DE | FR

En Birmanie, la junte libère plus de 2000 opposants

epa09312585 People wait behind barricades for their relatives to be released outside the main entrance of Insein prison compound in Yangon, Myanmar, 30 June 2021. The prison authority confirmed the upcoming release of about 700 prisoners from Yangon's Insein jail, including some who were jailed for opposing the military. According to the Assistance Association for Political Prisoners (Burma) - AAPPB, as of June 2021 a total of 5,224 people who are against the February 2021 coup are being held in detention centers across Myanmar. EPA/STR

Image: EPA

Selon le bureau d'information de la junte, 2296 Birmans ont été libérés, mercredi, des prisons du pays. Depuis que l'armée a pris le pouvoir, plus de 880 civils ont été tués et près de 6500 personnes ont été arrêtées.



Les autorités birmanes ont libéré mercredi plus de 2000 opposants au coup d'Etat qui étaient détenus dans les différentes prisons du pays. Parmi eux figurent des journalistes locaux, arrêtés pour avoir critiqué la répression sanglante de la junte.

Depuis que l'armée a pris le pouvoir le 1er février et destitué le gouvernement élu d'Aung San Suu Kyi, les forces de sécurité ont réprimé dans le sang le mouvement de protestation contre le régime militaire.

Rassemblement de 200 personnes

Plus de 880 civils ont été tués et près de 6500 arrêtés, selon une ONG de surveillance locale.

Quelque 200 personnes s'étaient rassemblées dès le matin, devant la tristement célèbre prison d'Insein, datant de l'époque coloniale, à Rangoun, après l'annonce par les autorités d'une amnistie. Massés contre les barricades, plusieurs brandissaient des parapluies pour se protéger d'une pluie légère, selon des images diffusées par les médias locaux.

Une femme tenait une fleur. Un homme a dit attendre devant la prison dans l'espoir de voir sa fille, une manifestante, libérée. «Je suis très fier d'elle», a-t-il déclaré à l'AFP. «Je l'encouragerai à se battre jusqu'à ce qu'ils gagnent».

Près de 2300 libérations

En soirée, 2296 manifestants avaient été libérés des prisons du pays, a indiqué le bureau d'information de la junte dans un communiqué.

Kay Zon Nway, une journaliste de Myanmar Now, figure parmi les personnes libérées de la prison d'Insein.

Aucun étranger ne figure parmi les prisonniers libérés d'Insein mercredi, a indiqué à l'AFP un responsable de cette prison, qui a requis l'anonymat.

La répression militaire en Birmanie, en images

1 / 6
La répression militaire en Birmanie en images
source: sda / lynn bo bo
Share on FacebookShare on TwitterShare via WhatsApp

Plus d'articles «International»

50°C à l'ombre au Canada, la faute à un «dôme de chaleur». Explications

Link zum Artikel

Détournés, abattus, sabotés, les avions sont de vraies armes politiques

Link zum Artikel

Non-vacciné? Préparez vos narines pour visiter la France cet été

Link zum Artikel

L'Italie a-t-elle un (gros) problème avec ses infrastructures?

Link zum Artikel

Israël se sent menacé par le variant Delta

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

Cela pourrait aussi vous intéresser:

Bill Gates aurait quitté Microsoft à cause d'une liaison avec une employée

Link zum Artikel

5 haies d'honneur légendaires du sport

Link zum Artikel

19 animaux qui prouvent que l'Australie est un pays flippant

Link zum Artikel

L'Etat le plus vacciné du monde forcé à reconfiner suite à une flambée de cas

Link zum Artikel

Le ou la Covid: connaissez-vous ces autres mots qui changent de sexe?

Link zum Artikel

«Ton mariage, c'était sympa... mais sans plus»

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

Inculpée pour corruption, Aung San Suu Kyi risque la prison

L'ex dirigeante birmane est notamment accusée d'avoir perçu 600 000 dollars et plusieurs kilos d'or de pots-de-vins. Si elle est jugée coupable, elle peut être bannie de la vie politique et encourt de longues années de prison.

Selon l'un de ses avocats, «ces accusations sont absurdes. Leur but est de la tenir à l'écart de la scène politique du pays et de salir son image». Jeudi, l'ancienne cheffe du gouvernement birman a été inculpée pour corruption.

Concrètement, Aung San Suu Kyi est accusée d'avoir perçu «600 000 dollars et plusieurs kilos d'or» de pots-de-vins. Elle est aussi poursuivie pour l'utilisation abusive de terres pour la fondation caritative Daw Khin Kyi, qu'elle présidait.

Interpellée au matin du 1er …

Lire l’article
Link zum Artikel