Suisse
Sport

Suisse-Italie: où en est la guerre des drapeaux?

Une voiture arbore les drapeaux suisse et italien. Zurich, 15 juin 2010.
Une voiture arbore les drapeaux suisse et italien. Zurich, 15 juin 2010. image: keystone

Suisse-Italie: comment la guerre des drapeaux a pris fin

Deux célèbres Italo-Suisses, le chef des sports de la RTS Massimo Lorenzi et l'ex-conseillère nationale vaudoise Ada Marra, témoignent de deux époques: celle des tourments identitaires, celle de la pacification.
29.06.2024, 07:1429.06.2024, 09:44
Plus de «Suisse»

Suisse-Italie, c’est un peu le clasico des binationaux, le kilomètre zéro de l’histoire de l’immigration dans sa version foot. Ça remue toujours un peu les tripes. «Finalement, on s’en est pas mal tiré», constate Massimo Lorenzi, le chef des sports de la RTS, l’un de ces «enfants du placard», caché pendant trois ans et demi avec sa mère dans un grenier à côté de la gare de Genève. C’était au début des années 1960, le regroupement familial n’existait pas encore.

Oui, on s’en est pas mal tiré. Mieux qu’en France en tout cas, où, comme on s’en aperçoit ces jours-ci avec la victoire attendue du Rassemblement national sur fond de fractures identitaires, les drapeaux d'ici et d’ailleurs font chambre à part. En Suisse, ils dorment dans le même lit. Ou plutôt pendent côte-à-côte aux rambardes des balcons.

«Mes enfants, qui, comme moi, ont les deux nationalités, mettent toujours les bannières des deux pays à la fenêtre quand la Suisse et l’Italie s’affrontent»
Massimo Lorenzi

Comme d’autres, le journaliste italo-suisse a remarqué cette habitude qui consiste, en Suisse, chez beaucoup de binationaux, à arborer conjointement les couleurs du pays d’origine et du pays d’accueil lors des matchs de foot opposant l'un à l'autre. «Cela se vérifie aussi et de façon permanente dans les jardins ouvriers situés à la périphérie des villes», ajoute-t-il. Une quasi-coutume qui semble surtout valoir pour les immigrations de trois pays, Italie, Espagne et Portugal. Et qui se transmet de génération en génération.

«Il faut voir dans cette juxtaposition des couleurs, d’une part, un attachement sentimental au pays d’origine, celui des parents, voire des grands-parents, d’autre part, une marque de respect et d’affection pour le pays d’accueil.»
Massimo Lorenzi.

«Je me suis sentie comme pacifiée et apaisée»

L’ex-conseillère nationale socialiste vaudoise Ada Marra s’est sentie «comme pacifiée et apaisée», le jour où elle a vu le drapeau suisse et le drapeau italien flotter ensemble aux vitres ouvertes d’une voiture. «C’était il y a une dizaine d’années, à l’occasion d’une compétition sportive opposant les deux pays», se remémore-t-elle. Aux prises avec des dilemmes identitaires qu’elle nourrissait ou qu’on lui renvoyait, l'Italo-Suissesse, qui a publié en 2018 Tu parles bien français pour une italienne, estime avoir tiré profit de cette scène des drapeaux.

La réunion des couleurs, au lieu de leur opposition, est «une belle démonstration de ce qu’est le patriotisme inclusif», se félicite Ada Marra.

«Auparavant, le foot, pour nos parents étrangers, c’était de la politique. Lorsque l’Italie gagnait, ce qui arrivait souvent, c’était, pour eux, comme une revanche sur les conditions d’ouvriers exploités. Maintenant, il y a moins, voire plus du tout de cette revanche sociale dans les matchs entre la Suisse et l’Italie.»
Ada Marra

Massimo Lorenzi reprend la balle au bond. «Peut-être que cet esprit de revanche habite à présent d’autres nations de plus récente immigration, la kosovare par exemple, encore qu’avec Granit Xhaka et Xherdan Shaqiri dans la Nati, les Suisses d’origine kosovare peuvent être fiers du parcours des leurs.»

Pour Chantal Tauxe, l’ex-rédactrice en cheffe adjointe du magazine L’Hebdo et actuelle responsable de la communication de la Ville d’Yverdon, l’affichage conjoint des drapeaux des pays d’origine et d’accueil, «tient beaucoup à la binationalité des descendants de l’immigration, qui partagent deux amours en somme».

1982: les Italiens envahissent Lausanne

Le mari de Chantal Tauxe est italien. «Il est de la génération de 1982 qui avait envahi les rues de Lausanne lorsque l’Italie avait gagné cette année-là la finale de la Coupe du monde de football face à l’Allemagne», raconte-t-elle.

«C’était la première fois que des Italiens s’autorisaient pareille démonstration. Jusque-là, ils s’étaient un peu cachés»
Chantal Tauxe

Massimo Lorenzi interprète l’effusion italienne de 1982 comme «un retour du refoulé».

«Les Italiens n'avaient cessé d'enfouir leur ressentiment. Soudain, ils sortaient dans les rues et criaient leur bonheur à la face de la Suisse, manière de dire "on vous emmerde"»
Massimo Lorenzi

Le chef des sports de la RTS se souvient d'un mot de son père qui l'avait marqué:

«On habitait Genève, j'étais encore un enfant. Il m'avait dit un jour: "Viens, on va à Carouge, parce que Carouge, c’est l’Italie"»
Massimo Lorenzi

Oui, finalement, on s’en est plutôt bien tiré. «Globalement, l’intégration, en Suisse, a été réussie. Les immigrés n’ont pas été ghettoïsés comme en France, il y a toujours eu de la mixité, même dans des cités comme Meyrin.»

Le prono de Massimo

Un pronostic pour le Suisse-Italie de ce soir, Massimo Lorenzi? «Ça se jouera aux pénaltys.» Avec, à la maison, les deux drapeaux au balcon.

Les premières images de la saison 2 de «House of the dragon»
1 / 29
Les premières images de la saison 2 de «House of the dragon»
source: hbo
partager sur Facebookpartager sur X
Les Grisons touchés par de violentes intempéries
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
3 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
3
On sait quels véhicules seront les plus flashés par ce nouveau radar en Suisse
Motards et automobilistes, attention! L'étude sur un projet pilote national montre le nombre de véhicules et lesquels le nouveau radar antibruit flasherait sur les routes suisses.

Les voitures et motos qui accélèrent et pétardent sont insupportables pour les riverains, surtout pendant les mois d'été, comme le confirment les corps de police. Ces derniers se déplacent régulièrement en cas de signalement et font des contrôles à des endroits stratégiques afin d'attraper, par exemple, les véhicules tunés illégalement.

L’article