larges éclaircies
DE | FR
Société
Interview

Surtourisme: «Le phénomène croît de manière perverse»

epa10745427 Tourists visit Acropolis amid high temperatures in Athens, Greece, 14 July 2023. Archaeological sites in Athens have closed for the public at 12.00 because of the heat. Extremely high temp ...
Dès septembre, la Grèce va réguler le nombre de visiteurs à l'Acropole d'Athènes. En mai, entre 14 000 et 17 000 personnes par jour étaient venues visiter le lieu. Une augmentation d'environ 70% par rapport à l'année précédente.Image: keystone/le figaro
Interview

«Le surtourisme croît de manière perverse»

En pleine période estivale, les vacances au bord de la mer ou dans de grandes villes sont le plan de nombreux vacanciers. Pourtant, face à l'afflux de visiteurs, certains pays ont pris des mesures drastiques: 2023 est-elle pire que les années précédentes? Entretien avec Anne-Sophie Fioretto, géographe.
30.07.2023, 16:3502.08.2023, 22:42
Suivez-moi
Plus de «Société»

A Portofino, en Italie, il est désormais interdit de s'arrêter dans certaines zones lorsqu'on se promène à pied, en raison d'une trop forte densité humaine. A Marseille, en France, l'accès aux Calanques se fait uniquement sur réservation, et le nombre maximum de personnes par jour est limité à 400 (contre 2500 à l'été 2021). A Majorque, en Espagne, les habitants qui vivent au-dessus de la plage de Cala del Moro ont écrit une lettre de protestation à la commune pour s'insurger du nombre de visiteurs.

Cet été, les initiatives se multiplient pour lutter contre le surtourisme – un terme apparu en 2010 environ, qui désignait à l'époque la saturation dans les villes de Venise, Amsterdam ou Dubrovnik. 2023 est-elle différente des années précédentes? Un retour en arrière est-il encore possible? Anne-Sophie Fioretto, géographe, spécialiste en études du tourisme et professeure à la HES-SO du Valais, nous éclaire sur ces questions.

Anne-Sophie Fioretto
Anne-Sophie Fioretto, géographe, spécialiste en études du tourisme et professeure à la HES-SO du Valais.Image: HES-SO

La situation est-elle vraiment pire cette année?
Anne Sophie Fioretto: Le surtourisme n'est pas nouveau. Ça fait longtemps que certaines villes ou lieux historiques sont asphyxiés. Deux problèmes majeurs sont, toutefois, récemment apparus. Premièrement, la pandémie: les gens veulent rattraper ce qu'ils ont manqué durant cette période. Ils ont une soif de découverte et d'échanges, et disposent d'un budget qui leur permet de voyager plus souvent et plus loin. Secondement, la population a grandi, mais les territoires ne sont pas extensibles – et les lieux touristiques encore moins.

«Il y a donc une concentration de personnes sur des lieux qui sont très performants dans l’industrie touristique, car ils savent se vendre»
Anne-Sophie Fioretto, géographe, spécialiste en études du tourisme et professeure à la HES-SO du Valais

La France ou l'Italie ont récemment pris des mesures pour limiter l'afflux de touristes. Y a-t-il une prise de conscience plus forte actuellement?
Cela fait plusieurs années déjà que divers sites ou destinations touristiques ont constaté ce problème. Les villes de Barcelone, de Dubrovnik ou encore le Machu Picchu, pour ne citer que quelques exemples, ont adopté des mesures de restrictions depuis longtemps. Mais le phénomène croît de manière perverse et il y a effectivement un ras-le-bol général et une prise de conscience, notamment par rapport aux effets néfastes de nos déplacements sur l'environnement.

«Aujourd'hui, il y a une volonté de retrouver un équilibre, une belle qualité de vie sur place – pour les locaux, comme pour les touristes»

Ces restrictions sont-elles efficaces?
Lorsque de telles mesures sont prises, cela signifie que nous sommes déjà dans des situations extrêmes, qu'on a dépassé le seuil de tolérance du lieu et qu'il faut revenir en arrière. A Rome par exemple, la capacité de charge de la ville a été dépassée. Les élus ont donc agi. Face à de tels scénarios, les municipalités ont une responsabilité.

«Continuer à développer le tourisme à outrance est un cercle vicieux qui impact durablement des ressources qui ne sont pas illimitées. Avec, pour conséquence, l'épuisement et la dégradation du lieu, sans retour en arrière possible.»

Réd: A Rome, il est désormais interdit de s'asseoir sur les marches de la place d'Espagne en été, par exemple.

Les réseaux sociaux ont-ils amplifié le surtourisme?
Oui, mais ce n'est pas le fond du problème. Certains pays, comme la Norvège ou la Finlande, ont mis en place des campagnes marketing pour caricaturer les influenceurs qui se prennent en photo devant des endroits «instagrammables». Aujourd'hui, nous sommes obligés de faire passer ce genre de message et de réfléchir au rôle des influenceurs sur l'affluence dans certaines destinations.

Un retour en arrière est-il possible?
Oui. En informant les gens, en mettant en place des actions concrètes qui favorisent une meilleure gestion des flux touristiques, en expliquant aux visiteurs pourquoi on limite l'accès à certains endroits, on arrivera peut-être à une prise de conscience plus large et à des changements de comportement. Par exemple, des employeurs proposent désormais aux employés qui souhaitent voyager en train des jours de congé supplémentaires. A force d'initiatives de ce type et de responsabilité individuelle, un rééquilibrage est éventuellement possible.

Limiter le nombre de visiteurs aurait cependant des conséquences négatives sur l'économie locale?
Evidemment. Si une régulation s'opère, des emplois vont disparaître, et d'autres vont se créer. Le tourisme est un système complexe, avec une multitude d'acteurs qui interagissent. Si le business modèle évolue de manière positive – en s'adaptant aux changements nécessaires –, le cercle sera vertueux. Par exemple, à Venise, pourquoi concentrer autant de bateaux sur une courte période? En fixant des quotas, le nombre de visiteurs pourrait rester le même, mais réparti tout au long de l'année. L'économie locale ne souffrirait pas et la ville serait désengorgée.

«Certains lieux sont, et resteront, symboliques. Il faut simplement être prêts à les découvrir à d'autres périodes de l'année»
Anne-Sophie Fioretto, géographe, spécialiste en études du tourisme et professeure à la HES-SO du Valais

Partir hors saison, opter pour le slow tourisme. Ces idées sont bonnes... sur le papier! Mais nombreux sont ceux qui préfèrent partir durant l'été au bord de la mer, et qui aiment visiter de grandes villes. Peut-on réellement modifier notre manière de voyager?
Si certains endroits vous font rêver, allez-y! Selon moi, les discours moralisateurs sont contre-productifs sur le moyen terme.

«Des touristes, il y en aura toujours, et heureusement. Si on ne peut plus déconnecter, on va tous crever. Il faut qu’on continue à s'émerveiller, à découvrir de nouveaux lieux»

En revanche, si vous souhaitez vous responsabiliser, pensez par exemple à la manière de vous rendre sur place. Je ne dis pas qu'il ne faut pas prendre l'avion; ce discours est hypocrite, car avons besoin de ce moyen de transport et nous savons qu'il n'est pas durable. D'ailleurs, ce n'est pas ce qu'on lui demande.

Ces solutions paraissent parfois compliquées à mettre en place, notamment par manque de temps. Ce n'est qu'une impression?
Non, c'est la réalité. Certaines destinations sont sélectionnées parce qu'elles se réservent en quelques clics – grâce à Easyjet ou à Airbnb, notamment – et qu'il y a tout sur place: la culture, les paysages, les visites. Nous sommes aussi inondés de guides de voyages ou de publications qui conseillent «les dix meilleures villes d'Europe» ou «Lisbonne en un week-end».

«Il faut avoir le temps – ce que nous n'avons plus aujourd'hui – et l'envie d'aller chercher des endroits cachés, insolites»

Dernière question: est-ce que vous partez en vacances cet été?
J'ai deux semaines de vacances entre juillet et août. J'hésite entre faire la traversée du Portugal – tout en sachant qu'il y aura du monde – ou à rester ici. Je prends le temps de comparer les destinations, de réfléchir à comment me déplacer. J'essaie de dormir chez des amis. J'aimerais me rendre dans mon lieu de dépaysement en ayant bonne conscience.

«Nous avons tous besoin de vacances»
Les incendies qui frappent le sud de l'Europe cet été 2023
1 / 15
Les incendies qui frappent le sud de l'Europe cet été 2023
Sur l'île de Rhodes, en Grèce.
source: sda / petros giannakouris
partager sur Facebookpartager sur X
Copin comme cochon: les hippies à Ibiza
Video: watson
Je me suis fait retirer l'utérus et c'était un calvaire
Cela fait presque quatre ans que je n'ai plus d'utérus et je suis très heureuse depuis. Mais le chemin pour y parvenir n'a pas été simple, car si je peux me faire augmenter la taille des seins ou épiler tous les poils du corps au laser, lorsqu'il s'agit de ma capacité à enfanter, je n'ai apparemment plus le droit de décider par moi-même. Et ce même si je souffre.

La plupart des gens savent que donner naissance n'est pas un jeu d'enfant, en particulier pour le corps. Mais qui s'imagine réellement les nombreuses conséquences? Par exemple, l'utérus et la vessie peuvent glisser quelques étages plus bas parce que le plancher pelvien s'est «dégonflé».

L’article