DE | FR

Comment le Covid a boosté le salaire de certains travailleurs américains

Image: Shutterstock
Aux Etats-Unis, certaines enseignes ont décidé d'augmenter considérablement le salaire horaire de leurs salariés. Mais d'où vient cet excès de générosité en pleine crise économique? Explications.
14.05.2021, 21:0316.05.2021, 09:54

Le Covid aurait-il un peu de bon? Aux Etats-Unis en tout cas, il a fait gonfler le salaire de la branche de la restauration rapide. Ainsi McDonald vient d'annoncer une hausse de 10% de la rémunération de ses futurs employés.

De 11 à 17 dollars de l'heure

«Cette hausse de salaire ne s'appliquera qu'aux fast-foods détenus en direct par McDo, les autres franchisés ne relevant pas de la même politique salariale», relève toutefois RTL. Le salaire minimum à l'embauche chez McDonald's va donc passer de 11 à 17 dollars de l'heure.

Jeudi, c'était au tour du géant de la vente en ligne Amazon, d'annoncer le recrutement de 75 000 personnes à 17 dollars de l'heure également. Une jolie amélioration pour la branche. Et pour cause, le salaire horaire d'embauche avant le Covid était de 15 dollars dans certains endroits.

Chipotle Mexican Gril, une autre chaîne de fast-food, a elle aussi annoncé cette semaine qu'elle allait augmenter les salaires dans ces 2 800 restaurants.

Ce qui motive ces grandes chaînes

Les Etats-Unis font face aujourd'hui à une pénurie de main d'oeuvre. On observe ainsi 8 millions de travailleurs en moins aujourd'hui par rapport à février 2020, sur une population active de 150 millions, hors agriculture. L'objectif pour les entreprises est donc de motiver les troupes.

Il y a aussi la fermeture des écoles qui force certains parents à rester à la maison pour s'occuper des enfants. Au total, c'est presque 5% de salariés en moins, à un moment où la demande explose. Chez McDonald's par exemple, les ventes du premier trimestre 2021 ont été supérieures de 13,6% à celles de l'année dernière. L'entreprise de commerce en ligne Amazon a elle vu son chiffre d'affaires bondir de 20% avec la pandémie.

Le «retour à la normale», un cauchemar pour les anxieux?

Vidéo: watson
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Poutine redoute la «contamination radioactive de vastes territoires»
Le président russe accepte une mission internationale à la centrale nucléaire de Zaporijjia. Selon lui, le bombardement de ce territoire entraînerait le risque d'une «catastrophe de grande envergure».

Le chef du Kremlin a accepté vendredi 19 août une mission de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) à la centrale nucléaire ukrainienne de Zaporijjia. Il dit craindre que les bombardements ne finissent par provoquer une «catastrophe de grande envergure».

L’article