bien ensoleillé11°
DE | FR
Société
Analyse

TikTok, la menace chinoise

Instagram ne ressemblera pas à TikTok tout de suite. watson
TikTok est-il si dangereux? En Suisse, le PFPDT ne l'a pas interdit à ses collaborateurs et collaboratrices.Image: shutterstock
Analyse

TikTok, la menace chinoise

L'application chinoise est de plus en plus décriée en Occident. Au point que les Etats-Unis réfléchissent à interdire TikTok sur leur territoire. Et en Suisse? Le Préposé fédéral à la protection des données et à la transparence (PFPDT) répond.
09.03.2023, 18:3710.03.2023, 07:24
Suivez-moi
Plus de «Société»

La grande percée du géant chinois a du plomb dans l'aile. Ces dernières semaines, les pays occidentaux ont freiné des quatre fers face à TikTok, application la plus téléchargée en 2022, qui compte 1,7 milliard d'utilisateurs.

Les Etats-Unis et l'UE ont déjà sévi et interdit d'utiliser TikTok à leurs fonctionnaires. Monat Fortier, président du Conseil du Trésor canadien, s'est également prononcée sur l'interdiction de l'utilisation de l'application sur les mobiles du gouvernement. Les Etats-Unis pourraient même franchir un nouveau palier et tout bonnement interdire l'application sur son territoire.

Cet affrontement laisse entrevoir une bataille de gros sous. TikTok a amassé 9,4 milliards de dollars dans le monde en 2022 et pèse de plus sur le marché publicitaire. Mais il y a également des enjeux politiques.

Déstabilisation de la démocratie?

La Chine mènerait une vraie bataille d'influence sur les territoires dits démocratiques, selon le livre La Guerre qu'on ne voit pas venir. Nathalie Loiseau (l'eurodéputée qui qualifiait la Suisse de «grosse et molle») y raconte comment, selon elle, la Chine chercherait à déstabiliser les démocraties occidentales.

TikTok est tout désigné pour être le grand méchant loup qui vient tout dévorer dans la bergerie. Mais il ne faut pas oublier les derniers scandales qui ont émaillé le puissant groupe Meta. L'épisode Cambridge Analytica rappelle que les dérives règnent aussi dans le cercle très fermé et très secret des GAFAM.

Amazon, Apple, Facebook, Google collectent nos données depuis longtemps et les Etats ne semblent pas s'y opposer avec autant de véhémence qu'avec TikTok.

Alors pourquoi TikTok pose autant de problèmes? En Suisse, le Préposé fédéral à la protection des données et à la transparence (PFPDT) nous explique que «l’utilisation de Tiktok sur les smartphones de service mis à disposition par la Confédération soulève non seulement la question de la protection des données, mais aussi la question de la protection des informations de la Confédération, plus précisément du secret de fonction.»

Il poursuit:

«Les collaboratrices et collaborateurs de l'administration fédérale utilisent des applications spéciales sur leurs téléphones portables pour accéder aux applications et données professionnelles telles que les e-mails, le calendrier, les contacts ainsi que les plateformes intranet. Ces données professionnelles restent ainsi dans un environnement isolé et sécurisé (réd: sandbox)»

Le politicien américain et président de la commission de la Chambre sur la sécurité intérieure, Michael McCaul tenait un discours très virulent, parlant même de «menace pour la sécurité nationale».

«Quiconque a téléchargé TikTok sur son appareil a donné au PCC (réd: Parti communiste chinois) une porte dérobée à toutes ses informations personnelles. C'est un ballon espion dans nos téléphone»
Michael McCaul

La méfiance est d'autant plus forte que depuis l'affaire des ballons géants qui volaient au-dessus des têtes des Américains, elle prouve une réelle crainte entre la Chine et les pays occidentaux.

Pour le boss du FBI, Chris Wray, l'inquiétude est aussi au menu concernant l'influence et la manipulation de contenu.

Fuite de données et manipulation

La guerre en Ukraine est un exemple. Si cette guerre est qualifiée d'hybride, c'est tout simplement grâce à l'impact des réseaux sociaux. TikTok tient par ailleurs une part prépondérante dans l'échiquier de la grande bataille entre la Russie et l'Ukraine. Le groupe Wagner propage de la désinformation à grande échelle, comme le souligne le rapport de News Guard.

ByteDance, l'entreprise propriétaire qui gère le réseau social, a admis qu'elle avait espionné trois journalistes du magazine Forbes grâce à l'adresse internet de leur mobile. La firme est d'ailleurs sous le coup d'une enquête de l’autorité irlandaise de protection de la vie privée. ByteDance est accusée d’enfreindre la législation européenne sur la protection des données (RGPD) en matière de traitement des données personnelles des enfants et de transferts de données vers la Chine, comme le rappelle Le Monde.

Au service de la Chine?

L'UE juge la collecte de données suspecte. Mais les autorités helvétiques ont-elles trouvé des failles?

«Nous n’avons pas analysé l’application TikTok lors d’un contrôle. S’agissant d’une application qui peut être téléchargée de manière volontaire en Suisse, les utilisatrices et utilisateurs doivent prendre connaissance des termes d’utilisation et de la déclaration de protection des données avant de décider de les utiliser. Il faut toujours lire attentivement ces informations et évaluer si la manière dont cette entreprise traite les données correspond à nos propres devoirs et attentes»
Le Préposé fédéral à la protection des données et à la transparence

Comme le réseau appartient à une société basée en Chine, le gouvernement a-t-il la possibilité de fouiller les données des utilisateurs? Un porte-parole de l'application a assuré que les informations n'étaient pas partagées avec les hautes sphères politiques chinoises.

Mais pour se prémunir de tous risques, les pontes de la Commission européenne et les Américains ont une solution simple: désinstaller l'application.

Faire les bons choix

Cette collecte semble opaque du côté de TikTok, mais les autres grands acteurs du Web, il ne faut pas se leurrer, ne se gênent pas pour récolter nos données.

«TikTok, tout comme les produits GAFAM, reposent sur l'idée de l'échange, selon laquelle les utilisateurs donnent accès à leurs propres données en échange d'un service gratuit. Ces services collectent de grandes quantités de données, déclare le PFPDT. Il met en garde l’utilisatrice ou l’utilisateur au moment de la configuration de l’application afin de limiter la collecte de données:

«Dans tous les cas, le PFPDT recommande aux utilisateurs de toujours limiter les autorisations via les systèmes d'exploitation, dans la mesure où elles vont au-delà de ce qui est nécessaire pour une utilisation raisonnable de l'application.»
5 trends TikTok qu'il ne faut absolument pas suivre
Video: watson
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Ce cul mérite toute notre attention
Après avoir affriolé le monde en se trémoussant à poil dans un manoir de la campagne anglaise, l'acteur irlandais Barry Keoghan a remis le paquet (enfin, si on veut) cette semaine pour le numéro spécial de Vanity Fair. Et on a envie de dire: ouiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii. Encore!

Par une soirée de l'automne 2023, dans la morosité de novembre et la tiédeur de notre canapé, peut-être avez-vous été happé par Saltburn, ce film bizarroïde, coloré et joyeusement immoral qui tourne en ridicule l'aristocratie britannique. Une satire dont la toute dernière scène, forcément, ne pouvait que vous titiller, vous émoustiller, vous exciter, vous fasciner, vous provoquer, vous déranger, vous indigner, vous offusquer... Bref! Tout. Sauf vous laisser indifférent.

L’article