en partie ensoleillé12°
DE | FR
Suisse
Dette

Immobilier: une dette de 1200 milliards menace la Suisse

La gigantesque dette hypothécaire de la Suisse pourrait mener à une crise financière.
La gigantesque dette hypothécaire de la Suisse pourrait mener à une crise financière.Image: shutterstock/watson

Une dette de 1200 milliards menace la Suisse

Le nombre des prêts immobiliers a explosé ces dernières années. Une tendance mondiale que connaît aussi la Suisse: sa dette hypothécaire atteindra bientôt les 1200 milliards de francs. Une étude alerte sur le risque de crise financière qui pointe à l'horizon.
04.12.2023, 08:17
Niklaus Vontobel / ch media
Plus de «Suisse»

La Suisse s'apprête à franchir le cap des 1200 milliards de francs de dettes hypothécaires. Cela pourrait arriver l’année prochaine. Le montant de la dette est énorme, équivalant à près de 1,5 fois le produit économique annuel de la Suisse. Selon les derniers chiffres, il s'élève actuellement à exactement 1166 milliards de francs.

La situation risque-t-elle de tourner au vinaigre? Des économistes issus d’universités américaines et allemandes se sont penchés sur la question. Car notre pays n’est pas un cas particulier. Il suit la tendance mondiale, comme le prouve une étude portant sur les 17 pays industrialisés les plus importants, dont la Suisse.

«Explosion des prêts hypothécaires» depuis 1980

Les prêts hypothécaires ont connu un boom dans le monde entier. Et ils sont aujourd’hui une «source d’instabilité», relèvent les auteurs de l'étude.

Dans la première moitié du 20e siècle, les prêts bancaires étaient encore relativement insignifiants par rapport à l’économie globale. Mais après la Seconde Guerre mondiale, selon les experts, une «augmentation sans précédent des prêts bancaires» a commencé.

Comme en Suisse, cette augmentation de l'ensemble des crédits bancaires est principalement due à l'essor des crédits immobiliers. Ceux-ci auraient triplé en moyenne dans les 17 pays industrialisés examinés, dans une «explosion des prêts hypothécaires».

Cet essor a commencé dans les années 1980. Aujourd’hui, quatre décennies plus tard, les conséquences sont bien réelles. On assiste à un changement fondamental au sein des banques et des ménages privés. Les économistes appellent ce phénomène «la grande hypothèque».

La majorité des prêts bancaires va à l'immobilier

Les banques avaient des hypothèques. Dans les années 1970, la part hypothécaire de tous leurs prêts était encore inférieure à 50%. Les hypothèques n'étaient pas leur activité principale. Déjà aujourd'hui, cela représente environ 60% de tous les prêts, selon les auteurs. Les banques sont devenues «essentiellement des prêteurs immobiliers».

Les institutions bancaires ont pris un tournant majeur. Dans les manuels scolaires, les banques ont une tâche principale différente: elles reçoivent l'épargne des ménages privés et l'utilisent pour accorder des prêts à des entreprises qui les utilisent pour investir dans des machines, des usines ou dans de nouvelles idées. Ce qui nécessiterait une petite correction.

Les banques suisses vont encore plus loin. Dans les années 1970, les prêts hypothécaires ne représentaient que 49% de tous les prêts bancaires. Aujourd’hui, cette part monte à près de 90%. Pour faire court, les banques suisses ne s’occupent désormais que des hypothèques.

Et cette hypothèque a touché les ménages privés. En moyenne, dans les 17 pays examinés, les ménages ont aujourd’hui des dettes beaucoup plus élevées qu’en 1960; principalement des hypothèques. Mesurée en termes de production économique annuelle, leur dette était supérieure de 50 points de pourcentage en 2010.

Les raisons qui font craindre une crise financière

Pourquoi l'hypothèque est-elle considérée comme une «source d’instabilité», comme l’écrivent les auteurs de l’étude?

L’argent n’est pas perdu, ni joué en bourse pour construire des palaces de rêve. L'investissement vise plutôt des maisons individuelles. C'est pourquoi elles sont beaucoup plus courantes aujourd'hui. Les statistiques le montrent. Dans les années 1970, le taux d’accession à la propriété dans les 17 pays examinés était encore en moyenne de 48%. Dans les années 2010, cette proportion a atteint 60%.

Par le passé, des crises sont régulièrement survenues. Selon les auteurs de l’étude, il faut envisager qu'il y en aura de nouveau dans un futur plus ou moins proche.

Parce que l’histoire a montré deux choses en particulier. Premièrement, après la Seconde Guerre mondiale, l’essor des prêts hypothécaires a très souvent été suivi de crises financières. Il s'agit d'un signal d’alarme qui prouve l'instabilité d'un système financier.

Deuxièmement, cela montre que les crises financières sont toujours désagréables, mais surtout lorsqu’elles font suite à une explosion des prêts hypothécaires. Elles s’accompagnent alors de récessions, bien plus coûteuses que les récessions normales. Sur cinq ans, la production économique est inférieure de 20% à ce qu’elle serait autrement. Les récessions sont plus profondes et les reprises plus lentes.

«Les décideurs politiques font un pari risqué en ignorant la question du crédit», alertent les experts. Un message qui semble avoir été entendu par la Banque nationale suisse (BNS).

Dans un discours, l'ancien vice-président de la BNS, Fritz Zurbrügg, a déclaré:

«L'expérience montre que les risques systémiques cycliques proviennent souvent des marchés hypothécaires et immobiliers»
Fritz Zurbrügg, ancien vice-président de la BNS

L’histoire illustre également que les crises sur ces marchés ont des coûts économiques particulièrement élevés. Comme la Suisse a dû le vivre dans les années 1990: il y a eu de fortes chutes des prix de l'immobilier, une crise bancaire, une récession suivie d'une longue stagnation.

Le recours généralisé à l’accession à la propriété est un phénomène relativement nouveau, ont identifié les experts. Il constitue presque une caractéristique fondamentale des cultures nationales.

Voici à quoi pourrait ressembler la Suisse en 2085
1 / 10
Voici à quoi pourrait ressembler la Suisse en 2085
partager sur Facebookpartager sur X
Un Boeing 787 s'est posé en Antarctique et ce n'était jamais arrivé
Video: watson
3 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
3
C'est l'anniversaire de watson, vous nous supportez encore?
Bah oui, c'est encore l'anniversaire de watson... Pour fêter la joyeuse existence de votre média flashy préféré, quoi de plus approprié qu'un petit sondage pour nous déclarer tout l'amour que vous nous portez? Soyez pas timides. Et même un peu méchants.

On commence par une question facile, histoire de tester votre culture générale.

L’article