DE | FR

Le Conseil fédéral et le Parlement pour la loi Covid

Bundespraesident Guy Parmelin, spricht an einer Medienkonferenz zur Lieferung von Impfdosen und die laufende Impfkampagne, am Donnerstag, 25. Maerz 2021 in Bern. (KEYSTONE/Anthony Anex)

Image: sda

Le 13 juin, le peuple s'exprimera sur la loi Covid-19, soutenue par les autorités. Elle permettra de prolonger les aides financières dont bénéficient ceux touchés par la crise.



Depuis le début de la pandémie, le Conseil fédéral a introduit plusieurs aides par droits d'urgence. Elles ont ensuite été inscrites dans la loi Covid-19 validée par le Parlement et mise en vigueur en septembre.

La plupart de ses dispositions de la loi deviendront caduques à la fin de l'année. Mais si le non l'emporte, la loi cessera de s'appliquer en septembre déjà, indique le Conseil fédéral.

35 milliards

Les aides financières prévues dans la loi devraient représenter un coût de 35 milliards à la charge de la Confédération. Elles concernent:

La loi Covid-19 inclut aussi des mesures garantissant la fourniture de biens médicaux tels que des équipements de protection. Elle ne concerne toutefois pas la vaccination contre le coronavirus.

Le comité référendaire estime quant à lui que la loi fait régner la peur et remet en question le régime de la démocratie directe. Il s'oppose par ailleurs à certains points de la loi, comme l'autorisation de mise sur le marché de médicaments ou les subventions aux médias. (ats/asi)

Une année de Covid-19, retour en images

1 / 13
Une année de Covid-19, retour en images
source: sda / alessandro crinari
Share on FacebookShare on TwitterShare via WhatsApp

Cela pourrait aussi vous intéresser:

Et si vous nous racontiez votre première année Covid?

Link zum Artikel

Quel skieur es-tu ?

Link zum Artikel

Les gouvernements vont-ils devoir payer pour leur insouciance climatique?

Link zum Artikel

«Les notes vocales, c'est un truc d'égoïste»

Link zum Artikel

Sortir de nos canapés a fait du mal à Netflix

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

Face aux tensions du virus, la Suisse sécurise ses chefs

Les menaces de mort à l'encontre du Conseil fédéral ont explosé depuis plusieurs mois. Logiquement renforcé, le dispositif de sécurité entourant les Sept sages est tenu secret par les autorités mais des experts nous ont dévoilé quelques indices.

Depuis plusieurs mois, le Conseil fédéral a une nouvelle fonction. Servir de défouloir à tous les insatisfaits de la pandémie. «Nous sommes face à un climat particulier, les gens ressentent le besoin d'exprimer leur mécontentement contre les personnes que nous protégeons. En 2020, nous avons constaté une nette augmentation du nombre de lettres de menaces reçues et un ton plus virulent, allant parfois jusqu'à l'appel au meurtre», confirme Cathy Maret, porte-parole de la police fédérale (Fedpol).

Lire l’article
Link zum Artikel