DE | FR

«Les gynécologues discriminent les femmes qui couchent avec des femmes»

UN NOUVEAU CENTRE VAUDOIS POUR LA SANTÉ SEXUELLE DES FSF

Image: Shutterstock

Un centre de consultation dédié aux femmes qui ont des rapports sexuels avec des femmes ouvre à Renens. Il veut offrir une prévention ciblée et une prise en charge gynécologique adaptée à une communauté qui se sent discriminée par les médecins. Interview.



Les femmes qui ont des rapports sexuels avec des femmes auront, dès le 1er juillet, leur centre dédié en santé sexuelle dans le canton de Vaud. Nommé «L-Check», il se veut une porte d'accès aux soins pour cette communauté dans laquelle les suivis gynécologiques sont insuffisants et où les expériences d'homophobie en consultation sont fréquentes, selon une enquête vaudoise publiée en fin 2020.

Naomi Portella est infirmière et coordinatrice de ce projet porté par la fondation Profa et soutenu par le canton de Vaud. Elle nous éclaire sur la réalité, méconnue, vécue par ces femmes.

Naomi Portella, pourquoi utilisez-vous l’acronyme FSF (femmes qui ont des rapports sexuels avec des femmes) plutôt que les termes «lesbiennes», «bisexuelles», etc.?
Dès que l’on use de mots, on inclut des personnes et on en exclut d’autres. La sexualité peut être mouvante et le besoin d’étiquettes aussi. On choisit donc le terme FSF pour inclure toutes les personnes qui s’identifient comme femmes ou qui se sentent concernées.

A vos yeux, il était urgent de proposer un centre de santé sexuelle uniquement dédié aux FSF. Pourquoi?
Nous sommes en 2021 et les statistiques sont encore affligeantes. Elles montrent une attitude discriminante chez nombre de gynécologues envers les FSF, un manque d’information important et des conséquences psychologiques désastreuses. Il est urgent d’en parler car la réalité est là.

Quelques chiffres

L'Enquête vaudoise sur la santé des FSF (2019) a publié ces résultats:
28% des répondantes n'ont pas de gynécologue et ne sont pas suivies pour leur santé sexuelle.
Plus d'un tiers ont déjà été discriminées ou prises en charge de manière inadéquate au moins une fois en raison de leur orientation sexuelle ou identité de genre.
● 61% indiquent ne jamais se protéger lors de rapports sexuels occasionnels.
● 46% ne connaissent pas les moyens de protection ou ne savent pas s'en servir.
● 54% ont déjà eu des pensées suicidaires.
Plus de deux tiers ont déjà vécu des violences sexuelles dans leur vie.

Les FSF n’ont pas confiance envers le système de soins?
Non. Plusieurs facteurs expliquent cette défiance. Certaines femmes ont vécu une expérience d’homophobie en consultation. D’autres ont pu entendre une amie qui en a été victime ou ont tout simplement intériorisé le fait que ce ne sont pas des endroits safe. Dans leur tête, aller voir un médecin et parler de son orientation sexuelle, c'est «dangereux».

Comment les gynécologues discriminent-ils ces femmes?Cela va de la discrimination quotidienne jusqu’à la violence. Le plus fréquent: un gynécologue qui répète sans arrêt à sa patiente «Vous êtes en couple, il y a un risque de grossesse», sans penser une seconde au fait que la femme peut ne pas être avec un homme. Elle va alors être forcée de faire un «petit coming out.»

«Il y a aussi ce cruel manque d’informations. Pour beaucoup de médecins, les rapports sexuels entre les femmes, ce n’est pas vraiment du sexe»

Je vous donne un exemple: je suis moi-même lesbienne et, une fois, alors que je souhaitais faire un dépistage d’IST, on m’a répondu que je n’avais pas des «rapports sexuels complets». La société a intériorisé le principe que le rapport sexuel, c’est la pénétration d’un pénis.

Du coup, c’est pour cela que les FSF ne consultent pas?
Oui. Aussi, nombre de FSF ne consultent pas parce que la prévention ne les cible jamais. Dans la rue, aucune affiche ne parle de leur vie. Les campagnes visent les couples hétérosexuels. Comment voulez-vous qu’elles se sentent concernées, et donc qu'elles aillent consulter? Enfin, le parcours d’une femme hétérosexuelle passe presque automatiquement par la case du gynécologue à cause du besoin de contraception. Celui-ci existe moins chez la FSF.

De quoi les FSF ont-elles spécifiquement besoin?
Il leur faut d’abord un espace safe, où l’on puisse recréer le dialogue entre le monde de la santé et elles. Ensuite, les FSF ont des problèmes de santé spécifiques.

Les chiffres montrent qu’une personne lesbienne a plus de risques d’avoir des consommations problématiques (de tabac, d’alcool, de drogues), de faire des dépressions et de se suicider. Cela est dû au fait qu'elles appartiennent à une minorité sexuelle et qu'elles sont des femmes. Il y a une sorte de double peine face aux discriminations.

Elles ont aussi en moyenne plus de partenaires et se protègent moins. On peut partir de l’hypothèse que tous ces facteurs de risque, associés à une prise en charge moins bonne, peut créer plus de problèmes de santé pour ces femmes.

Pourquoi se protègent-elles moins?
Encore une fois à cause du manque de prévention. On a tous appris très tôt comment mettre un préservatif sur une banane. Mais pas à utiliser une digue dentaire (qui se pose sur la vulve par exemple). Pour les FSF, se prémunir contre les IST, c'est surtout se protéger durant le sexe oral. Il existe des moyens, mais ils sont peu connus et pas forcément simples à utiliser.

Le centre L-Check ouvre le 1er juillet au centre Profa de Renens. Toutes les informations ici.

Plus d'articles sur la communauté LGBTQIA+

Privée de stade arc-en-ciel, Munich va se pavoiser aux couleurs LGBT

Link zum Artikel

Courageux et touchants: huit coming out qui ont marqué le sport suisse

Link zum Artikel

L'homosexualité reste un «péché» pour le Vatican

Link zum Artikel

Le mois des fiertés LGBTQ commence aujourd'hui

Link zum Artikel

La Hongrie interdit de «promouvoir» l'homosexualité auprès des mineurs

Link zum Artikel

Deux femmes transgenres condamnées pour «tentative d'homosexualité»

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

Ce 14 juin, c'était la grève des femmes et à cette occasion ces deux politiciennes dénonçaient le sexisme dans leur milieu

Amazon ne vendra plus de livres présentant l'identité LGBT comme une maladie mentale

Les oeuvres abordant la transidentité comme maladie mentale ont été bannies du géant américain. Les conservateurs crient à la censure.

C'est le livre «When Harry Became Sally», (en français «Quand Harry est Devenu Sally»), abordant la question de la trans-identité, qui a mis le feu aux poudres. Aux Etats-Unis, des députés républicains se sont indignés de voir l'ouvrage disparaître des rayons virtuels d'Amazon, plus gros vendeur de livres en ligne.

Ce jeudi, le géant de la distribution en ligne a répondu à une missive, envoyée par plusieurs sénateurs républicains en février dernier.

Le «Wall Street Journal» a publié le …

Lire l’article
Link zum Artikel