International
Analyse

Trump est-il ruiné?

Depuis une année, Donald Trump intensifie les appels aux dons, notamment pour payer son armée d'avocats. Une technique efficace, mais qui cache une peur.
Depuis une année, Donald Trump intensifie les appels aux dons, notamment pour payer son armée d'avocats. Une technique efficace, mais qui cache une peur.images: getty, canva, montage: fred valet
Analyse

Trump est-il ruiné?

Le candidat n'a jamais autant mouillé la chemise pour renflouer les caisses. Si son mugshot lui a rapporté près de 12 millions dollars, le procureur spécial Jack Smith chercherait à faire geler ses fonds de campagne. On fait les comptes?
28.08.2023, 18:4928.08.2023, 21:35
Suivez-moi
Plus de «International»

Donal Trump ne fait plus partie des 400 premiers milliardaires des Etats-Unis, mais il l'est toujours. Fortune estimée? 2,5 millards de dollars en août 2023, selon le baromètre Forbes. On parle évidemment de son bas de laine personnel. Car le nerf de la guerre se cache dans ses fonds de campagne, nourris par d'intenses appels au don et pillés par d'imposants frais judiciaires.

Les nombreux procès qui l'attendent ne sont pas uniquement des armes au service de son argumentaire victimaire. Les assauts répétés d'une justice qu'il considère comme «injuste» et «instrumentalisée par Joe Biden» sont aussi une astuce pour renflouer les caisses. Dernière prouesse: sa photographie d'identité judiciaire lui a rapporté près de 12 millions de dollars, en un gros week-end.

C'est d'ailleurs la raison principale de son retour sur X, après trois longues année de bâillon. Trente-huit minutes après son inculpation à la prison de Fulton County, il publiait un appel aux dons sobrement intitulé «NEVER SURRENDER» (ne jamais se rendre). Au bout du lien, un formulaire Google Pay et des t-shirts flanqués du cliché historique, pour la modique somme de 35$.

Qu'il utilise ses déboires pour ponctionner ses modestes adorateurs, ce n'est pas une surprise. Le 8 août 2022, dans la foulée d'une perquisition tonitruante dans son douillet manoir de Mar-a-Lago, Donald Trump sortait le chapeau pour faire la manche. Le casse du siècle. En pointant une «menace pour la démocratie» et une «violation sans précédent des droits de chaque citoyen américain», l'ex-président récoltera jusqu'à un million de dollars par jour, pendant une semaine.

Cette période sera déterminante. Son principal comité d'action politique (PAC) n'avait engrangé «que» 36 millions durant le premier semestre de l'année, contre plus de 50 millions habituellement. Trois mois plus tard, Trump annoncera sa candidature à la présidentielle de 2024 et son équipe réalisait, sans doute pour la première fois, l'opportunité marketing qu'abrite le tintouin judiciaire du futur serial-inculpé.

«Pour Trump, l'appel aux dons est beaucoup plus efficace quand il est lié à un important fait d'actualité»
Un proche de son équipe de campagne au Washington Post, en août 2022, quelques jours après la perquisition du FBI à Palm Springs.

Pourquoi c'est important?

En août 2022, Donald Trump ne sait pas encore qu'il devra bientôt jongler avec près d'une centaine de chefs d'accusation, répartis dans une demi-douzaine d'affaires. Un marathon qui coûte de l'argent. Beaucoup, beaucoup d'argent. Le 31 juillet dernier, on apprenait que le PAC baptisé Save America, son principal aspirateur à fric, avait déjà dépensé plusieurs dizaines de millions de dollars en frais juridiques depuis le début de l'année. Si, en 2022, ce fond disposait de 100 millions de liquidités, selon le Washington Post, il ne resterait aujourd'hui que 3,6 millions.

Rendez-vous compte: pour financer sa défense, le milliardaire utilise ses inculpations successives, elles-mêmes responsables de ses frais d'avocat(s).

Mais le serpent à cravate rouge se mord bien plus que la queue. Lancer de multiples appels aux dons, malgré leur étonnant succès, ce n'est pas gratuit. Le journaliste indépendant William Reymond, un Français basé à Las Vegas, l'a d'ailleurs très bien résumé sur X. Et il estime le budget à 17 millions de dollars, pour:

  • La campagne par SMS
  • La publicité et le recrutement en ligne
  • L'achat des données personnelles de nouveaux donateurs

Quoiqu'il en soit, pleurer dans des emails lui permet d'écraser violemment tous ses adversaires républicains, et notamment au niveau du nombre de donateurs uniques: 450 000 pour Trump, 86 000 pour Ron DeSantis, qui est toujours deuxième dans les sondages.

Trump a-t-il le droit de dilapider ses fonds de campagne pour se défendre?

Comme souvent avec Trump cette année, c'est une question qui n'a pas de réponse préchauffée. Renfloué par des donateurs privés, un PAC de leadership (contrairement aux Super PAC) peut être utilisé pour s'acquitter de frais juridiques.

«Mais vous ne pouvez pas utiliser cet argent pour payer des pizzas un samedi soir à votre famille»
Michael Kang, professeur de droit, à la chaîne NBC News en 2022.

En parlant de pizza, vous saviez qu'il laisse systématiquement la croûte?

Il est en revanche interdit d'y plonger les phalanges si c'est pour financer directement une campagne présidentielle. C'est là que Donald Trump fait suer les juristes. Etant donné que ses multiples ennuis judiciaires sont autant d'arguments de campagne, est-ce à dire qu'il finance ladite campagne avec son fonds Save America?

Il y a (peut-être) plus grave

Tel un cafard dans le slip de Trump, c'est encore Jack Smith qui pourrait sérieusement en vouloir à son argent. Le procureur spécial, qui dédie ses jours et ses nuits à faire condamner l'ex-président pour «complot en vue de frauder les États-Unis», se rapproche toujours plus du porte-monnaie du candidat populiste. Ce n'est pas un secret, l'homme de loi aligne les interrogatoires au sujet de la création du PAC Save America, de la façon dont l'argent a été collecté et dépensé. Et ce, dès le lendemain de sa défaite contre Joe Biden. L'objectif est redoutable: lancer une nouvelle inculpation pour «enrichissement frauduleux».

«S'il s'agit de fonds obtenus par fraude - la justice devra évidemment le prouver - il sera possible d'obtenir des ordonnances de saisie avant procès»
Andrew Weissmann, ancien avocat général du FBI, sur CNBS

En d'autres termes, les millions que Donald Trump mendie chaque semaine à son électorat, dans le cadre de sa campagne, pourrait bien se retrouver gelés le temps de l'enquête. Or, le nerf de la guerre pour le serial-inculpé est précisément d'avoir suffisamment de liquidités à sa disposition pour rémunérer les dizaines de cabinets d'avocats qui ont (et vont) tenter de le sortir de la mouise.

Trump est-il ruiné?

Pas encore. Mais il n'est plus le magnat de l'immobilier d'avant 2016. Pour plusieurs raisons et pas seulement à cause des récentes amendes ou la collection de procès qu'il s'apprête à rencontrer sur son chemin. Son arrivée à la Maison-Blanche avait (logiquement) freiné son quotidien d'homme d'affaires. Quatre ans plus tard, ses gesticulations d'autocrate et surtout les violences au Capitole ont effrayé bon nombre de ses relations bancaires, dont ses plus fidèles (et puissants) alliés.

Au point qu'ils prennent la poudre d'escampette.

Pourtant, fier comme un coq:

«Je n'ai pas besoin des banques. J'ai beaucoup d'argent. J’ai bâti une grande entreprise avec ma famille»
Donald Trump, en avril dernier

Cette année, il a néanmoins été «sauvé» par un établissement relativement peu connu du sérail, baptisé Axos Bank. Un organisme qui n'opère que sur internet et dont le PDG, Gregory Garrabrants, est un fervent républicain. En 2020, il avait personnellement financé la campagne du messie Maga à hauteur de 10 000 dollars. Il jure malgré tout n'avoir jamais rencontré le milliardaire, car il a «toujours parlé avec son frère, Eric, vice-président exécutif de la Trump Organization».

Pour les observateurs financiers, ce coussin surprise prouve que personne (d'autre) n'était disposé à lui prêter de l'argent. Résultats du deal: 100 millions de dollars pour la Trump Tower et 125 millions supplémentaires pour son National Doral Miami Resort.

«Il était crucial que quelqu'un lui accorde un crédit, sinon il aurait pu voir ses prêts historiques saisis»
Bert Ely, analyste bancaire interrogé par le Washington Post

Grâce à ce nouveau mariage (quasi forcé), Trump bénéficierait aujourd'hui de 425 millions de dollars en espèces. Pratique quand il faut, par exemple, s'acquitter d'une caution pratiquement tous les mois.

Si Donald Trump s'est fait un prénom en escaladant bruyamment le classement Forbes des plus grandes fortunes, il y a de grands risques pour que sa chute s'écrive, elle aussi, à l'encre de sécurité. Celle que l'on trouve précisément sur les billets verts qu'il aime tant, mais qui, aujourd'hui, pourrait l'envoyer derrière les barreaux. Tout dépendra de la pugnacité du procureur spécial Jack Smith, des quatre procès qui lui pendent au nez et du soutien soi-disant indéfectible de sa base.

A ce propos, et pour la première fois, le candidat a perdu quelques plumes selon un sondage réalisé dans la foulée du débat des républicains et de son inculpation en Géorgie: six points en moins.

Le début d'une prise de conscience?

L'assaut du Capitole en images
1 / 6
L'assaut du Capitole en images
Des manifestants pro-Trump occupent les terrains de la partie ouest du Capitole.
source: epa / michael reynolds
partager sur Facebookpartager sur X
Ceci pourrait également vous intéresser:
2 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
2
Pause quotidienne de l'armée israélienne
Suite à l'attentat perpétré par le Hamas contre Israël le 7 octobre 2023, l'Etat hébreu a riposté et mène une attaque brutale contre la bande de Gaza. Voici les dernières infos.
L’article