DE | FR

Pour qui le Covid-19 est-il dangereux? Un test suisse permet des pronostics

Des chercheurs de Bâle ont trouvé une technique pour prédire à un stade précoce les contaminations graves au coronavirus. Cela permettrait d'utiliser les médicaments prometteurs pour combattre l'infection.
Diese Story ist auch auf Deutsch verfügbar. Zur Story
17.11.2021, 05:5017.11.2021, 07:47
niklaus salzmann / ch media

Les personnes positives au Covid-19 doivent généralement rester confinées chez elles, sans soins médicaux administrés. Un tel procédé se révèle extrêmement risqué notamment dans le cas où l'infection à la maladie s'aggrave durant la mise à l'isolement. C'est notamment pour cette raison que de nombreux médicaments antiviraux doivent normalement être pris avant l'infection – seule manière pour que le soin soit réellement efficace.

Mais comment prédire l'infection? Ce mardi, des chercheurs de l'hôpital universitaire de Bâle ont trouvé un moyen d'anticiper «avec un haut degré de fiabilité» quels patients risquaient d'être hospitalisés, voire même de mourir.

>>> Covid-19: la situation en Suisse et dans le monde

Comment les chercheurs s'y sont pris?

Pour identifier les personnes à risque, un écouvillonnage nasal accompagné d'un test PCR est nécessaire. Dans le frottis réalisé, un marqueur cellulaire permet en effet de savoir si de nombreuses cellules des voies respiratoires inférieures sont touchées.

Et dans la première partie de l'étude, les chercheurs ont montré que ce marqueur cellulaire était significativement élevé chez les personnes décédées du Covid-19. L'équipe a ensuite tenté d'établir un pronostic à partir des prélèvements nasaux effectués sur des patients vivants.

Les résultats permettent de cibler les gens qui ont besoin de médicaments

Les résultats de cette étude suisse sont particulièrement intéressants au regard des récents médicaments qui ont, par ailleurs, énormément fait parler d'eux:

  • Le Molnupiravir, développé par les sociétés Merckx et Ridgeback.
  • Le Paxlovid de Pfizer.

Pour inhiber la multiplication du virus avec une totale efficacité, ils doivent être pris juste après l'infection.

Ces médicaments ont-ils été approuvés?

Le Molnupiravir a été approuvé au Royaume-Uni au début du mois, contrairement au Paxlovid qui n'est encore approuvé nulle part. Les deux médicaments peuvent être pris sous forme de comprimés. Ce qui concède un traitement plus facile et plus rapide que ceux actuellement administrés par voie intraveineuse à l'hôpital.

Ces médicaments sont-ils efficaces?

Selon les fabricants, le Molnupiravir réduit de moitié le risque d'hospitalisation. Le médicament force le virus à muter au fur et à mesure qu'il se multiplie. Ce qui le rend alors non viable. Toutefois, certains craignent que le remède développé par Merckx et Ridgeback puisse endommager le génome humain.

Le Paxlovid, quant à lui, préviendrait les formes graves de la maladie à hauteur de 90%. Ce, en agissant sur les enzymes plutôt que sur les gènes. L'un de ses inconvénients est qu'il ne peut pas être mélangé à de nombreux autres médicaments, comme on peut le lire dans la revue «Nature». Une situation qui pourrait être problématique, particulièrement pour les personnes souffrant de maladies préexistantes.

Sinon, la Saint-Martin en mode Covid ça ressemble à ça

1 / 17
La Saint-Martin en mode Covid ça ressemble à ça
source: sda / jean-christophe bott
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

Est-ce que le covid long existe vraiment? On fait le point.

Plus d'articles sur la Suisse romande, c'est par là!

D’autres communes touchées par la cyberattaque de Montreux

Link zum Artikel

Genève et Vaud partent en guerre contre les faux certificats Covid

Link zum Artikel

A Genève, le salon de l'auto 2022 est annulé

Link zum Artikel

Entre deux bouteilles de rouge, on a goûté le sandwich spécial Bénichon

Link zum Artikel
Des enfants romands autistes ont subi de graves maltraitances
Des collaborateurs du foyer de Mancy, établissement genevois spécialisé dans l'accueil dans enfants atteints d'autisme, seraient responsables de brutalité à l'égard des jeunes: parmi ces mauvais traitements, enfermements, privations de nourriture ou encore violences physiques.

On pensait le scandale du foyer de Mancy, révélé en 2019 à la suite de dénonciations de plusieurs membres du personnel, relégué au passé. Mais une enquête conjointe du Temps et de Heidi.news vient de révéler que les comportements ont perduré bien au-delà.

L’article