International
Commentaire

Législatives 2024: après tout ce cirque, l'obligation d'agir

French President Emmanuel Macron makes a selfie for supporters after voting for the second round of the legislative elections in Le Touquet-Paris-Plage, northern France, Sunday July 7 2024. Voting has ...
Emmanuel Macron, Le Touquet, 7 juillet 2024.Image: AP EPA POOL
Commentaire

L’extrême-droite écartée, virer Mélenchon

La gauche en tête, le RN troisième, les macroniens en parti pivot: l'extrême-droite battue, il s'agit à présent de former un gouvernement qui réponde aux attentes – connues – des Français. Mais il y a le boulet Mélenchon...
07.07.2024, 22:2908.07.2024, 09:11
Plus de «International»

Le but est atteint par le «front républicain» anti-RN: le Rassemblement national n’a pas les moyens de gouverner. Il arrive même troisième en sièges, derrière, dans l’ordre, la coalition de gauche Nouveau Front populaire (NFP) et la désormais ex-majorité présidentielle portée par Ensemble, qui sauve les meubles et se pose en possible partenaire d’un futur gouvernement d’alliance excluant l’extrême droite.

Mais, dimanche soir et ce lundi matin, le RN reste probablement le premier parti en voix dans le pays. Largement même, suppose-t-on, si l’on considère qu’il avait face à lui partout où il se présentait au second tour de ces législatives anticipées des coalitions de plusieurs partis. La démocratie n’en a pas moins parlé. Ce qui compte, dans un régime parlementaire, singulièrement dans un scrutin majoritaire à deux tours, ce sont les sièges gagnés. Le RN a donc perdu son pari de gouverner, si tel était bien son pari. Ses électeurs, qui ont la conviction de ne pas compter aux yeux des pouvoirs publics, doivent être terriblement amers.

Et maintenant: en Allemagne, la chose serait entendue, il y aurait une grande coalition allant de la gauche à la droite. Mais on est en France. Sommes-nous face à une Assemblée nationale ingouvernable? Le moindre qu’on puisse demander aux partis anti-RN, dont aucun n'a à lui seul la majorité absolue, c’est de s’entendre sur un programme de gouvernement, fût-il minimum.

La France a peut-être mieux à faire que de se donner en spectacle permanent aux yeux de ses partenaires occidentaux.

Alors, sur quoi s’entendre dans cette nouvelle Assemblée nationale issue d'une dissolution aux effets anxiogènes? Les objectifs sont en réalité très clairs sans être simples à atteindre. Les Français veulent plus de sécurité et plus de moyens pour vivre. Que le futur gouvernement agisse en conséquence, sans ruiner le pays!

Le gros caillou dans la chaussure de ce «front républicain» constitué d’ennemis politiques, c’est bien sûr le père des insoumis, Jean-Luc Mélenchon, qui, reprenant ses accents brutaux, a réclamé, aussitôt les estimations tombées après 20 heures, la tête du premier ministre Gabriel Attal (celui-ci remettra sa démission lundi matin) et un pouvoir qu’il sait ne pas pouvoir exercer. En effet, le NFP est loin d’avoir la majorité absolue. Comment conduire une politique avec seulement 200 députés sur 577? En comptant sur les voix de l'extrême-droite pour les objets sociaux, telle l'abrogation de la réforme des retraites?

Ejecter Mélenchon?

Après un «tout sauf le RN», c’est un «tout sauf Mélenchon» et son parti LFI qui pourrait se mettre en place, pour autant que le centre de gravité se déplace au centre gauche. Pour cela, il faudrait qu’une majorité de gouvernement puisse se former à partir d’Ensemble, des socialistes, des écologistes, éventuellement des communistes. Mais rien n'indique que cette majorité serait absolue. Les Républicains, eux, ne semblent pas partants pour intégrer un quelconque attelage avec la gauche, préférant sans doute reconstituer leurs forces, afin de se poser en alternative «républicaine» au RN en vue de prochaines échéances.

La réélection, qui s’annonçait difficile, mais finalement acquise, de François Ruffin, le rival attitré de Mélenchon chez LFI, pourrait fragiliser la position du «patron» au sein du parti, à moins que Ruffin et d’autres avec lui ne quittent les rangs lfistes pour se mettre à la disposition d’un futur gouvernement.

Les binationaux respirent mieux

L’ironie de cette dissolution, qui se termine mieux qu’elle n’avait commencé si l’on se place d’un point de vue anti-RN, serait que le camp Macron rempile à la tête du gouvernement en parti pivot. Serait-ce une bonne idée? Pas sûr. Les Français, qui ont infligé une défaite au président de la République, pourraient avoir l’impression qu’on se moque d’eux. Un ou une première ministre issu de la gauche serait plus conforme à l’esprit des résultats, qui placent la gauche en tête.

Ce dimanche, la France RN est certes battue, mais elle peut se dire qu’elle a fiché une peur bleue au reste des partis, comme à une majorité des citoyens. Des millions de Français binationaux, ceux, surtout, originaires du Maghreb et d’Afrique subsaharienne, des parents ou leurs enfants, qui angoissaient à l'idée de l'arrivée au pouvoir des Le Pen-Bardella, respirent mieux.

- Macron a-t-il traité Bardella de tartemolle?
Video: twitter
Ceci pourrait également vous intéresser:
4 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
4
Boeing prévoit de doubler sa flotte mondiale d'ici 2043
D'ici 2043, la flotte mondiale d'avions commerciaux devrait doubler pour atteindre plus de 50 000 appareils, selon Boeing.

La planète devrait être sillonnée en 2043 par un peu plus de 50 000 avions commerciaux, soit quasiment le double de la flotte actuelle, selon les prévisions publiées vendredi par le constructeur aéronautique américain Boeing.

L’article