DE | FR

Philippe Guignard n'aurait jamais voulu gruger personne

Le chef déchu est actuellement hospitalisé et se trouve à la charge des services sociaux.
Le chef déchu est actuellement hospitalisé et se trouve à la charge des services sociaux.Image: KEYSTONE
Le célèbre pâtissier avait été condamné l'an dernier pour escroquerie. Jeudi, il s'est empressé de faire ses excuses et a donné sa version des faits.
04.03.2021, 14:1118.03.2021, 17:52

Condamné l'été dernier pour escroquerie à trois ans de prison, dont 18 mois ferme, Philippe Guignard s'est défendu jeudi matin à Lausanne, devant la Cour d'appel du canton de Vaud.

L'affaire remonte à la période 2011-2013, lorsque l'ancien roi des fourneaux, épaulé par trois comparses, a démarché 16 victimes pour encaisser plus de 3,2 millions de francs. Cet argent était censé financer un projet immobilier à Orbe, mais a servi en réalité à éponger les dettes personnelles et celles de la société du pâtissier. Jeudi matin, ce dernier a déclaré:

«Ce projet devait me permettre de rembourser les prêteurs. Je ne pense pas leur avoir menti»
Philippe Guignard à l'ouverture de son procès en appel

Le chef déchu s'est aussi empressé de s'excuser, ce qu'il avait jusque-là tardé à faire. «J'ai aujourd’hui une vision différente de la situation», a-t-il assuré. Il a expliqué que cette prise de conscience découlait d'un traitement en institution psychiatrique qu'il suit depuis huit mois.

Aujourd'hui, le pâtissier est toujours hospitalisé et se trouve à la charge des services sociaux. «Je n'ai plus un sou», a-t-il résumé. (ats)

Thèmes
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
En pleine guerre, Suisse et Otan veulent étendre leur collaboration
Il n'est néanmoins pas question d'une adhésion Helvète à l'Alliance ou de livraisons d'armes et munitions utilisées dans un conflit. Mais alors de quoi?

Tels des amoureux timides, la Suisse et l'Otan sont d'accord pour se rapprocher un peu et étendre leur collaboration. Le secrétaire général, Jens Stoltenberg, a rassuré mardi la conseillère fédérale, Viola Amherd, sur le maintien d'un partenariat fort si la Finlande et la Suède deviennent membres.

L’article