en partie ensoleillé
DE | FR
Société
Google

Accusé à tort de pédophilie par Google, ce père vit un enfer

Il photographie son fils malade et Google lui fait vivre l'enfer.
Des enquêteurs, ayant reçu une plainte de Google, ont dédouané en décembre 2021 le père de famille.Image: Shutterstock

Accusé à tort de pédophilie par Google, ce père de famille vit un enfer

Un Américain jure n'avoir «rien fait de mal». Ce que la police et des experts confirment. Mais pour Google, son acte allait contre la politique de l'entreprise américaine.
24.08.2022, 15:0624.08.2022, 22:42
Suivez-moi
Plus de «Société»

Depuis un an et demi, ce père de famille vit un véritable calvaire. Dimanche, le New York Times est revenu sur l'histoire de Mark, un Américain qui, en février 2021, s'est inquiété d'une douleur ressentie par son bébé au niveau du pénis. En toute logique, l'homme âgé d'une quarantaine d'années a fait appel à un médecin. Pandémie de Covid oblige, la consultation ne pouvait se faire qu'en visioconférence.

Pour mieux comprendre la situation, l'infirmière préparant administrativement le rendez-vous a demandé à ce que des photos de la zone enflée soient envoyées, de sorte que le praticien puisse les examiner avant de les rencontrer. Plusieurs clichés dont l'une qui montrait la main de Mark pointant sur le gonflement ont été pris.

L'enfant a finalement guéri grâce aux antibiotiques prescrits. Cependant, un problème des plus inattendus s'est présenté deux jours plus tard: le compte Google du père avait été bloqué. A ce moment, ce dernier ne le savait pas encore, mais le géant américain venait de l'accuser de pédocriminalité.

Exclu de Google

Comme l'explique le journal, c'est en lisant le rapport reçu de l'entreprise américaine à propos d'une «grave violation de la politique de Google» que Mark a réalisé que celle-ci avait listé la série de photos de son fils dans la catégorie «abus sexuel et exploitation d’enfants».

Pour cet ancien ingénieur, qui supposait que le problème venait des algorithmes de la société, le malentendu allait facilement être rectifié par un employé qui allait se rendre compte de l'erreur commise.

«Je savais que ces entreprises surveillaient et que la confidentialité n'était pas ce que nous espérions qu'elle soit. Mais je n'ai rien fait de mal»
Marksource: new york times

Des enquêteurs, ayant reçu une plainte de Google, ont dédouané en décembre 2021 le père de famille. Ils lui ont assuré qu’aucune poursuite ne serait mise en place. Sauf que Google n'était pas de cet avis. E-mail, numéro de téléphone, galeries, vidéos: tous les accès de Mark à la plateforme ont été bloqués puis supprimés dans la foulée.

Erreurs manifestes

Google dispose d'un système de détection d'images pouvant repérer les photos à caractère pédopornographique. Généralement, une intelligence artificielle passe en revue l'objet exporté et, en cas de doute, signale automatiquement le problème auprès de CyberTipline, une cellule du Centre national des enfants disparus et exploités américain.

Carissa Byrne Hessick, professeur de droit à l'Université de Caroline du Nord, qui a réagi à l'affaire dans l'article du New York Times, a affirmé que le programme informatique de Google était formé pour reconnaître des informations «correctes» et «incorrectes». Cela jusqu'à être capable de faire la distinction entre les deux. Il semble néanmoins, qu'en matière d'abus sexuels sur mineurs et face auxquels l'entreprise clame avoir une tolérance zéro, des erreurs manifestes soient parfois commises.

«J'ai vu les photos que Mark a prises de son fils. La décision de les signaler était compréhensible: ce sont des photos explicites des organes génitaux d'un enfant. Mais le contexte compte: elles ont été prises par un parent inquiet pour un enfant malade.»
Carissa Byrne Hessick, professeur de droit à l'Université de Caroline du Nord.new york times

Aujourd'hui, Mark n'a toujours pas pu récupérer son compte Google. L'homme a également dû se résoudre à prendre un abonnement chez un autre opérateur. Le père de famille a expliqué avoir de nouveau fait appel de son cas auprès de l'entreprise américaine, mais en vain. Finalement, compte tenu du montant jugé infime des dédommagements s'il remportait l'affaire, l'Américain a décidé d'abandonner les charges: «J'ai décidé que cela ne valait probablement pas la peine pour 7000 dollars».

Selon BFM TV, qui a également repris l'information, des milliers de comptes seraient chaque année supprimés par Google. En 2021, près de 270 000 d'entre eux ont été bannis pour contenus pédopornographiques.

Les bouffistas: Alles Gut! Gemüse Kebab à Genève
Video: watson
5 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
5
«Vous pouvez recoudre son vagin plus serré?» Une sage-femme balance
Louise travaille dans un hôpital suisse. Ce qu'elle apprécie le plus dans son travail, c'est de pouvoir accompagner les femmes dans une période marquante et pleine de défis. La sage-femme estime, toutefois, qu'un futur père sur quatre se comporte de manière déplacée pendant l'accouchement. Pour watson, elle raconte sa vision de son métier et quelques anecdotes.

J'ai toujours eu une fascination pour le corps de la femme, pour sa capacité à donner naissance à un nouvel être vivant. Accompagner tout le processus de la grossesse, je trouve cela passionnant. En tant que sage-femme en effet, tu assistes à un moment crucial, si ce n'est le plus crucial, de la vie des gens.

L’article