DE | FR
Fribourg-Gottéron disputera ses deux matchs à domicile de sa demi-finale contre Zurich à guichets fermés.
Fribourg-Gottéron disputera ses deux matchs à domicile de sa demi-finale contre Zurich à guichets fermés.image: keystone

Gottéron vend tous ses billets sur internet en trois minutes!

Comme contre Lausanne, les fans des Dragons se sont rués sur les billets de la demi-finale contre Zurich. Après trois minutes seulement mardi, il ne restait plus aucun sésame pour les deux premiers matchs à domicile de la série. Sans doute un record en Suisse.
05.04.2022, 19:0406.04.2022, 07:01
Suivez-moi

13 h 00 sonne. La page billetterie du site web de Fribourg-Gottéron est ouverte depuis cinq minutes, histoire d'être sûr d'obtenir un ticket pour le premier match de la demi-finale contre Zurich, vendredi. Tout à coup, le plan de la patinoire s'affiche, avec des points lumineux représentant les sièges disponibles. Clic sur l'un d'eux: échec. Un autre: pareil.

Pendant ce temps, les points deviennent gris les uns après les autres, à vitesse grand v, signe que ces places ont été vendues à des plus chanceux. 13 h 03, il ne reste plus aucun point lumineux. «Plus aucun billet disponible», indique un message. Et ce pour chaque secteur de la patinoire. «Les 2700 billets mis en vente sur le web pour l'ensemble des deux matchs ont été vendus en 3 minutes», confirme Daniel Suter, responsable de la billetterie de Gottéron.

De mémoire, on n'a jamais vu un événement sportif en Suisse être sold out sur internet en si peu de temps. Et même sur les sites de vente physiques, à savoir les caisses de la BCF Arena et les points de vente Ticketcorner en ville de Fribourg, il n'aura fallu qu'une demi-heure pour vendre les 5000 sésames répartis sur les deux premiers matchs à domicile.

«A la patinoire, il y avait une queue de 100 mètres, qui allait presque jusqu'au restaurant Saint-Léonard», s'enthousiasme Daniel Suter, photo à l'appui.

La file d'attente ce mardi après-midi à 13h00 aux caisses de la BCF Arena.
La file d'attente ce mardi après-midi à 13h00 aux caisses de la BCF Arena. image: fribourg-gottéron

C'est peu dire que les Dragons seront soutenus par un public bouillant et déterminé durant cette demi-finale des play-off, qui attend un premier titre national. Déjà en quart, contre Lausanne, la razzia sur les billets pour le 5e acte de samedi n'avait duré que 20 minutes.

Si la BCF Arena ne pourra accueillir «que» 8934 heureux, les autres, laissés sur le carreau après ce premier round, auront encore une (petite) chance d'obtenir leur précieux sésame. «Il y a un marché secondaire sur le site internet de Gottéron, où les abonnées qui ne vont pas au match remettent leur abonnement pour le match en question», précise Daniel Suter. «Autrement, des personnes qui ont acheté un billet mais se rétractent le remettent en vente sur le site fansale.ch»

S'il y en a, ces billets «seconde main» sont disponibles jusqu'à 17 h 00 le jour du match.

C'est certain: si les hockeyeurs fribourgeois sont aussi vifs que leurs fans dans cette série contre Zurich, ils ont de bonnes chances d'accrocher une première finale de play-off depuis 2013.

18 personnes qui jouent les petits anarchistes

1 / 20
18 personnes qui jouent les petits anarchistes
source: reddit
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

Eric Zemmour est mis à la porte par Nourredine Zidane

0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Wawrinka: «Je sais que je retrouverai mon niveau, j'en suis sûr!»
Passée la déception de son élimination au premier tour de Roland-Garros, Stan Wawrinka évoque ses hésitations, sa nervosité, ses faiblesses du moment. Mais sa certitude absolue de tout surmonter. Interview.

Vous avez disputé un premier set de rêve avant de vous effondrer progressivement. Que s'est-il passé?
STAN WAWRINKA: C'était un bon premier set, c'est sûr, mais lui (réd: Corentin Moutet) n'était pas vraiment dans le coup. Je ne peux pas cacher que cette défaite est dure à accepter. C'est toujours une déception de perdre au premier tour d'un Grand Chelem. Mais c'est la réalité du moment. C'est la réalité du joueur que je suis aujourd'hui. Voilà où j'en suis, tout simplement. Je le savais avant de jouer ce match.

L’article