International
Etats-Unis

La Maison-Blanche «égare tout le temps» des documents secrets

epa10344814 US President Joe Biden walks to board Air Force One at Joint Base Andrews, Maryland, USA, 02 December 2022. President Biden is traveling to Boston for the day, then on to Camp David, Maryl ...
Quels documents Joe Biden a-t-il donc glissé sous son exemplaire du New York Times? L'habitude du président américain de transporter des dossiers avec lui lui a valu une visite du FBI.Image: EPA

Pourquoi la Maison-Blanche «égare tout le temps» des documents secrets

La réponse tient en un mot: c'est le bazar.
03.02.2023, 05:5403.02.2023, 09:05
Suivez-moi
Plus de «International»

Les présidents sont des fonctionnaires comme les autres. Enfin, presque. S'il leur arrive, comme à nous tous, d'emporter du travail à la maison, leur paperasse concerne la bonne marche de la nation - un peu plus compromettant, donc, que Chantal qui laisse traîner sa compta sur la table de la cuisine.

Donald Trump, Mike Pence ou Joe Biden peuvent en témoigner. Mercredi, le 46e président des Etat-Unis était le dernier à payer le prix de sa gestion maladroite de dossiers confidentiels, par une fouille en règle de sa résidence balnéaire du Delaware.

Comment expliquer cette mauvaise habitude de hauts responsables américains à «égarer» des données sensibles? Entre abondance de documents, procédures compliquées et tendance à classer «secret» tout et n'importe quoi, voici comment la Maison-Blanche doit dealer avec le cauchemar des fameux «documents classifiés».

Secret défense, définition

Cette mystérieuse (et célèbre) appellation de «secret défense» recouvre tout un éventail d'informations: du briefing de voyage, au résumé d'un article de presse, en passant par un débat en cours ou un rapport technique sur les sonars de la Navy. Même de simples notes griffonnées à la main pendant une réunion peuvent se retrouver estampillées «secret d'Etat».

Vous l'aurez compris: les données classifiées qui circulent à la Maison-Blanche ne contiennent généralement pas les secrets les plus précieux du gouvernement. Le plus souvent, il s'agit d'informations diplomatiques ou militaires qui seraient «préjudiciables» si elles venaient à être révélées au grand public. C'est d'ailleurs ce critère qui permet de les classer selon trois niveaux:

  1. «Confidentiel» s'applique aux informations dont la divulgation non autorisée pourrait causer des dommages «simples» à la sécurité nationale.
  2. «Secret» correspond à des dommages «graves».
  3. «Top secret» à des dommages «exceptionnellement graves».

Le grand micmac

Pour consulter les documents classifiés, nul besoin d'être président des Etats-Unis. Seuls les documents «top secret» sont réservés à une poignée d'officiels haut placés et font l'objet de précautions draconiennes. Pour vous donner un exemple, le briefing matinal du président sur le renseignement, qui fournit les données rassemblées par toutes les agences d'espionnage du pays, fait partie des secrets les mieux protégés des Etats-Unis.

Concernant les autres documents confidentiels, en revanche, la plupart des fonctionnaires de l'Etat sont autorisés à les consulter, voire à les manipuler. Le New York Times s'est chargé de nous décrire la procédure. Accrochez-vous.

Manipuler un document secret, mode d'emploi
Pour se procurer une information classée «Secret défense», il faut se munir de patience et d'une dérogation d'un supérieur - le président américain, par exemple.

L'impression du document, réalisée à l'aide d'une imprimante spéciale connectée à un serveur protégé, incombe à la «boutique de renseignements» de la Maison-Blanche. Celui-ci est ensuite assemblé dans un joli classeur, avant d'être glissé dans un contenant spécial, semblable à une mallette et pourvu d'une serrure. Pour s'assurer du bon suivi du matériel emprunté, une équipe de la boutique du renseignement est chargée de noter les principales informations à son sujet. Certains des documents déplacés sont également numérotés, afin de faciliter leur traçabilité.

L'assistant est ensuite convié à venir récupérer son document à la boutique, pour le transmettre ensuite à son supérieur - président, vice-président ou tout autre fonctionnaire de la Maison-Blanche.

Une fois la consultation terminée, l'assistant est chargé de remballer le précieux document dans le sac verrouillé et de le rapporter à la boutique, afin que le retour soit enregistré. Le classeur achève sa course dans un «sac à brûler» et détruit.

L'épineux problème du suivi des documents

Si les responsables de la boutique de renseignements se montrent très scrupuleux sur le suivi et la restitution des documents les plus sensibles - pour le reste, c'est plus compliqué.

En effet, aucune procédure n'oblige les fonctionnaires à enregistrer la création d'un nouveau document classifié. Un job aussi fastidieux qu'impossible, sachant que les informations contenant des informations classifiées deviennent automatiquement classifiées. (Par exemple, un e-mail mentionnant un document confidentiel devient également confidentiel. Oui, c'est méta. Vous suivez toujours?)

Le gouvernement se trouve donc dans l'incapacité absolue de suivre l'itinéraire de chaque «secret défense».

«L'égarement de documents classifiés est très courant et se produit tout le temps»
Tom Blanton, qui dirige les Archives de la sécurité nationale, à la BBC.

Entre les classeurs ballottés de droite à gauche et ceux qui se retrouvent mélangés aux informations «ordinaires» lors des réunions, le risque de perte est inévitable. D'autant qu'il n'est pas rare que les documents soient conservés pendant des jours, voire des semaines, avant d'être rapportés à la bibliothèque des renseignements pour destruction.

Pour ce qui est du trimballage d'archives, les présidents américains sont des spécialistes: George Bush ou Ronald Reagan emportaient fréquemment du matériel avec eux. Sans oublier Donald Trump, qui délaissait le «marécage» de Washington presque tous les week-ends pour la Floride ou le New Jersey.

FILE - Former President Donald Trump's Mar-a-Lago club is seen in the aerial view in Palm Beach, Fla., Aug. 31, 2022. A federal appeals court has halted an independent review of documents seized  ...
Le manoir de Mar-a-Lago, où Trump aurait entreposé des cartons de données ultra-sensibles durant son mandat.Image: sda

Peu de chefs d'Etat, toutefois, ont emporté des dossiers avec autant de régularité que Joe Biden, note le New York Times. L'actuel président des Etats-Unis s'envole systématiquement chaque vendredi pour son fief de Wilmington, dans le Delaware - avec, dans ses bagages, un paquet de données sensibles.

Le problème de la surclassification

Last but not least: la tendance à «surclassifier» les données par les employés de la sécurité nationale, par peur de se voir reprocher de ne pas les avoir suffisamment protégées. Alors que, dans «90% des cas», la classification s'avère injustifiée, selon Elizabeth Goitein, experte de la sécurité nationale, sur la chaîne MSNBC.

Résultat de cet instinct de survie bureaucratique? Pas moins de 50 millions de documents sont classés confidentiels chaque année. Un cauchemar pour l'administration américaine.

Le fléau est tel que, depuis 2020, les archives nationales se sont dotées d'un comité de «déclassification» pour accélérer la publication d’informations autrefois sensibles. Objectif: améliorer la transparence du gouvernement, réduire les coûts nécessaires à la sécurisation d’un tel volume de données - et, surtout, éviter les pépins judiciaires.

En vertu de (très) nombreuses législations, notamment sur l'espionnage, une manipulation hasardeuse des documents confidentiels est punie par la loi.

FILE - This image contained in a court filing by the Department of Justice on Aug. 30, 2022, and redacted by in part by the FBI, shows a photo of documents seized during the Aug. 8 search by the FBI o ...
Une partie des documents saisis lors de la perquisition en août par le FBI chez Trump, dans sa propriété de Mar-a-Lago.Image: AP Department of Justice

Si les répercussions d'une mauvaise gestion des documents classifiés s'avèrent souvent plus politiques que criminelles, elles peuvent coûter très cher. Hillary Clinton le sait mieux que quiconque: l'affaire des emails protégés, envoyés sur un serveur personnel, lui avait coûté la présidence des Etats-Unis.

Joe Biden tombe de son vélo
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
1 Commentaire
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
1
Gaza: «les agences de l'Onu doivent opérer sans entraves», rappelle le G7
Suite à l'attentat perpétré par le Hamas contre Israël le 7 octobre 2023, l'Etat hébreu a riposté et mène une attaque brutale contre la bande de Gaza. Voici les dernières infos.
L’article