DE | FR
Le général Charles Brown et son homologue suisse «Pablo» Merz, mardi à Payerne.
Le général Charles Brown et son homologue suisse «Pablo» Merz, mardi à Payerne.image: keystone

«Les coûts du F-35 en Suisse seront réduits», selon ce général américain

Charles Brown, commandant de l'armée de l'air américaine, était en visite en Suisse. Le sujet du jour: l'achat de l'avion de combat F-35 convoité par de nombreux pays depuis le début de la guerre en Ukraine.
Diese Story ist auch auf Deutsch verfügbar. Zur Story
16.03.2022, 12:21
Peter Blunschi
Peter Blunschi
Peter Blunschi
Suivez-moi

L'événement, plutôt ordinaire, était prévu depuis longtemps. La guerre en Ukraine a donné un caractère autrement plus lourd à la «visite professionnel» de trois jours, en Suisse, de Charles Q. Brown Jr. Le séjour du général, commandant de l'armée de l'air américaine, s'est finalement terminé mardi 15 mars à l'issue d'une conférence de presse sur l'aérodrome militaire de Payerne (VD).

La visite de Brown consistait principalement à évoquer «les bonnes relations entre les Etats-Unis et la Suisse» ainsi qu'à partager «l'expérience des Etats-Unis avec l'avion de combat F-35A»», comme l'indiquait l'invitation. Mais au départ, le sujet de l'Ukraine n'était pas au programme des questions à soumettre au premier chef afro-américain de l'armée de l'air américaine, considéré aux Etats-Unis comme le grand favori pour succéder au chef d'état-major général Mark Milley.

Merz, commandant des Forces aériennes suisses, et Brown, commandant des Forces aériennes américaines, visitent un simulateur de vol de F/A-18.
Merz, commandant des Forces aériennes suisses, et Brown, commandant des Forces aériennes américaines, visitent un simulateur de vol de F/A-18.image: keystone

Face à la situation ukrainienne critique, le général quatre étoiles de 60 ans, qui s'est présenté à Payerne en combinaison de pilote accompagné de ses gardes du corps, n'a pas pu se défiler. Il a déclaré:

«Les derniers événements montrent l'importance de la coopération»

Pour lui, même neutre, la Suisse est concernée. Pays dont il a d'ailleurs «salué» la décision en faveur du F-35.

Une sorte de «Ferrari des airs»

Le F-35 fait jaser depuis que le Conseil fédéral a annoncé en acquérir en juin dernier. Au total, 36 avions de type F-35 qui devront remplacer les F/A-18. Le jet est sans doute l'avion de combat le plus moderne du monde; une sorte de «Ferrari des airs» et un «ordinateur volant» pouvant être exploité pour de multiples tâches.

Mais alors pourquoi l'avion de combat créé autant la controverse? En cause, l'explosion des coûts lors du développement et de l'acquisition, bien que près de 2500 appareils aient déjà été livrés. Le Parti socialiste, les Verts et le Groupe pour une Suisse sans armée (GSsA) récoltent, d'ailleurs actuellement des signatures pour une initiative populaire visant à empêcher l'achat du F-35.

«14 pays utilisent déjà le F-35»

L'attaque russe contre l'Ukraine n'arrange pas les affaires du Conseil fédéral, indépendamment de l'appel – discutable du point de vue de la politique nationale – de la ministre de la Défense Viola Amherd à retirer l'initiative. Et pourtant, le F-35 continue d'avoir le vent en poupe. Lundi, le gouvernement allemand a également opté pour le jet de combat polyvalent.

Le F-35 est controversé, mais les Allemands veulent désormais aussi l'acquérir.
Le F-35 est controversé, mais les Allemands veulent désormais aussi l'acquérir.image: keystone

«14 pays utilisent déjà le F-35», a souligné Brown. L'engin est le numéro deux derrière le F-16, soit le «cheval de bataille» de nombreuses forces aériennes. Avec le conflit à l'Est, des appareils supplémentaires ont été déployés en Europe. «Le F-35 est un pilier de notre armée de l'air, il devrait rester en service pendant quelques décennies», a ajouté le militaire américain.

«La Suisse a le contrôle»

Le chef de l'armée de l'air n'a montré aucune difficulté à répondre à la problématique de ces avions de combat au sein du territoire helvétique. La Suisse a-t-elle besoin d'une Ferrari? «Le F-35 a de grandes capacités». N'est-elle pas trop cher? «Nous allons continuer à réduire les coûts». Qu'en est-il du transfert de données redouté vers les Etats-Unis? «La Suisse a le contrôle, elle peut décider quelles données elle veut partager».

Brown a finalement formulé ses félicitations à son hôte Peter «Pablo» Merz, le commandant des Forces aériennes suisses: «Une grande armée de l'air comme la nôtre peut aussi apprendre des petits», a-t-il déclaré à la fin de sa brève intervention médiatique. Il a laissé au divisionnaire Merz le soin de faire d'autres commentaires sur la guerre et l'avion de combat.

La Russie sans souveraineté aérienne

«La situation actuelle nous a montré de manière brutale et choquante qu'une guerre, avec des moyens conventionnels, peut avoir lieu en Europe», a expliqué le chef des forces aériennes suisses. Il a confirmé que la Russie n'avait pas réussi à s'emparer de la souveraineté aérienne au-dessus de l'Ukraine:

«L'armée de l'air ukrainienne est réduite, mais elle est toujours en vol.»

Ce serait un indice supplémentaire que l'armée russe, supposée hautement combative, n'est pas aussi bien équipée qu'on le pense. Sans donner plus de détails, Merz a expliqué voir plutôt dans la guerre en Ukraine une preuve supplémentaire du bien-fondé de l'achat de l'avion de combat: «L'Allemagne est le dixième pays en Europe à avoir opté pour le F-35».

«Le temps nous est compté»

Peter Merz n'a néanmoins pas caché son inquiétude concernant l'initiative populaire. Plus particulièrement parce que l'offre du fabricant Lockheed Martin expire en mars 2023. Le vote ne pourra avoir lieu à temps que si l'initiative est déposée rapidement et qu'elle passe en vitesse au Parlement. «Le temps nous est compté», a redouté le commandant des Forces aériennes suisses, en indiquant que les F/A-18 devraient être remplacés d'ici 2030.

L'armée et le Département de la défense (DDPS) ne veulent en tout cas pas prendre de risques. La tournée des visites étrangères pour le F-35 se poursuivra dès la semaine prochaine. Après la visite du général Charles Brown, le jet se posera alors sur la base aérienne d'Emmen (LU).

(Traduit de l'allemand par mndl)

140 réfugiés ukrainiens ont été évacués vers la Suisse

Plus d'articles sur les avions de chasse

L’initiative anti-F-35 n'est-elle pas plutôt un vote contre les Etats-Unis?

Link zum Artikel

Cette fois ça y est: le Conseil fédéral donne son OK au F-35 américain

Link zum Artikel

Avion de combat: Quel que soit le choix, ce sera une déflagration

Link zum Artikel

La mère des batailles contre l’achat du F-35 est lancée

Link zum Artikel

L'avion F-35 que la Suisse a choisi compte 41 pannes aux Etats-Unis

Link zum Artikel

Viola Amherd défend, encore, son choix d'avions de combat

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
2 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
2
Radovan Vitek va faire le ménage à Crans-Montana
La station valaisanne s'apprête à subir de gros changements, annonce son propriétaire Radovan Vitek. Des licenciements sont prévus.

Actionnaire majoritaire des remontées mécaniques de Crans-Montana (CMA) et propriétaire d'une dizaine de sociétés dans la station, le milliardaire tchèque Radovan Vitek souhaite remettre de l'ordre dans ses entreprises valaisannes. Des licenciements sont prévus, mais leur ampleur n'est pas encore connue.

L’article