DE | FR

Sur quoi Monsieur Prix s'est battu pour nous faire économiser?

Stefan Meierhans, der Schweizer Preisueberwacher, spricht waehrend der Jahresmedienkonferenz, am Montag, 2. Maerz 2020 in Bern. (KEYSTONE/Peter Klaunzer)

Image: KEYSTONE

En 2020, le Surveillant des prix s'est occupé de près de 1600 contestations de prix, portant surtout sur les tarifs du secteur des transports publics et des télécommunications.



L'année passée a été fortement influencée par le coronavirus. En 2020, Monsieur Prix Stefan Meierhans a traité 1588 contestations de prix émanant du public et a conclu treize solutions amiables. Les autorités lui ont soumis 522 projets de modification de tarifs. Voici les points saillants de son rapport annuel.

Les transports publics

La pandémie a entraîné la fin (temporaire) des billets dégriffés, dont la vente a été suspendue pendant trois mois pour ne pas attirer de clients supplémentaires dans les transports publics. L’accord a donc dû être adapté et finalement remplacé, en décembre 2020, par un nouveau règlement amiable dans lequel les CFF se sont engagés à mettre sur le marché, entre le premier janvier 2020 et le 31 décembre 2023, des billets dégriffés pour le trafic longue distance représentant une réduction d’au moins 200 millions de francs.

La Surveillance des prix, c'est quoi?

La Surveillance des prix est l'office fédéral suisse chargé d'étudier et de relever les éventuels abus sur les prix des biens et des services. Il dépend du Département fédéral de l'économie. Stefan Meierhans occupe le poste de Surveillant des prix depuis le 1er octobre 2008.

Accord pour un Internet plus performant

Les services du Surveillant des prix se sont également penchés sur le cas de la fibre optique. Cette dernière permet d'échanger des données très rapidement, mais construire un tel réseau, ça coûte cher. Ainsi seules les plus grandes entreprises se lancent (comme Swisscom). Julie Michel, la cheffe suppléante du secteur énergie du Surveillant des prix, explique que les petits fournisseurs doivent également y avoir accès:

«Il faut veiller à ce que le prix d'accès à la fibre optique soit situé à un niveau raisonnable pour garantir une concurrence équitable»

Et qui dit concurrence équitable, dit pression sur les prix et donc, en toute logique, le consommateur se retrouve avec un service performant et moins cher. Ainsi, le Surveillant des prix a obtenu un accord avec Swisscom en 2020 sur un règlement à l'amiable sur une baisse du prix d'accès à son réseau national. Ceci devrait être suivi par d'autres baisses, mais dans le secteur des entreprises électriques cette fois.

Au secours des petits commerces

Durant la pandémie les plaintes ont été nombreuses concernant le montant des frais de transaction perçus lors du paiement de très faibles montants par carte de débit. Ce qui a prétérité, par exemple, les petits commerces de proximité.

Le Surveillant des prix a donc demandé aux principales entreprises traitant les paiements de réduire les frais pour ces très petits montants. Suite à cette demande, celles-ci ont pris des mesures en faveur des petites entreprises. (asi/jah/avec ats)

Monsieur Prix et son équipe ont réalisé une petite vidéo sur leurs activités 2020

abspielen

Vidéo: YouTube/Preisüberwacher

Plus d'articles sur le thème «Suisse»

Federer à Genève et à Paris

Link zum Artikel

Après l'euphorie, Moutier appelle sa population à se faire dépister

Link zum Artikel

Maudet out. Fischer in. Les leçons de l'élection à Genève

Link zum Artikel

«Ces alertes à la bombe dans les écoles expriment un ras-le-bol»

Link zum Artikel

Ni flics, ni complices, les psys se défendent face à #MeToo

Link zum Artikel

En cas d'élection, Maudet pourra-t-il travailler avec ses collègues?

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

C'est enfin prouvé, les Suisses ne réclament pas de fraises en hiver

C'est la grande distribution qui impose les fraises en hiver et non pas les consommateurs qui les demandent. Voilà le résultat d'une longue enquête de la FRC. Malgré une sensibilité affichée pour le local, les Suisses pensent aussi avec leur porte-monnaie, confie un producteur.

«Ce sont les consommateurs qui réclament des fraises en hiver.» Voilà l'excuse que la grande distribution dégaine à chaque fois qu'elle doit justifier pourquoi elle vend massivement des fraises étrangères - notamment espagnoles - dès le mois de janvier. Lassée par cette rengaine, la Fédération romande des consommateurs (FRC) a décidé d'en avoir le cœur net.

Quinze mois d'enquête, 36 clients mystères et plus de 430 relevés chez Migros, Coop, Denner, Manor, Lidl et Aldi plus tard, le résultat …

Lire l’article
Link zum Artikel