International
Donald Trump

Trump tente une stratégie contre-nature face à Biden

L'ex-président Donald Trump s'est fait étonnamment discret, depuis le débat apocalyptique avec Joe Biden, le 27 juin.
L'ex-président Donald Trump a été étonnamment discret, depuis le débat apocalyptique avec Joe Biden, le 27 juin.getty/watson

Trump tente une stratégie contre-nature face à Biden

Us n'est pas coutume, Donald Trump s'est fait étonnamment discret depuis son débat contre un Joe Biden fatigué, le 27 juin dernier. Alors qu'il aurait pu capitaliser sur la défaite de son rival, l'ancien président fait preuve d'une retenue presque suspecte. Une stratégie? Evidemment.
09.07.2024, 16:55
Suivez-moi
Plus de «International»

Dans les jours qui ont suivi le crash de Joe Biden, Donald Trump a tenté quelque chose d'inédit. On ne parle pas de dire la vérité ou de manger des légumes. Encore moins de ralentir sur les litres de Coca-Cola. Le candidat effronté, bruyant et tapageur, avec un penchant assumé pour la provoc' et les messages en lettres capitales, a gardé le silence. Une approche inédite. Et remarquable, au milieu du chaos et du désarroi démocrate qui entourent l'avenir politique du président.

Même lors de son interview lundi soir sur Fox News, le milliardaire s'est montré étonnamment mesuré dans ses attaques. S'il a émis quelques vagues critiques quant à la performance de son adversaire, il s'est gardé de mentionner tout problème de santé. Pas la moindre remarque (!) sur le mental défaillant du démocrate de 81 ans. Au contraire, il a supposé que Biden resterait dans la course. La faute à son «ego», ose à peine suggérer Trump.

A défaut de critiques plus saillantes, le républicain a préféré s'écarter momentanément des feux de la rampe et s'adonner à son passe-temps préféré, le golf, dans le New Jersey. Il s'est même abstenu d'annoncer publiquement son colistier – un évènement politique majeur qui lui aurait garanti la Une des journaux pendant plusieurs jours.

La stratégie du clan

Une délicatesse louche qui n'a pas manqué de taper dans l'oeil de certains démocrates. C'est le cas de David Axelrod, ancien conseiller de Barack Obama à la Maison-Blanche, sur X, lundi. «Trump ne parle pas beaucoup du mauvais débat de Biden. La campagne de Trump ne fait aucune publicité à ce sujet», fait remarquer le stratège, qui entretiendrait des relations «tendues» avec l'actuel locataire de la Maison-Blanche. Il enchaîne par une question piège: «Pourquoi pensez-vous qu'ils retiennent leurs attaques de manière inhabituelle?»

Donald Trump a peut-être compris que, parfois, less is more. Pas besoin d'en rajouter une couche, en particulier quand Joe Biden et sa base s'enfoncent déjà bien assez dans leur propre divergences. «Le silence de Trump indique: "Pourquoi dire quelque chose, quand tout va comme je le souhaite et que les démocrates sont à la merci de tout le monde?"», soupire l'ancien gouverneur démocrate de New York, David Paterson, à la station de radio locale WABC 770.

«Lorsque votre adversaire explose tout seul, ne l'interrompez pas... Il n'y a aucune raison de vous immiscer dans la discussion»
Steve Stivers, républicain de l'Ohio, à Fox News.

Plutôt que de plonger tête la première dans la panique démocrate, l'équipe de campagne a donc préféré se taire et observer. Laisser leurs ennemis s'entre-déchirer. Voir les appels au retrait de l'élection présidentielle s'intensifier. «On essaie quelque chose de nouveau», confirmait déjà un autre initié anonyme de la campagne Trump à ABC News, la semaine passée.

«Nous sommes concentrés sur ce que nous avons à faire et sur les grandes nouvelles»
Une source proche de la campagne Trump, sur Fox News.

A commencer par l'annonce d'un candidat à la vice-présidence, considérée comme imminente. Sans parler de la Convention nationale républicaine, qui débutera le 15 juillet prochain, à Milwaukee, dans le Wisconsin, et qui devrait voir Trump intronisé en tant que candidat officiel du parti républicain.

Aucune raison de ternir pour le moment une campagne plus propre, plus stricte et plus disciplinée, qui séduit autant les ténors du Grand Old Party que les donateurs: «L’équipe de campagne souhaite désespérément qu’il se taise», admet Dan Eberhart, un mécène de Trump, à The Hill.

Une stratégie temporaire

Un silence qui risque, toutefois, de ne pas s'éterniser. Non seulement l'ancien président a continué ses publications prolifiques sur son réseau Truth Social, où, fidèle à son habitude, il a multiplié les accusations calomnieuses au sujet de son adversaire «corrompu» et de son administration «fasciste», mais il pourrait sortir de sa réserve, mardi soir déjà, lors d'un rassemblement prévu près de son golf à Doral, en Floride.

Son premier événement public en onze jours. Et le deuxième, seulement, depuis la débâcle en direct de Joe Biden. Plusieurs médias, dont le Guardian, s'attendent à ce que le candidat revienne à son caractère volubile. Pour le moment, son équipe a laissé peu d'indices sur le contenu de son discours – si ce n'est les «conséquences catastrophiques» de l'administration Biden sur les Floridiens, en termes d'immigration et d'économie.

Il s'agira en tout cas de la première occasion pour Trump de remuer le couteau dans la plaie devant les caméras de télévision. Ou de retenir ses coups contre un adversaire qu'il considère (il n'est pas le seul) grièvement blessé... et d'autant plus facile à achever le 5 novembre.

A la rencontre des chiens détecteurs de cancer
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Le prince William n'a pas porté chance aux Anglais
Dimanche très sportif pour les royals britanniques. Après les princesses Kate et Charlotte en force à la finale de Wimbledon, au tour des princes William et George de vibrer dans les tribunes de l'Olympiastadion de Berlin, pour la finale de l'Euro 2024.

C'est qu'ils avaient la pression, les Windsor, face à la concurrence royle espagnole. Comme prévu, la team des Bourbon, composée du roi Felipe VI et de sa fille cadette Sofia, a fait le déplacement jusqu'en Allemagne pour soutenir leur propre équipe nationale. Bons joueurs, les représentants de chaque clan royal ont pris la pose tous ensemble, avant le lancement des hostilités.

L’article