International
Commentaire

«On n'a pas encore essayé», un refrain si vide pour valider le RN

FILE - French Far-right party National Rally president Jordan Bardella attends a session at the European Parliament, Tuesday, Jan. 16, 2024 in Strasbourg, eastern France. At just 28 years old, Jordan  ...
«On n'a pas encore essayé», le tube de l'été?Keystone
Commentaire

«On n'a pas encore essayé», un refrain si vide pour valider le RN

Pourquoi ne pas essayer, après tout. Pour justifier le basculement, le refrain choisi par les électeurs RN respire un vote d'impuissance, mais aussi un grondement profond, quitte à raviver les démons du passé.
02.07.2024, 18:44
Suivez-moi
Plus de «International»

Le macronisme a rendu l'âme et le ballet des extrêmes s'est inscrit dans le débat public. Si bien que les footeux de l'équipe de France, par le biais de conférences de presse en marge de l'Euro, ont lancé des appels arguant qu'il ne faut pas voter en faveur du RN, et des extrêmes.

Comment cela se fait-il que le Rassemblement national puisse atteindre une tel score aux dernières élections? Les massacres du Hamas, une population française qui se laisse aveugler par les discours bien huilés de Jordan Bardella sur «cette France qui se lève tôt», qui n'arrive plus à joindre les deux bouts. Selon le RN, le parti est désormais du côté des travailleurs, des ouvriers, des laissés-pour-compte.

Il était encore impensable, il y deux ans de cela, de voir le parti lepéniste grimper dans les sondages à grandes enjambées, avec le protégé Jordan Bardella sur le porte-bagage. Après les émeutes de juin 2023 à Montargis et le 7 octobre (date des massacres du Hamas), c'est la bascule. Le RN a accéléré sa normalisation avec cette phrase entendue à tire-larigot, si souvent récitée devant les caméras des chaînes françaises:

«On n'a pas encore essayé»

Les (nouveaux) électeurs du RN ont entonné en coeur ce refrain qui passe comme un aveu de faiblesse, un ras-le-bol face à l'insécurité et le déclin présupposé d'un pays qui, aveuglé par les discours de l'extrême droite, impose la priorité nationale pour sortir la pays de la boue.

Pourquoi ne pas tester et construire une nouvelle sécurité? Néanmoins le saut dans l'inconnu s'apparente à une glissade dans le précipice.

Car le second tour des législatives, ce 7 juillet, aura valeur d'essai vertigineux pour la population française. Elle qui a pourtant déjà été confrontée à l'extrême droite dans son histoire.

C'est surtout la réponse à un essai macroniste décevant; une marche en avant qui aurait dû gommer les clivages entre la gauche et la droite. Seulement voilà, comme la Fondation Jean Jaurès l'écrivait, Emmanuel Macron aurait éloigné les poles les plus éloignés du centre.

Résultat: la France vote dans l'urgence et veut essayer et donc verser dans l'extrêmisme, s'il le faut, juste pour essayer.

La nuance n'a plus la cote en période trouble.

Et la montée en flèche du RN occasionne un grand saut en arrière, quand le pétainisme régnait: protectionnisme, préférence nationale, dirigisme. Comme se remémorait l'historien Gérard Noiriel dans une vidéo du Monde, le discours nationaliste depuis ses origines assure que tous les problèmes français sont liés à l'immigration, une diatribe que l'on retrouve dans les paroles de Bardella. Ces discours nourrissent la fuite en avant qui met en péril les préceptes de la démocratie.

Autoritarisme et hostilité

L'extrême droite est par définition hostile à la démocratie et faufile l'autoritarisme dans l'équation. Les idées d'extrême droite ne se débattent pas, elles se combattent. Or là, comme l'écrit Gérald Bronner dans une chronique pour L'Express, cette envie d'essayer (le RN) est la réponse à «une frustration qui les enjoint à croire qu’aucune expérience politique ne serait à craindre, attendu que nous aurions déjà "touché le fond"».

Le disque poussiéreux que le Rassemblement national est en train de jouer s'est transformé en tube de l'été. Le refrain «on n'a pas encore essayé» sonne creux et s'avère bien maigre comme antidote à une cohésion sociale en berne dans l'Hexagone et une inflation difficile à digérer. Il est surtout une réponse empoisonnée à des élites politiques déconnectées qui ont manqué à leur devoir, laissant la porte grande ouverte à l'extrême droite.

La «dédiabolisation» des lepénistes semble être un réel trouble de mémoire (collectif), mais devrait avant tout être perçu comme une leçon:

la tolérance, c'est savoir fixer les limites de l'intolérable.

Les électeurs et électrices français et françaises sont excédés. Ils cèdent aux extrêmes, signe de la colère qui règne au sein d'une population qui s'est sentie méprisée. Pire, oubliée. Il faut donc, selon la grogne de la population, essayer de les faire réagir, sans aucune mesure.

Cependant la percée du RN donne un écho tout particulier à Albert Camus, lorsqu'il écrivait: «Quand une démocratie est malade, le fascisme vient à son chevet mais ce n'est pas pour prendre de ses nouvelles». Le clin d'oeil est tout trouvé, surtout quand Jordan Bardella confie que son livre de chevet n'est autre que L'Etranger d'Albert Camus. Le protégé de Marine Le Pen n'a pas encore essayé de lire le livre.

Macron et Lula, la bromance présidentielle qu'on mérite:
1 / 11
Macron et Lula, la bromance présidentielle qu'on mérite:
Le président brésilien Luiz Inacio Lula da Silva et le président français Emmanuel Macron sur l'île de Combu, au Brésil, le mardi 26 mars 2024. Le Français y effectue une visite de trois jours.
source: sda / eraldo peres
partager sur Facebookpartager sur X
Ceci pourrait également vous intéresser:
2 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
2
Des pluies torrentielles en Chine causent des morts
Depuis mardi, de violentes intempéries frappent le nord et le centre de la Chine, provoquant inondations et destructions.

Des pluies torrentielles en Chine ont fait au moins 20 morts et des dizaines de disparus, notamment dans l'effondrement d'un pont.

L’article