car le barrage alimente les villages et les villes en eau. Il irrigue en outre près d'un demi-million d'hectares de champs de céréales et de légumes pendant l'été.

16 millions d'Ukrainiens touchés

Le barrage de Kachovka est un exemple de la stratégie de Vladimir Poutine visant à plonger la population civile dans la souffrance en limitant l'approvisionnement en eau. Selon l'Unicef, le Fonds des Nations unies pour l'enfance, environ 16 millions de personnes en Ukraine n'ont actuellement pas d'accès sûr à l'eau et aux installations sanitaires. Les experts estiment que la situation s'est dramatiquement détériorée depuis le début de l'invasion - et qu'elle pourrait entraîner des problèmes encore plus importants dans les mois à venir, périodes durant lesquelles les températures seront par ailleurs plus chaudes.

Un plan d'eau dans la région de Kharkiv : la Russie empêche des millions de personnes d'avoir accès à l'eau potable.
Un plan d'eau dans la région de Kharkiv: la Russie empêche des millions de personnes d'avoir accès à l'eau potable.Image: imago/images

Une étude récente de l'Institut Leibniz d'écologie aquatique et de pêche intérieure (IGB) et de la Société Senckenberg de recherche sur la nature (SGN), publiée dans la revue Nature Sustainability, a examiné les multiples conséquences de la guerre en Ukraine sur le secteur de l'eau.

La détérioration de la situation n'est pas seulement due aux attaques directes contre les conduites d'eau, les canaux, les stations de pompage ou les installations de traitement de l'eau, mais aussi à la forte dépendance de l'infrastructure de l'eau vis-à-vis de l'approvisionnement en électricité, qui a été interrompu ou s'est totalement effondré, selon les experts. Cela a eu des conséquences et des risques à très long terme pour la population, l'environnement et la sécurité alimentaire mondiale.

L'eau comme levier militaire

Dans les conflits armés, l'eau douce et l'infrastructure de l'eau font partie des ressources les plus menacées. L'accès à l'eau peut être l'élément déclencheur du conflit, servir de moyen de pression militaire ou le secteur de l'eau lui-même peut être directement touché par des actes de guerre, indique l'étude.

«En Ukraine, les actions militaires ont lieu dans une région où le secteur de l'eau est très développé et industrialisé»
Oleksandra Shumilova, chercheuse de la CSI.tagesschau

D'après Oleksandra Shumilova, chercheuse de la CSI et première auteure de l'étude, elle-même originaire d'Ukraine, il s'agit d'une situation particulière par rapport à d'autres conflits militaires dans le monde qui touchent le secteur de l'eau. L'importante infrastructure hydraulique critique du pays comprend de grands barrages polyvalents, des centrales hydroélectriques, des installations de refroidissement pour les centrales nucléaires, des réservoirs d'eau pour l'industrie et les mines, ainsi qu'un vaste réseau d'approvisionnement pour l'irrigation agricole et l'approvisionnement en eau des villes.

A Kiev, les habitants prennent soin de leur approvisionnement en eau. (Image d'archive)
A Kiev, les habitants prennent soin de leur approvisionnement en eau. (Image d'archive)Image: imago/images

Sols contaminés

En raison de la guerre, de grandes zones sont inondées par des ruptures de barrage et les eaux usées non traitées polluent la région. «Les munitions explosées contaminent le sol avec des métaux lourds», explique Serhij Natrus, directeur du département d'écologie de l'administration régionale de Donetsk, lors d'un entretien avec le journal télévisé Tagesschau. A cela s'ajoute le fait que la quantité et la qualité de l'eau potable et de l'eau pour l'agriculture ont considérablement diminué, expliquent les experts de l'IGB et du SGN.

Selon le service régional de l'environnement, de plus en plus de polluants ont été détectés dans la rivière Siverskyi Donez depuis le début de la guerre. Notamment de l'azote, du pétrole, des pesticides et des métaux lourds. C'est ce que rapporte encore le Tagesschau. Le fleuve approvisionne l'ensemble du Donbass en eau potable.

Les experts environnementaux craignent en outre que les nappes phréatiques et les sols ne soient contaminés par l'eau des mines ou par des substances dangereuses provenant des terrils, en raison de l'inondation incontrôlée de mines fermées à la hâte dans la région de Donetsk.

Pénurie de «plus d'un mois»

Dans la ville de Mykolaïiv, les habitants ressentent particulièrement les effets de l'infrastructure hydraulique endommagée. Là-bas, le thème de l'eau fait presque quotidiennement l'actualité, explique Oleksandra Shumilova, chercheuse à la CSI. Elle est elle-même originaire de Mykolajiw. En avril 2022, une conduite de transfert de 90 kilomètres de long, qui fournissait de l'eau à partir de la rivière Dnipro, a été endommagée.

«Pendant plus d'un mois, il n'y avait pas d'eau du robinet»
Oleksandra Shumilova, chercheuse à la CSI.tagesschau

«Pendant plus d'un mois, il n'y avait pas d'eau du robinet», explique Shumilova. Par la suite, l'eau a été livrée par une autre source, avec de fréquentes interruptions, mais même après traitement, elle n'était pas potable.

«Chaque jour, on voit de longues files de gens avec des bouteilles en plastique qui attendent de l'eau»
Oleksandra Shumilova, chercheuse à la CSI.tagesschau

Le fait que des millions de personnes n'aient pas accès à l'eau potable depuis des mois a donc des conséquences négatives sur la santé et augmente le risque d'épidémies en Ukraine.

«Régions particulièrement vulnérables»

Selon l'étude de la CSI, la majeure partie de l'infrastructure de l'eau se trouve dans les parties sud et est de l'Ukraine - des zones de production agricole intensive et de grandes installations industrielles de transformation des métaux, d'extraction minière et de production chimique.

«Ces régions sont particulièrement vulnérables et illustrent l'importance de protéger les systèmes d'eau de la pollution et de la violence», explique Peter Gleick, cofondateur et Senior Fellow du Pacific Institute for Studies in Development, Environment, and Security à Oakland, USA. Gleick est aussi un des auteurs de l'étude.

Centrale nucléaire de Zaporijia : Les experts s'inquiètent de l'approvisionnement en eau de la centrale.
Centrale nucléaire de Zaporijia.Image: imago images

Par ailleurs, les experts s'inquiètent pour la centrale nucléaire de Zaporijia, située sur les rives du barrage de Kakhovka et tributaire de l'eau de refroidissement qui en provient. Une rupture du barrage menacerait la sécurité de la centrale nucléaire. Une contamination radioactive secondaire pourrait se produire en raison d'une libération incontrôlée de matériaux radioactifs.

Craintes pour l'été

Cependant, comment l'Ukraine compte-t-elle résoudre les problèmes d'infrastructure hydraulique? Selon la chaîne NPR, le gouvernement a tenté d'endiguer les inondations au barrage de Kakhovka en déversant de l'eau d'autres barrages contrôlés par l'Ukraine le long du fleuve Dnipro. Le lac de retenue de la centrale nucléaire de Zaporijjia devrait ainsi être temporairement rempli à nouveau.

«Tout cela risque de faire baisser le niveau de l'eau à un niveau critique dans toute la cascade des réservoirs de Dnipro en Ukraine. Par conséquent, 70 % de la population ukrainienne qui consomme de l'eau du réservoir de Dnipro pourrait se retrouver sans eau».
Ministère ukrainien de la protection de l'environnement et des ressources naturelles.npr

Shumilova, chercheuse à la CSI, met en garde:

«A mon avis, les mois d'été seront assez difficiles»
Hasbulla rencontre Mike Tyson et se bat avec lui
Video: watson
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Ces Suédois forment «une mini-armée entièrement équipée» face aux Russes
Le colonel Dan Rasmussen est à la tête des troupes suédoises sur l'île de Gotland, située en mer Baltique. Il nous explique comment se passe son quotidien sur la première ligne de défense face à la Russie.

Sur le canapé en cuir noir de cette maison de campagne située au sud de Visby, ce sont d'habitude les touristes qui planifient leurs tours à vélo et leurs randonnées autour de cette île de vacances très prisée. Ils ont désormais laissé leur place aux plus hauts responsables militaires de Gotland. Nous rencontrons Dan Rasmussen, l'officier commandant le régiment de la région.

L’article