International
Le Milkshake

Trump a raccroché au nez de Kim Kardashian

Saviez-vous qu'en 2017, Trump a interrompu un briefing de la CIA à propos de l'Afghanistan pour commander des milkshakes?
Saviez-vous qu'en 2017, Trump a interrompu un briefing de la CIA à propos de l'Afghanistan pour commander des milkshakes?
Le Milkshake

Donald Trump a raccroché au nez de Kim Kardashian

En 2018, Kim K. est parvenue à faire gracier une trafiquante de drogue. Mais le président Trump lui a demandé un drôle de service en échange. Ce fiasco est révélé dans un bouquin sorti ce mardi, parmi d'autres révélations qu'on vous raconte ici. Attachez vos ceintures.
14.11.2023, 16:5414.11.2023, 19:30
Suivez-moi
Suivez-moi
Plus de «International»
Le Milkshake... what the hell?!
De la présidentielle 2024 aux déboires judiciaires de Donald Trump, la démocratie américaine a le feu au cul. Pour vous raconter au mieux ces petites et grandes américaneries, Marine et Fred vous serviront régulièrement un bon gros Milkshake bien frais. Un concentré de fast news comme seule l'Amérique sait nous en fourguer.

🌑 L'affaire avait fait un sacré tintamarre. Alice Marie Johnson, condamnée à la perpétuité en 1996 pour trafic de cocaïne (entre autres), est bruyamment graciée par Donald Trump himself. Nous sommes le 6 juin 2018, Alice, 63 ans à l'époque, est libérée et Kim Kardashian crie victoire. C'est la star qui a permis ce coup de force (et de projecteur), après avoir négocié avec le président en one to one dans le Bureau ovale.

Image

Durant les semaines qui suivaient l'événement, les médias américains s'en sont donné à coeur joie pour décortiquer les dessous de cette rencontre improbable. On disait notamment que Trump s'en fichait pas mal de la célèbre influenceuse, mais qu'un coup aussi médiatisé pouvait lui ouvrir les portes d'un électorat afro-américain inatteignable.

Pour réussir une telle prouesse, Madame Kardashian a bien sûr fait chauffer son carnet d'adresses. Et, surprise, c'est son lien avec la «petite princesse» de Donald, sa fille Ivanka, qui fit grandement accélérer les choses. Son mari, Jared Kushner, alors haut conseiller du beau-père à la Maison-Blanche, bossait précisément sur la réforme carcérale. Deux coups de fil est c'était plié. Même si le Tout-Hollywood, passablement anti-Trump, a pesté contre ce qu'ils considéraient comme le «baiser du diable». Kim n'en avait cure.

«J'irais voir n'importe quelle personne qui a le pouvoir de changer la vie de quelqu'un»
Kim K. face aux critiques.
WASHINGTON, DC - JUNE 13: Kim Kardashian West speaks as U.S. President Donald Trump listens during an East Room event on “second chance hiring” June 13, 2019 at the White House in Washington, DC. Pres ...
Le bon vieux temps?Getty Images North America

Tout est bien qui finit bien?

Of course not!

Car si Donald Trump a bien voulu jouer le coup de (la) grâce présidentielle pour Alice Marie Johnson, c'est qu'il attendait un retour d'ascenseur de l'ex-femme de Kanye West. Une petite compensation, quoi. Oh, non, ce n'est pas ce que vous croyez: le milliardaire, dans un doux moment de faiblesse sportive, aurait demandé à Kim de convaincre quelques stars... de la NFL de passer le voir à Washington, comme ça, à la fraîche, histoire de frimer un peu.

Hélas, et malgré toute la bonne volonté de la businesswoman bankable, tous les joueurs ont décliné l'invitation, jugeant Trump «toxique». Cette histoire, c'est le journaliste américain Jonathan Karl qui la raconte, dans le troisième tome de sa trilogie sur Trump, intitulé Tired of Winning: Donald Trump and the End of the Grand Ole Party et qui est sorti ce mardi.

«Kardashian a en fait essayé de faire ce que Trump exigeait, considérant cela comme un petit prix à payer pour obtenir justice pour des personnes qui, selon elle, purgeaient des peines injustes. Mais tous les joueurs qu'elle a contactés ont refusé. Au cours des deux dernières semaines de sa présidence, personne ne voulait être à ses côtés.»
Jonathan Karl, cité par le média Axios.

Mais attendez, ce n'est pas terminé. Quelques mois après l'élection de Joe Biden, convaincue qu'avec Donald c'était encore l'amour fou, Kim Kardashian aurait contacté sa garde rapprochée de Mar-a-Lago pour «un autre appel à la clémence».

Mauvaise idée...

«Quoi? Vous avez voté pour Biden et maintenant vous venez me demander une faveur?»
Donald T. au bout du fil avec Kim K.

Quand soudain:

«Après quelques échanges, la ligne a été coupée. Trump lui avait raccroché au nez»
Le journaliste Jonathan Karl dans son livre Tired of Winning.

Mardi, les porte-paroles du candidat républicain se sont empressés de réagir aux propos révélés dans le bouquin: «Cette saleté de fiction mérite qu'on l'utilise comme PQ!» De quoi torcher pour de bon la belle amitié de Kim et d'Ivanka? Pas le moins du monde! Les deux quadras se fréquentent comme jamais, et pas plus tard qu'il y a trois semaines, lors de la sauterie d'anniversaire de la star. (Une fête dans laquelle Marine aurait adoré fourrer son nez, mais… chut.)

Image
instagram de kim kardashian

Ah, les daddy issues...

***

La conspiration du jour

Toujours selon le bouquin du journaliste d'ABC News, on apprend que Donald Trump n'est pas seulement un pourvoyeur de théories fumeuses, mais une pauvre victime. En 2021, bien après sa défaite face à Joe Biden, le mauvais perdant est tombé violemment dans le panneau.

Un petit groupe de comploteurs d'extrême droite, proche du mouvement Qanon, a réussi à lui faire croire qu'il pourrait tranquillement réintégrer le Bureau ovale, à une date précise: le 13 août 2021. En quel honneur? «Des téraoctets de preuves seront révélés au monde, lors d'un symposium de trois jours organisé dans le Dakota du Sud, juste avant cette date», nous dit le bouquin.

«Ces données prouveraient des manipulations massives exécutées par des pirates informatiques chinois»
Voilà. Tout simplement.

En juin 2021, sur de son coup, Trump balance un communiqué de presse qu'il conclut par un mystérieux «2024 ou avant!». Titillé, Jonathan Karl décide de le joindre par téléphone, histoire de rassasier sa curiosité.

Image

Le journaliste:

«Vous ne pensez pas vraiment qu'il soit possible d'être réintégré avant les prochaines élections?»

Trump:

«Je ne vais pas vous expliquer, Jonathan, parce que vous ne le comprendriez pas ou ne l'écririez pas»

Bon, on comprend pourquoi Donald a marché dans la combine. A l'origine de cette fantastique conspiration, on trouve un ancien accro au crack, ultra-MAGA et puissant vendeur de coussins et de pantoufles: l'homme d'affaires Mike Lindell, surnommé «The Pillow Guy» (l'homme oreiller).

On ne peut pas faire plus fiable, franchement.

Image

C'est ce qu'on appelle une histoire à dormir debout.

***

L'assistant du jour

Johnny McEntee était l'homme à tout faire du président Trump. Celui qui le suivait à la trace, portait ses sacs et s'assurait que tous les employés de l'administration faisaient allégeance à son patron. On le surnommait d'ailleurs «The Body Guy», tant son omniprésence (physique) avait marqué les esprits.

White House aide John McEntee steps off Marine One at the White House, Sunday, March 19, 2017, in Washington. President Donald Trump, who is returning from a trip to his Mar-a-Lago estate in Palm Beac ...
«Attends-moi Donald!»Image: AP

Durant les derniers instants de la présidence du milliardaire, son cahier des charges a subi un vertigineux bouleversement. Comme on s'envoie un dernier verre avant de rentrer, Trump voulait se payer une dernière salve de politique étrangère avant de quitter la Maison-Blanche. Mais quoi? Et comment?

C'est là que McEntee entre en scène. Le jeune trentenaire rédigea une liste de tâches, sur laquelle figurait le retrait des troupes américaines d’Afghanistan, d’Irak, de Syrie et d’Afrique. Rien que ça.

Problème: non seulement McEntee ignorait comment rédiger un truc pareil, mais on lui a conseillé de «trouver un vieux mémorandum de décision présidentielle et de simplement le copier-coller». Une fois signé par Trump, ce document explosif s'est «retrouvé sur le bureau de Kash Patel, le nouveau chef de cabinet par intérim du secrétaire à la Défense». Un vent de panique s'est alors emparé des hautes sphères du Pentagone, nous révèle le livre de Jonathan Karl.

«C'est un faux morceau de papier exigeant une opération militaire par le président des Etats-Unis? C'est un faux, hein?»
L'ex-président des chefs d'état-major interarmées, le général Mark Milley, à notre assistant préféré.

Allez, on laisse le mot de la fin au journaliste d'ABC News, parce que c'est savoureux: «Dès que Donald Trump s'est rendu compte qu'un retrait de l'Afghanistan exigerait plus de travail que de demander à McEntee de griffonner une note, il l'a complètement abandonné».

Flemmard, va.

***

Le décès du jour

Maryanne Trump Barry, la soeur aînée de Donald, est décédée lundi dans la nuit, à l'âge de 86 ans. Vers 4 heures du matin, la police l'a retrouvée sans vie, dans son appartement de la Cinquième Avenue, après un appel d'urgence.

Donald Trump, Maryanne Trump, and Robert Trump during Opening of Donald Trump's Taj Mahal Casino - April 5, 1990 at Taj Mahal Hotel and Casino in Atlantic City, New Jersey, United States. (Photo  ...
Trois enfants Trump, Donald, Maryanne et Robert, en avril 1990.Image: Ron Galella Collection

Nommée par Bill Clinton en 1999, elle fut durant plus de vingt ans la juge principale à la Cour d’appel des Etats-Unis pour le troisième circuit. Maryanne a toujours été proche de son frère. Enfin... jusqu'au début de son mandat de président.

Parce qu'après...

«Ses putain de tweets, oh mon Dieu. Les mensonges, l'amateurisme... Putain de merde»
La soeur de Donald Trump, dans un enregistrement audio datant de 2019.
***

Voilà, c'est tout pour le Milkshake et... god bless ceux qui seront éradiqués si Trump est élu en novembre 2024:

«Je vais éradiquer les fascistes, les marxistes, les voyous de la gauche radicale qui vivent comme de la vermine»
Le 12 novembre, pile quand Marine Le Pen défilait contre l'antisémitisme, le candidat Trump faisait un discours effrayant durant la Journée des anciens combattants. Au moins, lui, on ne l'accusera pas de dédiaboliser son mouvement...
Ceci pourrait également vous intéresser:
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Kiev envoie des renforts à Tchassiv Iar ++ Poutine irrite la Corée du Sud
Suivez en direct les dernières infos sur la guerre de la Russie contre l'Ukraine et ses implications en Suisse ainsi que dans le monde.
L’article