DE | FR
Depuis octobre, 4000 patients atteints du Covid ont été soignés aux HUG.
Depuis octobre, 4000 patients atteints du Covid ont été soignés aux HUG.Image: KEYSTONE

Environ 500 patients ont attrapé le Covid aux HUG

S'infecter à l'hôpital, c'est possible: cela est arrivé à environ 500 patients des HUG de Genève lors de la deuxième vague. Des mesures ont été prises.
01.03.2021, 15:3106.03.2021, 09:21

Entre 450 et 500 patients ont attrapé le Covid-19, lors de leur séjour aux Hôpitaux universitaires de Genève (HUG), rapporte la «Tribune de Genève» pendant les derniers mois. Techniquement, on parle d'«infections nosocomiales».

Ce chiffre, estimé par les HUG, résulte d'une définition large, soit toute personne qui devient positive six jours après son hospitalisation. Pour cette raison, il est probablement sensiblement surestimé.

«Il est très difficile de quantifier et qualifier ces cas dans une épidémie aussi contagieuse»
Le porte-parole des HUG

Depuis octobre, 4000 patients, atteints du Covid, ont été soignés aux HUG. Environ 10% d'entre eux sont décédés, mais pas forcément du Covid-19.

Plus aucun cas

L'hôpital a mis d'importantes mesures en place pour prévenir ce type de situation, qui ont presque disparues lors de ces trois dernières semaines.

Autre facteur qui fait baisser le risque: l'immunité de groupe du personnel. En effet, environ 3500 collaborateurs ont été testés positifs aux HUG, à leur domicile ou sur leur lieu de vacances. Ainsi, un tiers de l'ensemble du personnel et près de la moitié des soignants seraient immunisés.

Enfin, 1200 collaborateurs ont reçu la première dose de vaccin et une centaine de personnes, considérées comme vulnérables, ont déjà eu les deux doses. (ats)

0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
A l'Uni de Genève, le syndicat étudiant défie le rectorat
Suite au coup de force d'activistes le 17 mai dernier et à la décision du rectorat d'entamer des poursuites pénales, l'association faîtière des étudiants de l'Université de Genève contre-attaque.

L’épreuve de force est montée d’un cran. Lundi 23 mai, la CUAE, l’association faîtière des étudiants de l’Université de Genève (UNIGE) a déployé une banderole géante dans le hall d’Uni Mail: «ÉTUDIANT-E-X-S RÉPRIMÉ-E-X-S: LE MALAISE», est-il écrit en lettres majuscules. Cette action est une réponse à la décision du rectorat de déposer une plainte pénale contre les personnes qui, le 17 de ce mois, dans les locaux de l’UNIGE, ont interrompu avec violence une conférence du professeur français Eric Marty, auteur du livre «Le sexe des modernes», jugé transphobe par les perturbateurs, des transactivistes.

L’article