Suisse
Santé

Suisse: Voici comment les primes devraient augmenter en 2025

Voici à quel point les primes devraient augmenter en 2025

Le choc s'annonce à nouveau rude cet automne. Selon le comparateur en ligne Comparis, la hausse des primes de l'assurance de base devrait tourner autour des 6% en moyenne cette année. Voire 10% dans certains cantons et certaines régions.
23.05.2024, 06:5623.05.2024, 10:21
Plus de «Suisse»

Le coût des primes augmente depuis une bonne vingtaine d’années – à un rythme de plus en plus rapide. Malgré une hausse moyenne des primes de 8,7 % pour 2024, certaines caisses disposeront d'un mince coussin de réserve à la fin de l'année, a indiqué Comparis dans un communiqué jeudi. Il est donc possible que certaines primes de l'assurance de base augmentent de plus de 10%.

«Il s'agit de la troisième augmentation consécutive des primes supérieure à la moyenne»
Felix Schneuwly, expert en assurance-maladie chez Comparis.

Le comparateur en ligne se base sur ses prévisions de la croissance de l'ensemble des coûts de la santé en Suisse. L'année prochaine, ceux-ci augmenteront de 3,2%, selon Comparis et le Centre de recherches conjoncturelles KOF de l'EPFZ. Pour l'année en cours, la croissance prévue était de 3,6%.

«La croissance de la part des coûts déterminante pour les primes d'assurance-maladie est toujours un peu plus élevée, car le catalogue des prestations de l'assurance de base ne cesse de s'élargir», explique Felix Schneuwly, expert en assurance-maladie chez Comparis dans un communiqué.

Indépendamment de la décision que prendront les électeurs suisses le 9 juin sur l'initiative d'allègement des primes, le Parlement doit réduire le rythme des réformes de la loi fédérale sur l'assurance-maladie. Selon Schneuwly, il doit «évaluer proprement» quelles modifications de la loi ont quels effets. (mbr/ats)

Les chiots Saint-Bernard nés à Martigny
1 / 7
Les chiots Saint-Bernard nés à Martigny
Onze nouveaux chiots Saint-Bernard sont nés à Martigny.
source: facebook/fondation barry
partager sur Facebookpartager sur X
Ceci pourrait également vous intéresser:
2 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
2
«Sans mon mari, je serai pauvre à la retraite»: elle raconte son combat
Kerstin M. travaille depuis des années dans le commerce de détail, où les employées à bas salaire sont majoritairement des femmes. Son histoire rappelle pourquoi il est important de «faire du bruit».

Kerstin M. se rend toujours au travail en vélo électrique. Sauf en hiver, où elle prend le bus. Ni elle ni son mari n'ont de voiture. Par mesure d'économie. Commerçante de détail de formation, cette femme de 54 ans exerce un métier typiquement féminin et peu rémunéré. Sur les quelque 300 000 emplois du secteur en Suisse, plus de 80% sont occupés par des femmes.

L’article