Société
Tourisme

Des vacances en Afghanistan? «Je n'ai aucun problème éthique»

La mosquée du Vendredi à Hérat et un checkpoint des talibans.
La mosquée du Vendredi à Hérat et un checkpoint des talibans.image: dr

Partir en vacances en Afghanistan? «Je n'ai aucun problème éthique»

Le tourisme en Syrie, Yémen ou Afghanistan connaît un essor considérable ces dernières années, malgré les recommandations négatives des autorités. Dangereux? Controversé? Le fondateur d'une agence spécialisée et un Suisse adepte de ce type de voyages expliquent pourquoi cela ne leur pose aucun problème moral.
21.04.2024, 06:5622.04.2024, 11:47
Suivez-moi
Plus de «Société»

Des paysages à couper le souffle, parsemés de spectaculaires monuments anciens. Montagnes enneigées, vallées verdoyantes ou désertiques, châteaux, mosquées et antiques citadelles. On se croirait sur le site de n'importe quelle agence de voyages, si ce n'était pour les destinations proposées: Irak, Syrie, Yémen, Afghanistan. Des pays récemment, voire actuellement en proie aux troubles et à la guerre.

La société de voyages Against the Compass, basée à Barcelone, est spécialisée dans ce type d'expéditions. «Nous n'organisons des voyages que vers des destinations difficiles d'accès et où il est compliqué de se rendre en solo», nous explique son fondateur, Joan Torres. «C'est notre règle numéro un».

Joan Torres à Kandahar, Afghanistan
Joan Torres à Kandahar, Afghanistan.Image: Instagram/Against the Compass

A la tête d'une équipe de cinq personnes, ce routard converti en tour-opérateur propose une trentaine d'excursions cette année. Pakistan, Irak, Syrie, Afghanistan, Mauritanie, Yémen, Somaliland, Erythrée... Pour une somme oscillant entre 1300 à 3200 euros, vous pouvez vous offrir un voyage dans des pays où les séjours de tout type sont formellement déconseillés par le Département fédéral des Affaires Etrangères (DFAE).

«Je n'ai ressenti aucun danger»

«Les Suisses qui séjournent en Afghanistan malgré les recommandations du DFAE doivent être conscients que pour la Suisse il est très difficile, voire impossible, de leur porter assistance», peut-on par exemple lire sur le site de la Confédération. Un constat similaire est formulé pour la Syrie, l'Irak et le Yémen. Pourtant, Joan Torres l'assure:

«Si la destination est dangereuse, nous n'y allons pas. Nous emmenons nos voyageurs uniquement dans des endroits où ils sont en sécurité»
Joan Torres, Against the Compass

L'Espagnol fournit l'exemple du Mali, où «la situation est très instable» et les informations, «très floues». Raison pour laquelle il a «cessé d'organiser des expéditions dans ce pays». La guerre à Gaza l'a également forcé à modifier ses plans.

Concernant l'Afghanistan, Joan Torres affirme que le pays a retrouvé une certaine stabilité avec les talibans. «Il est beaucoup plus stable par rapport à ma dernière visite, avant que les talibans ne prennent le pouvoir», déclare-t-il. «C'est pourquoi nous y emmenons des voyageurs».

Julien* partage le même avis. Ce Suisse, grand passionné du Moyen-Orient, s'est rendu avec Against the Compass en Syrie et en Afghanistan. «Je n'y serais pas allé tout seul», raconte le jeune homme, pourtant déjà passé par Israël, la Palestine, la Jordanie, le Liban, l'Iran et l'Irak. «C'est peut-être faisable, mais je sais que je n'aurais pas été à l'aise».

Une photo prise par Julien à Kaboul.
Une photo prise par Julien à Kaboul.Image: dr

Le verdict? «Je ne dis pas qu'il s'agit de pays absolument sûrs, mais, une fois sur place, je n'ai ressenti aucun danger», retrace-t-il. Et d'évoquer une «expérience merveilleuse et variée».

«En Syrie, nous étions accompagnés d'un guide affilié à l'Etat, tandis qu'en Afghanistan, il y avait des contrôles partout, même pour entrer dans un hôtel ou un lieu à visiter. Tout est très surveillé».
Julien

Pour gérer ces situations, Against the Compass fait appel à des fixeurs locaux. «Ils sont absolument nécessaires», explique Joan Torres. Sans eux, impossible d'organiser les transports, réserver des hôtels (quand il y en a) ou passer les checkpoints. Pour cette raison, l'Espagnol peut compter sur des équipes locales partout où il organise ses voyages.

Des voyages «controversés»

«J'ai également constaté que, sur place, la vie suit son cours», poursuit Julien. «C'est toujours un peu délicat à dire, parce que les médias ne montrent que les choses négatives. Elles existent malheureusement, c'est la vérité», concède-t-il.

«Mais en même temps, une grande partie de la population continue à vivre normalement»
Julien

Le jeune homme reconnaît que «tout n'est pas positif». «La situation des femmes, pour ne citer que ça, est catastrophique». C'est là le point crucial de ce type d'expérience: la dimension éthique. Est-il légitime de visiter des pays marqués par la guerre et gouvernés par des régimes autoritaires, voire terroristes?

«Je suis d'accord avec ceux qui disent qu'il s'agit de destinations controversées», assume Julien, qui précise préférer le terme «voyage» à celui de «vacances». «Je vais dans ces endroits par curiosité et par intérêt, pas pour soutenir le régime en place, ou parce que je l'approuve», développe-t-il.

«Cela vaut pour l'Afghanistan, l'Iran, mais aussi pour Israël et la plupart des pays que je connais. Bien sûr, il y a des nuances, les "problèmes" aux Etats-Unis ne sont pas les mêmes qu'en Afghanistan»
Julien
Band-e Amir, Afghanistan
A Band-e Amir, AfghanistanImage: dr

«Je sais que nous ne sommes pas une ONG. En fin de compte, nous sommes une société de voyages, nous allons dans ces pays pour faire de l'argent», indique Joan Torres. «Mais nous ne travaillons qu'avec des guides locaux», se défend-il. «Ce que nous faisons là-bas ne fait aucun mal. Au contraire, nous contribuons à l'économie locale».

«Je n'ai donc aucun problème éthique à emmener des gens là-bas»
Joan Torres, Against the Compass

Hausse de 120%

Ce type de voyages suscite régulièrement la controverse. Comme en 2019, lorsque le retour du tourisme dans la Syrie meurtrie par la guerre civile avait provoqué une onde d'indignation, tant parmi la population locale qu'en Occident.

Et pourtant, les faits montrent un engouement croissant pour ce type de destinations. Joan Torres assure remplir toutes ses tournées, certains desquelles affichent déjà complet. En 2023, Against the Compass a fait voyager des personnes de 42 nationalités différentes, selon son fondateur.

Un groupe d'Against the Compass en Syrie
Un groupe d'Against the Compass en Syrie, sous le regard bienveillant de Bachar el-Assad.Image: Instagram/Against the Compass

L'agence espagnole n'est, de loin, pas la seule à s'être engouffrée dans la brèche. La société chinoise Young Pioneer Tour, ainsi que Rocky Road Travel, basée à Berlin, proposent des voyages similaires. Selon Al Jazeera, le nombre de touristes étrangers visitant l'Afghanistan a augmenté de 120% entre 2022 et 2023, pour atteindre près de 5200 personnes.

«Il existe un intérêt pour ce type de destinations», confirme Joan Torres, qui voit dans l'émergence de ce phénomène une conséquence du tourisme de masse. «De nos jours, toutes les destinations typiques sont inondées par des centaines de milliers de vacanciers», avance-t-il.

«De nombreuses personnes sont tout simplement à la recherche d'une expérience morale différente et authentique»
Joan Torres, Against the Compass

«Certains individus veulent voyager dans ces régions parce qu'ils veulent être partout», poursuit-il. «D'autres sont simplement très intéressés par le Moyen-Orient, ou aiment aller dans des pays où personne ne va».

«Je dois admettre que se rendre dans des endroits où il n'y a pas de touristes est fascinant», abonde Julien, qui affirme ne «pas particulièrement apprécier» des destinations comme Bali ou la Thaïlande. «Elles sont peut-être magnifiques, mais on y trouve la moitié de l'Occident, et cela me rebute un peu».

Ne pas faire l'influenceur

Tout comme Julien, Joan Torres revendique une «philosophie de voyage» propre à Against the Compass. «Si votre objectif est de vous la jouer influenceur et de montrer à quel point vous êtes cool parce que vous allez dans des endroits dangereux, c'est mauvais», fustige-t-il.

«La plupart des fois, ce que vous montrez, c'est vous qui y êtes, et non ce qui s'y passe réellement»
Joan Torres, Against the Compass

«Pour moi, l'objectif principal consiste à s'informer et raconter ce qui s'y passe à travers mes propres yeux», conclut l'Espagnol. «C'est ce que nous essayons de faire avec nos expéditions».

Joan Torres dans la Vallée du Panchir
Joan Torres dans la Vallée du Panchir.Image: Instagram/Against the Compass

Tout est donc permis? Où poser la limite? Pour Julien, elle coïncide avec la guerre. Une situation qu'il dit ne pas chercher. «S'il y a un conflit en cours, je n'y vais pas. En ce moment, par exemple, je n'irais pas au Yémen, en Israël, en Ukraine, ni même en Syrie, où la situation est en train de se dégrader», indique-t-il.

Le jeune homme ne compte pas s'arrêter là, et affirme profiter du fait d'être «en forme» et «sans attaches» pour visiter ces destinations. D'autres séjours dans la région devraient donc suivre, mais ce n'est pas sûr qu'il en parlera à ses proches.

«J'ai parlé de mes voyages en Syrie et Afghanistan à un cercle restreint de personnes», avoue-t-il. Ses collègues n'en font, par exemple, pas partie. «D'abord, parce que je n'ai pas envie d'évoquer tous les détails de ma vie, ensuite parce que cela pourrait être mal interprété».

*Julien est un prénom d'emprunt

De la mini-jupe à la burqa - les femmes en Afghanistan
1 / 13
De la mini-jupe à la burqa - les femmes en Afghanistan
Des étudiantes en mini-jupes se promènent à Kaboul, 1972. Elles osent le faire en dépit des violentes critiques de la majorité des Afghans, encore attachés aux traditions.
source: laurence brun /gamma-rapho via getty images
partager sur Facebookpartager sur X
Ceci pourrait également vous intéresser:
4 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
4
Voici les 10 personnes avec le QI le plus élevé
S'il est difficile de mesurer l'intelligence, ça l'est moins de le faire avec le QI. On a retrouvé le club très sélect de ceux qui possèdent le plus gros.

Qui est l'humain le plus intelligent de tous les temps? Plusieurs raisons empêchent de répondre à cette question. D'une part, il est difficile de définir l'intelligence, d'autre part, certains grands esprits du passé n'ont jamais pu se soumettre à des tests. De plus, il existe probablement, parmi nous, des gens qui préfèrent rester modestes – ou qui n'ont pas la chance de développer leur potentiel.

L’article