DE | FR
Die tanzende Menge auf der Piazza Riforma aufgenommen waehrend dem Konzert von DJ Pat Farrell am City Beats Festival in Lugano in den fruehen Morgenstunden vom Sonntag, 26. Juli 2015. (KEYSTONE/Pablo Gianinazzi)

Le «monde d'avant». Image: KEYSTONE/TI-PRESS

Sortir de la crise en une semaine? Une «illusion» pour Alain Berset

Pour l'Usam, tester toute la population suisse permettrait de sortir de la crise en une semaine. Les autorités ne partagent pas (du tout) cet avis. Explications.



Dans les milieux économiques suisses, la stratégie sanitaire du Conseil fédéral passe mal. Face à sa prudente approche, certaines organisations patronales prônent la réouverture immédiate. L'Union suisse des arts et métiers (Usam), particulièrement critique, en fait partie. Elle a proposé vendredi son plan de sortie de crise, qu'elle oppose à celui du gouvernement, défini «hésitant et dépourvu de concept».

La stratégie de l'Usam, développée par l'entrepreneur et médecin thurgovien Thomas Krech, permettrait de faire sortir la Suisse du confinement en une semaine. Comment? En testant toute la population. Ça se déroulerait en cinq étapes:

  1. Deux échantillons de tests à faire soi-même, actuellement pas autorisés en Suisse, sont envoyés à chaque citoyen;
  2. Les résultats, qui tombent après 15 minutes, sont inscrits dans le système numérique commun de gestion de la pandémie;
  3. Si le résultat est positif, le citoyen se place en isolement ou en quarantaine, et fait un test PCR;
  4. Après environ cinq jours, il faut faire le deuxième test. Cela permettrait d'identifier toutes les personnes infectées et de les isoler;
  5. Voilà! Il ne reste qu'à tout rouvrir. L'Usam précise que ce dépistage ne serait pas obligatoire.

«Une illusion»

Quel est l'avis des autorités? La réponse du gouvernement n'a pas tardé. Interrogé à ce sujet pendant l'après-midi, le conseiller fédéral et ministre de la santé Alain Berset a répondu ainsi:

«On dit qu'avec des si on mettrait Paris en bouteille»

Alain Berset, conseiller fédéral

«S'il existait une solution aussi simple, on l'aurait déjà mise en place», a-t-il ajouté. «Penser que l'on peut claquer des doigts et dire qu'en une semaine, le problème est réglé, c'est vraiment une illusion. Il faut être attentif, parce qu'on a réussi à obtenir une assez bonne situation maintenant. Il s'agit de ne pas trop faire d'expérimentations douteuses pour perdre le contrôle».

Patrick Mathys, chef de la section Gestion de crise et collaboration internationale de l'OFSP, enfonce le clou: «ce serait illusoire de croire que tester toute la population permettrait de détecter tous les porteurs du virus. Les tests réalisés soi-même ne sont pas fiables à 100%. De plus, la Suisse n'est pas une île, on va toujours être confrontés à des importations».

Plus d'articles sur le thème «Covid-19»

L'Etat dépense des milliards pour lutter contre le Covid-19. Qui va payer pour ça?

Link zum Artikel

L'immunité Covid-19 existe-t-elle? Qui contrôle les autotests?

Link zum Artikel

Entre passeport vaccinal et confinement, le Covid dans le monde

Link zum Artikel

Les vaccins, efficaces ou non? Et le masque, c'est pour la vie? On fait le point

Link zum Artikel

Pour l'OFSP, l'attestation de vaccination doit devenir un certificat Covid-19

Link zum Artikel

L'Union européenne va limiter les exportations de vaccins

Link zum Artikel

Et vogue la troisième vague

Link zum Artikel

Le passeport vaccinal pour l'Europe (Suisse comprise), c'est quoi?

Link zum Artikel

Et si vous nous racontiez votre première année Covid?

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

Coronavirus, encore un mercredi pour rien

Comme (presque) toutes les semaines depuis un an, le gouvernement a fait le point à 15:00 sur les mesures contre la pandémie. Face à la multiplication des variants du virus, il... varie sur la marche à suivre.

Les contaminations baissent ? Les morts meurent moins ? Les variants varient ? Que fait la police ? Face à ces questions urgentes, le peuple a le droit de savoir. Aussi le gouvernement lui a-t-il répondu, par la voix suave du chauve le plus célèbre du pays.

Le conseiller fédéral Alain Berset, en charge de la Santé, a annoncé, mercredi 3 février, en conférence de presse, qu'un assouplissement des mesures de lutte contre le coronavirus n'est pas encore envisageable.«Nous sommes confrontés …

Lire l’article
Link zum Artikel