Divertissement
Réseaux sociaux

La «Hawk Tuah Girl» a reçu une offre «répugnante»

Vidéo: watson

La «Hawk Tuah Girl» a reçu une offre «répugnante»

La «Hawk Tuah Girl», la jeune fille devenue soudainement célèbre après une séquence vidéo, a vendu pour des milliers de dollars en produits dérivés. Elle fait ses premiers pas dans la vie d'une personne connue sur les réseaux - mais tout n'est pas rose.
02.07.2024, 18:4502.07.2024, 19:54
Suivez-moi
Plus de «Divertissement»

Vous vous souvenez de la fille «Hawk Tuah Girl», qui est à l'origine de la cuvée de mèmes? Rappelez-vous, ce mot est censé représenter une sorte d'onomatopée pour exprimer le fait de pratiquer une «gorge profonde» (on ne va pas développer le sujet ici.)

Hé bien, le moins que l'on puisse dire, c'est qu'elle n'a pas chômé. Dans un précédent article, on vous expliquait que, forte de sa nouvelle célébrité, la «Hawk Tuah Girl» - de son vrai nom Hailey Welch - avait vu ses réseaux sociaux exploser.

Elle en avait profité pour lancer sa propre ligne de produits dérivés, via la société de vêtements Fathead Threads, basée dans le Tennessee. L'un des produits que le petit monde de la Toile s'arrache le plus, c'est sa casquette sur laquelle est écrit «Hawk Tuah '24» - la classe!

Or, selon le New York Post, la jeune fille en a déjà vendu plus de 2000 couvre-chefs au message grivois. A 32,78 dollars par chapeau — et 50 dollars pour une version signée en rupture de stock — le total s'élève à quelque 65 000 dollars! C'est ce qui s'appelle capitaliser sur le succès, aussi soudain soit-il (ou ne pas cracher dans la soupe, c'est selon!).

«Hawk Tuah Girl», posant avec le fondateur de Fathead Merch, Jason Poteete.
«Hawk Tuah Girl», posant avec le fondateur de Fathead Merch, Jason Poteete. image: tmz

Le fondateur de Fathead Merch, Jason Poteete, qui prétend connaître la jeune femme depuis des années, a expliqué que cette dernière n'avait bien entendu «pas reçu un centime de la première vidéo virale qui est sortie».

Hailey Welch aurait été littéralement «bouleversée» par sa nouvelle renommée, et aurait demandé à Poteete de ne divulguer aucune information personnelle à son sujet, ni de faire apparaître son visage sur les produits dérivés

Sauce piquante et Cie

Il faut dire que l'engouement est mondial. Toujours selon le New York Post, le nombre de demandes de marques déposées avec les termes viraux ont explosé. Et les projets concernés sont parfois foufous.

Si certains souhaitent que «Hawk Tuah» soit associé à une marque de sport, certains ont fait des demandes pour du tabac à chiquer, des produits d'hygiène bucco-dentaire, et surtout...pour des lubrifiants, ou encore des stimulants sexuels.

Quelqu'un a même eu l'idée de requérir une marque déposée pour des sauces piquantes «Hawk Tuah» - on imagine déjà la campagne de promotion, et le slogan!

Déjà sur scène

La célébrité de Hailey n'est pas prise à la légère! Elle est désormais suivie par une équipe vidéo, qui capture le moindre de ses mouvements. Elle a même été aperçue aux côtés de la star de country Zach Bryan, qui l'a conviée sur scène lors de son concert à Nashville samedi.

La présence de la jeune femme, harnachée en tenue de cow-girl, n'a cependant pas eu l'heur de plaire à tous, comme on peut le découvrir dans les commentaires suivants:

«Tant mieux pour elle, mais pourquoi rendons-nous des gens comme ça célèbres ?»
vu sur x
«Nous récompensons généreusement tout le contraire du talent»
vu sur x
«J'en ai tellement marre que des gens horribles soient admirés parce qu'ils sont des gens horribles»
vu sur x

Des offres «répugnantes»

De son côté, et malgré toutes les polémiques générées, Hailey Welch vit sa meilleure vie.

Elle a accordé sa première grande interview au podcast ‘Plan Bri’ sur Barstool Sports ce lundi. La starlette de 21 ans en a profité pour dissiper des rumeurs à son sujet qui lui collaient aux basques sur la Toile: NON, elle n'est pas enseignante; NON, son père est «la chose la plus éloignée» d'un prédicateur, et il n'est pas contrarié par sa vidéo.

Une onomatopée filmée l'a rendue célèbre.
Une onomatopée filmée l'a rendue célèbre.

Hailey a expliqué qu'elle travaillait dans une usine de ressorts dans sa petite ville natale du Tennessee, et qu'elle se préparait à son shift de nuit quand elle a appris qu'elle était devenue un mème célèbre.

Au départ, explique-t-elle dans le podcast, elle ne voulait pas particulièrement être retrouvée sur les réseaux. Mais quand elle s'est aperçue que des gens volaient ses photos sur les réseaux sociaux de ses amis pour créer de faux comptes, elle a décidé de prendre la parole.

«C’est un peu effrayant de voir votre visage sur un autre compte qui ne vous appartient pas»

La «Hawk Tuah Girl» a en outre expliqué que des «creeps» (réd: des gens louches) lui font désormais des offres plus que limites.

«On m'a offert 600 dollars voici quelques jours pour cracher dans un bocal, dans le but de le revendre. C'est répugnant, n'est-ce pas? Je me suis dit: est-ce que je dois le faire? Mais c'est dégoûtant»

Hailey a enfin déclaré qu’elle ne souhaitait pas être associée à vie au mème «Hawk Tuah». Prions pour que les Internets aient la mémoire courte!

Vidéo: watson

(Vidéo: lzo/ traduction et adaptation: Sainath Bovay)

L'Euro 2024 en images:
1 / 14
L'Euro 2024 en images
Des supporters anglais regardent le match entre l'Angleterre et la Slovaquie.
source: sda / ian hodgson
partager sur Facebookpartager sur X
Harry Styles vit la «dolce vita» en Italie
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
4 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
4
Ikea dézingue Arielle Dombasle
Dimanche 14 juillet, Arielle Dombasle a présenté en live sa chanson spécialement créée pour les Jeux olympiques. La prestation et la robe de la diva ont tellement consterné la Toile que même Ikea s'en est mêlé.

A part si vous vivez dans une grotte, ou si vous avez hiberné pendant plusieurs semaines jusqu'à ce que le soleil pointe le bout de son nez, vous n'aurez certainement pas manqué toutes ces scènes gênantes vues à la télé et liées aux prochains Jeux olympiques. Certaines étaient aussi «cringe» qu'une glissade d'Amélie Oudéa-Castéra dans la Seine.

L’article