DE | FR

Au Brésil, Bolsonaro veut limiter la modération des réseaux sociaux

Le président du Brésil, Jair Bolsonaro, sur un drapeau porté par une femme brésilienne.
Le président du Brésil, Jair Bolsonaro, sur un drapeau porté par une femme brésilienne.
Image: Keystone
Une nouvelle disposition du président brésilien modifie les règles de la modération des contenus sur les réseaux sociaux. Pour les opposants, il s'agit d'une manière d'entraver le combat contre la désinformation.
07.09.2021, 06:0507.09.2021, 16:20

Le président brésilien Jair Bolsonaro a pris lundi un décret qui vise à combattre «la suppression arbitraire et injustifiée de comptes, profils et contenus par les fournisseurs», explique le secrétariat à la communication du gouvernement. Le texte, à effet immédiat, doit être entériné par le Parlement.

Un «juste motif» pour supprimer des contenus

Le président d'extrême droite s'est déjà fait retirer des contenus pour diffusion de fausses informations sur le Covid-19. Par ailleurs, Bolsonaro a fait les déclarations suivantes:

  • Il qualifie de «censure» la suspension de comptes ou la suppression de contenus que les plateformes ont appliquées à son encontre et à celle de certains de ses partisans;
  • La nouvelle disposition établit une série d'hypothèses pour lesquelles il y aurait un «juste motif» pour supprimer des contenus ou suspendre des utilisateurs (par exemple, la commission de délits, de violences);
  • Ce décret impose de nouveaux protocoles aux plateformes pour appliquer ces suspensions.

Facebook et des membres de l'opposition contre ce décret

«Cette mesure provisoire limite de manière significative la capacité de restreindre les abus sur nos plateformes. Le réseau social est en ligne avec l'expression de plusieurs spécialistes et juristes, qui affirment que la proposition viole les droits et les garanties constitutionnels»
Un porte-parole de Facebook

Alessandro Molon, député d'opposition et rapporteur du texte cadrant la pratique d'Internet au Brésil (MCI), en vigueur depuis 2014, a assuré qu'il préparait un recours en justice pour invalider le décret présidentiel.

«Son objectif n'est pas de protéger la liberté d'expression, le MCI le fait déjà. Ce qu'il veut, c'est empêcher que la désinformation et le discours de haine, que ses partisans et lui disséminent, continuent à être retirés des plateformes», a dit le parlementaire. (ats/jch)

Et pendant ce temps-là, à Berne: Session des femmes, deuxième acte!

Plus d'articles Actu

Ces cinq artistes vont marquer l'histoire du prochain Super Bowl

Link zum Artikel

Crise des sous-marins: La France utilise l'UE pour se venger

Link zum Artikel

Comment est votre blanquette? Has-been! (Auprès des jeunes)

Link zum Artikel

Les Etats-Unis échappent à la paralysie, mais pas encore à une crise financière

Link zum Artikel

Un artiste s'enfuit avec l'argent prêté par un musée

Link zum Artikel

Ils lancent un jeu de société qui dénonce les inégalités raciales

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

Le peuple brésilien révolté face au racisme et aux violences policières

Plusieurs milliers de personnes ont manifesté, jeudi au Brésil, contre le racisme et les violences policières, une semaine après une sanglante opération de police dans une favela de Rio de Janeiro. Elle a fait 28 morts.

«Ni balle, ni faim, ni Covid. Le peuple noir veut vivre!»: les manifestants, qui portaient des masques sanitaires contre le coronavirus, ont réclamé la fin de la discrimination envers les personnes noires et métisses - qui représentent 55% de la population - le jour où le Brésil commémore la fin de l'esclavage en 1888.

Dans le défilé à Rio de Janeiro, des pancartes proclamaient «Contre le génocide, la rébellion est juste» ou «Justice pour Jacarezinho», du nom de la favela où a été …

Lire l’article
Link zum Artikel