ciel couvert10°
DE | FR
Suisse
Agriculture

Suisse: rumex, cette «peste verte» qui se répand dans les Alpes

Blacken mit ihren roten Samenständen. Die Samen können lange im Boden überdauern.
Les rumex avec leurs grappes de graines rouges. Les graines peuvent persister longtemps dans le sol.Image: AZ/Franz Josef Steiner

La «peste verte» se répand dans les Alpes

Nulle part ailleurs en Europe centrale la biodiversité n'est aussi grande que dans une prairie alpine. Mais seulement si elle est gérée et entretenue. Et c'est un travail de Sisyphe surtout contre un ennemi en particulier.
23.09.2023, 16:1526.09.2023, 09:11
Sabine Kuster / ch media
Plus de «Suisse»

Un alpage n'est pas un terrain de golf. Il y pousse tellement d'herbes qu'un fabricant de pastilles pour la gorge fait de la publicité sur la diversité des plantes. Il y aurait plus de 200 espèces. Certaines d'entre elles sont un fléau, une véritable «peste verte». Au point que même les randonneurs les remarquent. Qui ne s'est pas déjà demandé quelle était cette plante à grandes feuilles qui s'étend souvent à proximité des étables sur l'alpage et dont les tiges à graines rouges s'élèvent jusqu'aux genoux?

Il s'agit de l'alpiste, comme on l'appelle communément.

«C'est une charge importante pour les paysans et les paysannes»
Caren Pauler, biologiste agricole chez Agroscope

Même si le bétail quitte maintenant les alpages, le travail n'est pas terminé pour les alpagistes. Ceux-ci vont maintenant épandre des pesticides pour empêcher les plantes problématiques de se répandre d'ici au printemps prochain.

Mais leur utilisation est strictement réglementée sur les alpages, et ceux qui produisent avec le label bio ne peuvent de toute façon pas recourir aux produits toxiques. D'autant plus que les pesticides seuls ne permettent pas de venir à bout des plantes envahissantes.

Au cours des 30 dernières années, une surface d'alpage de la taille du canton de Genève a disparu dans les montagnes. L'exploitation est devenue trop coûteuse et trop peu rentable pour de nombreux propriétaires. Depuis, une autre plante problématique s'y répand: l'aulne vert, que l'on ne trouve normalement que dans les ravins, embroussaille les pentes.

Elle fixe l'azote de l'air, le libère dans le sol et fait en sorte que le sol soit surfertilisé alors que le bétail n'y pâture plus depuis longtemps. La biodiversité diminue fortement.

Ein Bauer entsorgt das stark giftige Alpenkreuzkraut.
Un agriculteur élimine le séneçon des Alpes, une plante très toxique.Image: az/franz josef steiner

L'homme y a créé une biodiversité

Pourtant, les alpages font partie des zones les plus riches en espèces au mètre carré en Europe centrale, explique Caren Pauler, «et à l'échelle mondiale, ils arrivent juste après les forêts tropicales à cet égard». Ce qui est particulier, c'est que «sur les pâturages alpins, l'homme a exceptionnellement créé quelque chose de riche en espèces».

Mais seulement si l'alpage n'est ni sous-exploité ni surexploité. Il faut également que le travail pénible contre les plantes envahissantes se poursuive pendant des générations.

«Les alpagistes font un travail énorme. Ils sont à l'œuvre tout l'été pour maintenir les alpages tels que nous les connaissons»
Caren Pauler

En collaboration avec des experts et des praticiens, l'agronome Julie Klötzli a rassemblé des mesures permettant de réguler les plantes problématiques dans les régions alpines. Car normalement, les connaissances sont certes transmises au niveau régional, mais pas au-delà. Et tout ce qui est fait n'est pas forcément utile.

Ainsi, un an après l'élimination d'un rumex, il en pousse généralement d'autres, à moins que le tapis herbacé ne soit refermé. En effet, la plante pousse là où il y a un vide dans la prairie, c'est-à-dire, par exemple, où de lourdes vaches laitières l'ont endommagée avec leurs sabots lorsqu'il pleuvait.

Blacken auf der Alp Rotenflue oberhalb des Vierwaldstättersees.
Rumex sur un alpage au-dessus du lac des Quatre-Cantons.Image: AZ/Fanz Josef Steiner

Vapeur, électricité, pesticides: rien ne suffit

Certes, les alpagistes sont plus conscients, notamment parce qu'ils reçoivent depuis 2013 des paiements directs pour des pâturages riches en espèces, sur lesquels un certain seuil de plantes problématiques ne doit pas être dépassé. Il ne s'agit pas de les éradiquer. Mais de plus en plus d'alpages font l'objet d'une exploitation intensive: de nombreux grands animaux sont élevés sur une surface réduite. Là où les animaux sont souvent debout ou couchés et laissent donc plus souvent du fumier, le rumex se développe à merveille.

Älpler müssen Mist entfernen, wo er gehäuft hinterlassen wird.
Les alpagistes doivent enlever le fumier là où il est accumulé.Image: AZ/franz josef steiner

Dans la vallée, on s'attaque aussi au rumex avec de la vapeur, mais l'espoir des agriculteurs bio de trouver une bonne solution s'est envolé: il faut beaucoup d'énergie, un grand réservoir et l'année suivante, les espaces ainsi créés seront remplis par d'autres rumex qui ont germé à partir de la grande banque de semences du sol. Les rhizomes sont également traités à l'électricité, mais les pousses latérales restent souvent capables de germer.

Et pourquoi pas un prédateur naturel? D'une part, il s'agit des vaches, qui n'aiment pas vraiment le bleuet à cause de l'acide oxalique. Mais au printemps, lorsque les feuilles sont encore tendres, elles sont mangées.

Roter Ampfer-Glasflügler.
Image: Valter Jacinto/Moment RF

Introduire un autre prédateur est une manœuvre délicate. Julie Klötzli a fait des essais avec l'oseille rouge pour l'Association pour le développement de la culture fourragère (ADCF): elle a collé des larves de ce papillon indigène et discret sur des cure-dents et les a plantés dans les rumex. Les larves dévorent les racines et affaiblissent la plante à tel point que les petits rumex, du moins, rétrécissent de 80%.

Trois facteurs à éliminer

«Il n'y a pas de solution unique et simple qui convienne à tout le monde», dit Klötzli. Mais dans une étude sur les rumex des prairies, des chercheurs en agronomie ont pu montrer que les trois mêmes facteurs de risque entrent toujours en ligne de compte, que ce soit en Suisse, en Slovénie ou en Angleterre: trop de phosphore (c'est-à-dire: de l'engrais comme par exemple du fumier de vache), un sol compacté et justement un gazon ouvert. L'étude de cas a montré que le risque d'apparition de rumex est deux fois moins important si la surface ouverte est réduite de 10%.

Le troisième prédateur pourrait être l'homme. C'est en tout cas ce qu'affirme Franz Josef Steiner, dont le frère Meinrad exploite les alpages Ober Hummel et Rossweid du monastère d'Einsiedeln au bord du lac de Sihl:

«Les jeunes rumex ont un goût excellent à la vapeur - meilleur que les épinards»
Franz Josef Steiner

Et il loue l'effet des feuilles sur les piqûres d'insectes. Steiner travaille à l'Institut de recherche de l'agriculture biologique (FiBL).

Pasta mit Blacken-Gemüse und idyllischer Aussicht oberhalb des Sihlsees.
Pâtes aux légumes bleus et vue idyllique au-dessus du lac de Sihl.Image: az/Franz Josef Steiner

Il s'agit plutôt d'un ami que d'un ennemi, comme il l'explique à propos du rumex. Il a éliminé en dix ans, avec ses frères, la végétation assez importante de rumex sur deux hectares de pâturages alpins: pâturés tôt dans l'année par des bovins d'un an, régulièrement coupés et éliminés, et l'alpage clôturé de manière à ce que le bétail ne se couche plus sur les anciennes aires de repos, et qu'il ait en outre, si possible, accès à l'étable et y laisse surtout le fumier.

Les frères ont en outre réparé les anciens chemins pour le bétail afin que les animaux se rendent plus rapidement à l'étable - sinon, ils traînent comme des écoliers et y laissent leur fumier concentré. «Avec les rumex, c'est plutôt positif désormais», dit Steiner.

«Ce qui est pire, c'est le séneçon des Alpes et les chardons, car ils ont des graines volantes, et si le voisinage ne fait pas attention, j'ai aussi des problèmes»
Franz Josef Steiner

Non, un pâturage alpin n'est pas un terrain de golf. Mais il peut tout à fait être un lieu où les citadins passent leur temps libre, comme la classe de l'école cantonale de Zoug qui a passé quatre jours chez Steiner à s'occuper des plantes problématiques. «Il faut s'y mettre en automne», dit-il, «c'est la meilleure période».

Unbewirtschaftete Brache auf einer Alp: Von hier aus verbreiten sich viele Problempflanzen.
Jachère non exploitée sur un alpage: c'est de là que se propagent de nombreuses plantes problématiques.Image: az/franz josef steiner

(Traduit et adapté par Chiara Lecca)

Quand c'est le retour du printemps pour les vaches:

Vidéo: watson

Des vaches shampouinées, peignées et brushinguées:

1 / 18
Des vaches shampouinées, peignées et brushinguées
source: sad and useless
partager sur Facebookpartager sur X
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Tamedia envisage de fermer ses imprimeries d'ici 2032
Selon un document interne consulté par la «NZZ Am Sonntag», le groupe de presse envisage de fermer ses trois imprimeries, qui souffrent depuis des années en raison de la baisse des volumes.

C'est «la fin d'une époque», titre la NZZ Am Sonntag ce dimanche. Et pour cause: selon le journal zurichois, l'entreprise TX Group, propriétaire du groupe de presse Tamedia, envisage de vendre ses trois sites d'impression.

L’article