DE | FR

Philippe Guignard n'aurait jamais voulu gruger personne

Le patissier Philippe Guignard quitte le tribunal pour la pause de midi lors de son proces en appel au siege du tribunal cantonal vaudois ce jeudi 4 mars 2021 au Palais de justice de l'Hermitage a Lausanne. (KEYSTONE/Laurent Gillieron)

Le chef déchu est actuellement hospitalisé et se trouve à la charge des services sociaux. Image: KEYSTONE

Le célèbre pâtissier avait été condamné l'an dernier pour escroquerie. Jeudi, il s'est empressé de faire ses excuses et a donné sa version des faits.



Condamné l'été dernier pour escroquerie à trois ans de prison, dont 18 mois ferme, Philippe Guignard s'est défendu jeudi matin à Lausanne, devant la Cour d'appel du canton de Vaud.

L'affaire remonte à la période 2011-2013, lorsque l'ancien roi des fourneaux, épaulé par trois comparses, a démarché 16 victimes pour encaisser plus de 3,2 millions de francs. Cet argent était censé financer un projet immobilier à Orbe, mais a servi en réalité à éponger les dettes personnelles et celles de la société du pâtissier. Jeudi matin, ce dernier a déclaré:

«Ce projet devait me permettre de rembourser les prêteurs. Je ne pense pas leur avoir menti»

Philippe Guignard à l'ouverture de son procès en appel

Le chef déchu s'est aussi empressé de s'excuser, ce qu'il avait jusque-là tardé à faire. «J'ai aujourd’hui une vision différente de la situation», a-t-il assuré. Il a expliqué que cette prise de conscience découlait d'un traitement en institution psychiatrique qu'il suit depuis huit mois.

Aujourd'hui, le pâtissier est toujours hospitalisé et se trouve à la charge des services sociaux. «Je n'ai plus un sou», a-t-il résumé. (ats)

Plus d'articles sur le thème «Suisse»

Face au Covid, une Suisse à deux vitesses se profile

Link zum Artikel

Après l'euphorie, Moutier appelle sa population à se faire dépister

Link zum Artikel

Maudet out. Fischer in. Les leçons de l'élection à Genève

Link zum Artikel

«Ces alertes à la bombe dans les écoles expriment un ras-le-bol»

Link zum Artikel

Ni flics, ni complices, les psys se défendent face à #MeToo

Link zum Artikel

En cas d'élection, Maudet pourra-t-il travailler avec ses collègues?

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

Pierre Maudet reconnu coupable

Le conseiller d'Etat genevois a bien accepté un avantage indu, selon la justice du canton. Il écope d'une peine pécuniaire.

Pierre Maudet a été condamné lundi à 300 jours-amende avec sursis. Le Tribunal de police de Genève a reconnu le conseiller d'Etat genevois coupable d'acceptation d'un avantage pour son voyage en famille à Abu Dhabi. Pierre Maudet devra verser 50 000 fr à l'Etat de Genève, soit la valeur estimée de ce voyage.

Le Tribunal de police a, en revanche, acquitté Pierre Maudet de la charge d'acceptation d'un avantage en lien avec un sondage financé par deux amis hommes d'affaires, Magid Khoury et …

Lire l’article
Link zum Artikel