Divertissement
Cinéma

«The Boys»: La meilleure satire des Etats-Unis est de retour

Homelander, où Donald Trump s'il avait été Superman, doit beaucoup à l'immense talent de l'acteur Anthony Starr.
Homelander, où Donald Trump s'il avait été Superman, doit beaucoup à l'immense talent de l'acteur Anthony Starr.Image: Amazon

La meilleure satire des Etats-Unis est de retour

La série la plus irrévérencieuse du petit écran est enfin de retour sur Prime Video pour une saison 4 qui tire à balle réelle sur le trumpisme.
16.06.2024, 15:58
Sainath Bovay
Suivez-moi
Plus de «Divertissement»

Le truc avec The Boys, c'est que toute ressemblance avec la réalité n’est pas vraiment fortuite. Pour rappel, la série, inspirée de la bande dessinée éponyme, se présente comme une version cynique des Avengers ancrée dans une réalité où toutes les dérives des Etats-Unis sont exacerbées.

La série qui s'est fait désirer depuis maintenant deux ans a été retardée par la grève des scénaristes. Elle aura tout de même réussi à contenter ses fans grâce à son excellente série dérivée Gen V, qui mettait cette fois la «Gen Z» à l'honneur au cœur d'un campus pour superhéros en devenir.

Marvel mais en réel

Crée par la multinationale Vaught grâce à un sérum qui attribue au hasard des pouvoirs à ceux qui ont vendu leurs enfants à l'entreprise, cet empire financier et médiatique utilise les super-héros comme purs produits du capitalisme.

Pour ce faire, elle joue sur tout ce qui compose l'âme de l'Amérique dans ce qu'elle a de plus sombre: le star system, la bigoterie, la suprématie blanche et bien d'autres travers.

Toutes ses thématiques se retrouvent évidemment en un personnage emblématique à qui la série doit son succès: le tout-puissant Homelander (ou le Protecteur si vous êtes dans la team VF) incarné avec brio par l'acteur Anthony Starr. Sorte de Donald Trump sociopathe qui aurait hérité des pouvoirs de Superman, il est l'antagoniste ultime des «Boys», la bande que l'on suit désormais depuis quatre saisons dans leur tentative désespérée de faire tomber les super-héros et la multinationale qui les a créés.

La saison 4 en images:

Vidéo: watson

Dans la précédente saison, le personnage de Starlight (Erin Moriarty) révélait le vrai visage de Vaught et de ses superhéros. Alors qu'une frange de la population se range du côté de l'héroïne, Homelander se retrouve à la tête de l'entreprise Vaught et bénéfice d'une impunité totale, au point que même assassiner un opposant aux yeux de tout le monde lui vaut le soutien inconditionnel de ses partisans.

Des fans galvanisés qu'il encourage désormais à combattre les «socialos-non-binaires et athées» du camp des progressistes. Homelander est définitivement devenu une satire d'un Donald Trump en collant, soumis à la peur de vieillir et au besoin irrépressible d'être aimé.

Méchant, mais loin d'être bête

The Boys a toujours dénoncé les extrêmes depuis ses débuts et cette nouvelle saison ne déroge pas à la règle, toujours avec un certain panache et un goût prononcé pour la violence et l'humour graveleux. Les corps se font toujours autant déchiqueter et les scènes de sexes malaisantes entre super-héros font à chaque fois preuve d'une ingéniosité folle.

La série brille constamment par son irrévérence et cette saison 4 s'immisce dans une saison plus politique que jamais avec sa guerre rangée entre progressistes et conservateurs. Ces trois premiers épisodes ne manquent pas de tacler au passage la mouvance QAnon, de faire une jolie référence au procès de Johnny Depp et Amber Heard, ou encore de présenter une version chrétienne et hilarante de Holiday on Ice.

Bienvenue au Truthcon, la convention où les complotistes peuvent lâcher leurs meilleures théories.
Bienvenue au Truthcon, la convention dans laquelle les complotistes peuvent lâcher leurs meilleures théories.Image: Amazon

The Boys, c'est la série qui ose tout, tout le temps, et qui parodie à l'excès avec une telle justesse que certains n'y voient même pas le second degré.

À l’aube des élections présidentielles américaines le 5 novembre 2024 et l'explosion de l'extrême-droite aux dernières européennes, The Boys est définitivement un exutoire qui fait du bien. La série, prévue sur cinq saisons, prouve une fois de plus qu'elle est l’une des meilleures productions actuelles et sans nul doute la plus… «woke».

L'assaut du Capitole en images
1 / 6
L'assaut du Capitole en images
Des manifestants pro-Trump occupent les terrains de la partie ouest du Capitole.
source: epa / michael reynolds
partager sur Facebookpartager sur X
Les séries à ne pas louper en juin
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Flâner au Montreux Jazz, c'est donner 100 balles à un mendiant
Pour avoir un (infime) aperçu de l'état du business des concerts, il suffit de se promener sur les quais de Montreux avant la tombée de la nuit. Entre le stand Porsche pris d'assaut et une scène gratuite, des milliers de généreux donateurs qui s’ignorent. Sans les bières et les poulets au curry vert qu'ils consomment, Lenny Kravitz n'y jouerait peut-être pas.

La plupart du temps, on va se promener sur les quais du Montreux Jazz Festival parce que pourquoi pas. Parce que ça nous fait une sortie. Parce qu’il fait beau et demain un peu moins. Parce qu’il faut profiter, c'est l'été. Parce que Pays-Bas - Angleterre, bof. Parce qu’on n’est pas allés à Zurich pour Taylor Swift. Parce qu’on habite à côté. Parce qu’il y a Bernard et Sylvie, tu sais si Jonathan sera dans le coin? Parce que c’est gratuit si on ne consomme pas.

L’article