larges éclaircies
DE | FR
International
ukraine

Pourquoi des trains ukrainiens sont remplis de soldats russes morts

Pourquoi des trains ukrainiens sont remplis de soldats russes morts

En Ukraine, des wagons réfrigérés sont remplis de soldats russes morts au combat. Mais quelle est la raison? Et que dit le droit international de la guerre?
Cet article est également disponible en allemand. Vers l'article
30.05.2022, 11:5412.05.2023, 17:49
Yasmin Müller
Yasmin Müller
Yasmin Müller
Suivez-moi
Plus de «International»

Des wagons de train remplis de sacs mortuaires blancs empilés. Ceux-ci sont remplis de corps de soldats russes morts au combat pendant la guerre d'Ukraine. Ces wagons ne se situent pas en Russie, mais en Ukraine. Personne ne sait pour combien de temps encore.

Qu'advient-il des soldats morts à la guerre? Et quels sont les normes, les droits et les obligations des belligérants en ce qui concerne les soldats morts? Tour d'horizon.

Attention!
Cet article traite des personnes décédées lors de la guerre en Ukraine. Le texte contient des images et des vidéos montrant des housses mortuaires et des corps morts. Les visages ne sont pas identifiables. Chez certaines personnes, ces images peuvent déclencher des réactions négatives, des flashbacks ou des traumatismes. Merci de faire attention si c'est votre cas.

Il faut cliquer délibérément sur toutes les images.

Des «centaines de corps» dans les trains

Des Ukrainiens vêtus de combinaisons de protection hissent des sacs mortuaires dans des wagons réfrigérés. A l'intérieur se trouvent des soldats russes tombés dans la région de Kiev. C'est ce que montrent des reportages de la chaîne d'information Al-Jazeera et des vidéos de l'agence de presse Reuters.

On y voit notamment l'insigne d'un parachutiste russe de haut rang ainsi que les bijoux qu'il aurait pillés en Ukraine. Son corps sans vie reposerait dans l'un des nombreux sacs mortuaires blancs.

Le chef de la coopération civilo-militaire de l'Ukraine, Volodymyr Lyamsin, explique à Al-Jazeera:

«Nous garderons les corps aussi longtemps qu'il le faudra. Si la Russie refuse de reprendre les morts, nous les enterrerons à nos frais.»

Plusieurs trains de ce genre seraient stationnés dans différentes régions d'Ukraine. Pour conserver les corps des soldats russes, précise Lyamsin à Reuters.

Dans les sacs mortuaires blancs empilés dans les trains ukrainiens, il y aurait plusieurs centaines de corps, poursuit Lyamsin. Mais il n'existe pas de chiffres précis sur le nombre de soldats russes qui ont perdu la vie en Ukraine: L'Ukraine parle de 30 000 morts russes, la Russie évoque 1300 morts dans ses propres rangs.

Surprise

Mais existe-t-il des règles internationalement reconnues sur la manière dont l'Ukraine et la Russie doivent traiter ces corps?

Ce que dit le droit international

L'ensemble des règles régissant la guerre est consigné dans les quatre Conventions de Genève de 1949. Elles représentent le cœur du droit international humanitaire. Depuis, elles ont été révisées à plusieurs reprises et complétées par des protocoles additionnels.

Les Conventions de Genève règlent la manière dont les personnes non impliquées ou inaptes au combat doivent être protégées en cas de guerre. Le traitement des soldats morts est également mentionné à plusieurs reprises dans le droit international.

Les conventions de Genève sont contraignantes pour tous les Etats qui les signent. S’ensuivent les protocoles additionnels respectifs. Le comité international de la Croix-Rouge (CICR) fait office d'organe de contrôle.

L'Ukraine et la Russie ont toutes deux ratifié cette convention dans leur législation. La Russie a toutefois émis des réserves.

Surprise

Le traitement des morts

En principe, le droit international stipule que les parties au conflit doivent prendre toutes les mesures possibles pour rechercher et récupérer les morts. C’est ce qu’a expliqué Erika Oman Chappuis du CICR à watson. Cela implique qu'elles doivent traiter avec soin les ennemis tombés au combat.

Le droit international ne prévoit pas l'ensevelissement à la hâte dans des fosses communes. Les enterrements doivent être effectués individuellement si les circonstances le permettent, comme le stipule la première Convention de Genève. L'incinération n'est envisagée qu'en cas d'urgence absolue, par exemple pour des «raisons impérieuses d'hygiène».

La Première Convention de Genève, chapitre II, article 17, indique également que les belligérants doivent mettre en place un service officiel des sépultures. Ce service est responsable de l'identification des corps. Il doit aussi tenir une liste avec des informations précises sur l'emplacement des tombes et les personnes qui y sont enterrées.

Le CICR soutient l'Ukraine dans cette tâche pendant la guerre en cours. Il collecte des informations sur les civils et les militaires capturés ou tués, comme le dit Chappuis. Cela se fait depuis le «Central Tracing Agency Bureau for the International Armed Conflict in Ukraine» (CTA). Ces informations sont ensuite transmises à toutes les parties du conflit.

On peut ainsi éviter que des personnes disparaissent sans explications. On peut informer les familles en leur donnant des informations sur le sort et le lieu où se trouvent leurs proches, spécifie Chappuis.

Surprise

De plus, selon le troisième traité de Genève, le CICR a une «fonction d'inspection» dans l'enregistrement des prisonniers de guerre, souligne Chappuis. Grâce à un questionnaire, il peut localiser, identifier et surveiller le statut des prisonniers de guerre. Ainsi, les prisonniers de guerre peuvent être protégés contre les disparitions forcées, les mauvais traitements ou les exécutions sommaires, poursuit Chappuis.

Le transport des dépouilles

Les combattants sont tenus d'échanger des informations sur les morts dès que les circonstances le permettent. Il s'agit de garantir à toutes les parties d’obtenir des informations sur leurs morts ainsi que sur les tombes de guerre. Cela permet aussi d’éventuelles exhumations et rapatriements des corps. En tant que médiateur neutre, le CICR soutient les belligérants dans ce processus, confirme Chappuis à watson.

Volodymr Lyamsin a déclaré à Reuters à propos des soldats morts dans des sacs mortuaires blancs empilés dans des wagons réfrigérés ukrainiens:

«Les parties au conflit doivent restituer les corps des soldats d'un autre pays après la fin de la phase active du conflit. C’est ce que qu’énonce les normes du droit international humanitaire.»
Forensic experts inspect bodies of dead Russian soldiers during an identification process in Kharkiv, east Ukraine, Tuesday, May 17, 2022. (AP Photo/Bernat Armangue)
Ce soldat russe mort a pu être identifié. Il est maintenant stocké dans un wagon réfrigéré jusqu'à ce que la Russie ou sa famille s'occupe de sa dépouille. Kharkiv, 14 mai 2022.image: keystone

Mais l'Ukraine est-elle vraiment obligée de restituer les Russes tombés au combat? Et la Russie doit-elle également accepter les corps? Chappuis clarifie:

«L'obligation des combattants est de s'efforcer loyalement à restituer les corps et les effets personnels aux familles», explique-t-il. «Cela vaut également pour toutes les parties au conflit. La famille ou la partie au conflit à laquelle appartenait le défunt peut faire une demande de restitution».

Martin Schüepp, directeur régional du CICR pour l'Eurasie, a déclaré dans le contexte du conflit au Haut-Karabakh: «Le rapatriement des dépouilles des personnes tuées au combat est important pour que les morts puissent être pleurés dignement par leurs proches». De plus, selon Chappuis, le droit des familles à la dépouille de leurs proches est juridiquement réglé par les normes internationales en matière de droits de l'homme. Elle ajoute:

«En tant que CICR, nous travaillons avec les diverses parties au conflit pour nous assurer que l'équipement et le matériel nécessaires à de tels efforts soient disponibles. Nous fournissons des conseils techniques pour que tout cela puisse être mis en œuvre.»

On ne sait pas encore ce qu'il adviendra des soldats russes morts dans les trains réfrigérés ukrainiens. Mais le droit international prévoit que leurs familles puissent un jour les pleurer en paix.

Les civils évacués de Marioupol
Video: watson
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Lavrov dénonce des «accusations infondées» ++ La justice américaine inculpe des oligarques
Suivez en direct les dernières infos sur la guerre de la Russie contre l'Ukraine et ses implications en Suisse ainsi que dans le monde.
L’article