DE | FR

La force des vaccins à ARN prouvée dans une étude sur des soignants

Même une vaccination partielle avec une seule dose a permis une protection de 80% deux semaines après l'injection.
Même une vaccination partielle avec une seule dose a permis une protection de 80% deux semaines après l'injection.Image: AP
Au Etats-Unis, 4000 soignants ont participé à une étude qui prouve que les vaccins ne stoppent pas simplement les symptômes, mais aussi l'infection elle-même.
29.03.2021, 20:2830.03.2021, 15:50

Les vaccins Pfizer et Moderna ont démontré une efficacité de 90% contre une infection au coronavirus – sans distinction sur le développement ou non de symptômes. C'est ce qu'indique une étude menée en conditions réelles auprès de 4000 soignants américains.

L'ARN messager en vaccin, explication rapide
Le principe d’un vaccin, c’est d'apprendre au système immunitaire à reconnaître un virus. On injecte un ARN messager, qui va être traité par notre corps. Cet ARN messager contient l’information, le plan de montage, rapporte rtbf, qui permet de construire un morceau de protéine de virus. Pour le Covid, elle s'appelle «spike» et c'est une protéine présente à la surface du virus. Ensuite, elle est détectée par notre organisme comme étant un corps étranger et est combattue. Puis, si le corps est infecté par le vrai virus, il aura les armes pour l'affronter. (jah)

Autre nouvelle encourageante, une vaccination partielle avec une seule dose de l'un de ces deux vaccins a permis une protection de 80% deux semaines après l'injection. L'étude, publiée lundi, a été menée par les Centres américains de prévention et de lutte contre les maladies (CDC). Elle s'est penchée sur l'efficacité de ces deux vaccins à ARN messager auprès de 3950 participants à travers six Etats américains, entre le 14 décembre et le 12 mars dernier.

Cette étude démontre que nos efforts de vaccination nationaux fonctionnent. Les vaccins à ARN messager autorisés contre le Covid-19 fournissent une protection rapide et importante dans le monde réel.
Rochelle Walensky, directrice des CDC

Ces résultats viennent s'ajouter au volume croissant de preuves que les vaccins ne stoppent pas simplement le développement de symptômes de la maladie, mais également une infection elle-même, constituant ainsi un outil important pour empêcher la propagation du virus.

Comment l'étude a-t-elle été menée?

L'une des grandes forces de l'étude réside dans le fait que les participants pratiquaient eux-mêmes chaque semaine un test par écouvillon nasal, analysé ensuite en laboratoire, qu'ils aient développé des symptômes du Covid-19 ou non.

Les participants comprenaient des docteurs, des infirmières, des intervenants de premiers secours et d'autres soignants aux quatre coins du pays. Parmi eux, 2479 (62.8%) ont reçu les deux doses recommandées du vaccin à ARN messager et 477 (12.1%) n'ont eu qu'une seule dose.

Quelques chiffres:

  • L'efficacité du vaccin a été estimée à 80% pour une dose.
  • L'efficacité du vaccin a été estimée à 90% pour deux doses.

Et maintenant?

L'étude est toujours en cours. Les scientifiques vont analyser le séquençage du virus dans les cas où il a réussi à infecter des personnes vaccinées, afin de mieux comprendre les raisons derrière de telles contaminations. (ats/jah)

Une année de Covid-19, retour en images

1 / 17
Une année de Covid-19 en Suisse, retour en images
source: keystone / jean-christophe bott
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

Péril Jeune Laslo

0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Face à Poutine, l'Ukraine a un nouvel adversaire: l'Allemagne
Berlin freine ses livraisons d'armes lourdes alors que l'Ukraine lutte pour sa survie. Les critiques à l'encontre d'Olaf Scholz, tant en Allemagne qu'à l'étranger, sont accablantes. Lors de son discours au WEF, il a nourri les doutes sur ses intentions.

Trois mois après le début de la guerre en Ukraine, l'Allemagne donne une image que beaucoup qualifient de «honteuse». Le chancelier Olaf Scholz fait face à de nombreuses critiques. Ses hésitations et ses tergiversations sur les livraisons d'armes lui valent de violents reproches au niveau international.

L’article