DE | FR
Le Parlement a voté une loi encadrant la transmission des données médicales.
Le Parlement a voté une loi encadrant la transmission des données médicales.Image: KEYSTONE

Six ans après, le Parlement se décide à protéger nos données médicales

Grâce à une nouvelle loi votée ce mercredi, la transmission de données entre les assureurs maladie et les autorités sera désormais encadrée par des règles plus strictes.
03.03.2021, 17:52

Depuis 2014, l'Office fédéral de la santé publique collecte auprès des assurances maladie des données individuelles anonymisées. Une expertise a montré que ces relevés étaient disproportionnés. L'autorité de surveillance se constitue une vaste collection de données individuelles en vue d'une utilisation éventuelle.

Une pratique qui tiendra bientôt de l'histoire ancienne, le Conseil national a éliminé ce mercredi les dernières divergences dans une nouvelle loi visant à garantir la protection de la personnalité. Le texte précise l'étendue et les objectifs de la collecte de données auprès des caisses, ainsi que les modalités d'exploitation.

Des règles strictes mais moins que prévu

À l'origine, les deux Chambres n'étaient pas d'accord sur l'utilisation des données individuelles. Le National avait adopté en septembre une version plus stricte, où les données individuelles ne doivent pas servir à évaluer la compensation des risques. Le Conseil des Etats s'y était opposé.

Ce mercredi, contre l'avis de sa commission, la Chambre du peuple a finalement suivi les sénateurs et le Conseil fédéral. Des données individuelles ne seront utilisées que dans des cas exceptionnels définis par la loi et pour des tâches bien délimitées. Les données agrégées seront privilégiées sauf lorsqu'elles empêchent l'Office fédéral de la santé publique de faire son travail. (ats/FF)

0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
A Genève, un officiel russe tance Poutine et démissionne: «Offrons lui l'asile en Suisse»
Après sa démission fracassante ce lundi, le diplomate russe Boris Bondarev est inquiet. Il craint des représailles de Moscou. Le coprésident du Parti socialiste, Fabian Molina, estime qu'il devrait désormais obtenir l'asile dans notre pays. L'UDC craint qu'il soit un espion.

La démission du haut diplomate russe Boris Bondarev a fait l'effet d'un coup de tonnerre et a provoqué un séisme dans la Genève internationale. Motif de cette agitation? La longue lettre de démission du principal intéressé. Elle prend la forme d'un règlement de comptes avec le Kremlin et critique vertement la guerre russe en Ukraine. On y lit par exemple:

L’article