DE | FR

Sofagate: le Parlement européen exige la fin des «querelles»

Bild

Image: APA/EUROPEAN COMMISSION

Le Parlement européen a demandé à Charles Michel, président du Conseil européen, de mettre un terme aux querelles qui ont suivi la polémique protocolaire du «Sofagate».



Les groupes politiques du Parlement européen ont sommé mardi les deux dirigeants des institutions de mettre un terme à leur dispute après l'incident protocolaire d'Ankara. Et de trouver une solution pour parler d'une seule voix sur la scène internationale.

La présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen et le président du Conseil européen Charles Michel avaient été convoqués par les présidents de groupe pour leur présenter le bilan de leur mission à Ankara le 6 avril et de s'expliquer sur la polémique protocolaire qui les oppose.

Un participant, sous couvert de l'anonymat, a rapporté:

«Le président du Conseil a réitéré ses regrets publics et a insisté sur l'unité de l'UE et l'esprit d'équipe»

Quant à Mme von der Leyen, elle a expliqué avoir été mortifiée par cet incident en tant que femme et en tant que présidente de la Commission.

Trouver une solution

Les chefs de groupe du Parlement ont demandé aux deux dirigeants de soumettre à leur assemblée une proposition de solution pour qu'un tel incident ne se reproduise plus.

«Nous attendons de nos dirigeants qu'ils forment un front commun, nonobstant le protocole, lorsqu'ils représentent l'UE dans le monde», a averti l'Allemand Manfred Weber, président du Parti populaire européen (PPE, droite pro-européenne), la famille politique de Mme von der Leyen.

Les hommes occupent les fauteuils

La préséance donnée à Charles Michel lors de leur réunion le mardi 6 avril à Ankara avec le président turc Recep Tayyip Erdogan a constitué un affront pour Ursula von der Leyen. La présidente de la Commission avait été placée sur un divan, tandis que Charles Michel et le président Erdogan prenaient place dans les deux seuls fauteuils disponibles.

Les présidents des groupes politiques ont exprimé des craintes sur l'approche d'une reprise «progressive, conditionnelle et réversible» de la coopération avec Ankara en réponse à la volonté d'apaisement montrée par le président turc après une année de tensions.

Plus d'articles «International»

L'Italie ordonne la vaccination à ses soignants

Link zum Artikel

Les témoins du meurtre de George Floyd racontent l'horreur

Link zum Artikel

Le Royaume-Uni semble s'être débarrassé de l'hésitation vaccinale

Link zum Artikel

L'Etat de New York légalise la weed

Link zum Artikel

En Biélorussie, l'opposition appelle à nouveau à manifester

Link zum Artikel

5 questions que pose le fameux passeport vaccinal

Link zum Artikel

L'homosexualité reste un «péché» pour le Vatican

Link zum Artikel

Le vaccin local sera nécessaire pour entrer en Chine

Link zum Artikel

La Suisse aussi prend des risques avec la vaccination

Link zum Artikel

L'Europe met fin à la fuite de l'indépendantiste catalan Puigdemont

Link zum Artikel

Licenciements chez Swiss: «On s'y attendait»

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

Cela pourrait aussi vous intéresser:

Et si vous nous racontiez votre première année Covid?

Link zum Artikel

Quel skieur es-tu ?

Link zum Artikel

Les gouvernements vont-ils devoir payer pour leur insouciance climatique?

Link zum Artikel

«Les notes vocales, c'est un truc d'égoïste»

Link zum Artikel

Sortir de nos canapés a fait du mal à Netflix

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

Svetlana Tikhanovskaïa: «Bien sûr, je crains pour ma vie, mais c'est mon destin»

La dirigeante en exil de l'opposition démocratique de Biélorussie est en Suisse, invitée du FIFDH avant Berne mardi, où elle ne sera pas reçue par le Conseil fédéral. Interview sur fond de répression féroce à Minsk.

Où en est la révolution en Biélorussie ? On a l'impression que, sept mois après le début du mouvement suite à l'élection truquée du 9 août 2020, la vague de contestation s'éteint au fur et à mesure que la répression du dictateur Loukachenko s'accentue.Svetlana Tikhanovskaïa: Le régime a jeté des milliers de personnes en prison, dans l'arbitraire le plus absolu. Je vais vous donner une anecdote. Vous savez ce que font les gens, quand ils sortent de chez eux le matin ? Ils emportent …

Lire l’article
Link zum Artikel