Société
Films

Willly Wonka: la sombre vérité derrière le personnage de Dahl

Tyrannique, raciste, sadique: le personnage de Willy Wonka imaginé par Roald Dahl est loin d'être aussi doux que ses friandises.
Le personnage de Willy Wonka est loin d'être aussi doux que ses friandises.watson

Tyrannique, raciste, sadique: voici le «vrai» Willy Wonka

Derrière la bouille angélique de Timothée Chalamet se cache un terrifiant personnage de roman, né dans l'esprit du sulfureux Roald Dahl. Du généreux père de famille à l'esclavagiste sadique, retour sur l'évolution d'un savant fou pas tellement «2023 compatible».
13.12.2023, 18:5814.12.2023, 07:56
Suivez-moi
Plus de «Société»

Le héros de ma petite enfance est un sadique, doublé d'un esclavagiste et d'un malade mental. J'ai nommé Willy Wonka, confiseur excentrique et figure principale du roman Charlie et la Chocolaterie. Un génie diabolique et sugaraddict qui exploite sans vergogne des milliers d'esclaves dans sa fabrique de chocolat, tout en maltraitant, au passage, une poignée de jeunes enfants mal-élevés. Pas étonnant que je traîne, aujourd'hui, une peur phobique des petits êtres et un goût pathologique pour les desserts. Maman, si tu lis cet article, tout est de ta faute.

Mais assez parlé de moi. Si vous faites partie des curieux qui s'apprêtent à aller voir Wonka, le préquel sorti, ce mercredi, en salles, vous serez peut-être surpris par la version très édulcorée de ce Willy Wonka 2023, sous les traits d'un Timothée Chalamet candide et un peu naïf. Un personnage à mille lieux du monstre ironique et désabusé du roman de 1964.

D'ailleurs, voici notre critique, miam miam!

Et pourtant. Il se pourrait que le «Wonka-Timothée» au grand coeur qui accumule les cabrioles parisiennes ne soit pas si éloigné du Willy Wonka conçu lors de l'écriture de Charlie et la chocolaterie.

A l'origine, un type sympa et généreux

Eh oui! Il existe cinq versions du roman original de Charlie et la Chocolaterie. Seules quatre d'entre elles ont été conservées. La toute première est perdue. De ce premier jet, nous savons seulement qu'il retrace le tragique destin d'un petit garçon qui, en visitant une chocolaterie, tombe dans une cuve. Transformé en figurine comestible de chocolat, le malheureux est vendu dans un magasin, avant d'être dévoré par un autre enfant. Du Roald Dahl tout craché.

Sauf que, faute de faire rire le jeune neveu de l'écrivain, cette version a probablement fini à la poubelle.

Le Willy Wonka des romans, tel qu'imaginé par l'illustrateur Quentin Blake.
Le Willy Wonka des romans, tel qu'imaginé par l'illustrateur Quentin Blake.quentin blake

C'est sans compter sur Roald Dahl qui tient vraiment, vraiment, à son histoire de chocolaterie. L'écrivain se lance donc dans une seconde ébauche, entièrement centrée sur le personnage de Willy Wonka. Un confiseur génial qu'il décrit déjà comme muni d'un chapeau et d'une canne à pommeau. Sans oublier d'une liste d'inventions étonnantes - dont un chewing-gum qui ne perd jamais son goût.

«Dès le début, Wonka, l'inventeur, était au premier plan dans l'esprit de Dahl. Vous n’obtenez que l’essentiel de son personnage dans cette première version. Mais ce qui saute aux yeux, c'est son génie et sa gentillesse»
Steve Gardam, directeur du musée Roald Dahl, au Telegraph.

Autre différence fondamentale par rapport au Willy Wonka final: c'est un père de famille et il est marié. Un papa non seulement super sympa, mais aussi d'une générosité ostentatoire. Les portes de son usine de bonbons sont ouvertes à tous les curieux.

Timothée Chalamet incarne à la perfection la première version de Willy Wonka, gentil et généreux.
Timothée Chalamet incarne à la perfection la première version de Willy Wonka, gentil et généreux.

Un troisième essai, baptisé Charlie's Chocolate Boy, a fait beaucoup parler de lui. En 2017, la veuve de Roald Dahl, Felicity Dahl, confie à la BBC que le personnage principal de Charlie Bucket était censé être noir. Toutefois, lorsque l'écrivain fait parvenir son manuscrit à son agent littéraire, cette dernière l'enjoint à renoncer à la précision. Roald Dahl cède. Une décision que sa veuve qualifiera bien plus tard de «vraiment dommage».

En 1971, Gene Wilder est le premier à incarner le méchant et jubilatoire Willy Wonka.
En 1971, Gene Wilder est le premier à incarner le méchant et jubilatoire Willy Wonka.

Dans cette histoire, Charlie Bucket, toujours transformé en chocolat, est conduit chez Willy Wonka pour faire office de cadeau à son fils. Après avoir déjoué un vol dans la maison du fabricant, Charlie se voit récompenser avec une chocolaterie dans le centre-ville, le «Charlie's Chocolate Shop». On est encore loin des enfants malmenés.

Willy Wonka, l'esclavagiste

Au fil des versions esquissées par Roald Dahl, se dessine le profil du Willy Wonka. Le vrai. Un être dépourvu du charisme éclatant et bienveillant de son brouillon, plus rusé, sinistre et moralement ambivalent, isolé pendant dix ans dans sa fabrique, entouré de ses fidèles Oompa Loompas.

En 2005, au tour de l'acteur Johnny Depp de prêter ses traits à l'étrange fabricant de bonbons.
En 2005, au tour de l'acteur Johnny Depp de prêter ses traits à l'étrange fabricant de bonbons.

Enfin... pas tout à fait. Car, dans le tout premier roman publié en 1964, les «7384 hommes et femmes» qui triment pour lui sont en fait des pygmées noirs, importés d'Afrique par Willy Wonka.

Il faudra attendre six ans après la publication avant qu'une association pour les droits des Afro-américains ne tire la sonnette d'alarme. Six ans pendant lesquels le fait qu'une tribu soit trimballée dans des caisses d'emballage, sans visa, sans passeport, avant d'être enrôlée de force dans une usine pour être payée en nature, n'a pas choqué grand-monde.

En 1970, Roald Dahl, «sincèrement surpris et très ennuyé» par cette comparaison évidente avec la traite des esclaves, accepte d'apporter les modifications nécessaires à son livre. Les pygmées deviennent des Oompa-Loompas, des créatures à la peau «blanc rosé» avec des cheveux «châtain doré» et venus tout droits de «Loompaland», un pays fantastique et fictif.

Un tueur d'enfants

Ce qui n'empêche pas Willy Wonka de faire preuve d'un mépris abject pour ses ouvriers. Non seulement travailleurs asservis, les Oompa-Loompas deviennent aussi des sujets expérimentaux dans le développement de ses bonbons et chocolats - avec, souvent, des résultats horrifiants.

«Je l'ai essayé vingt fois dans la salle de test sur vingt Oompa-Loompas. Chacun d'entre eux a fini par devenir une grosse myrtille»
Dixit le tyrannique Willy Wonka, à propos de ses ouvriers, dans Charlie et la Chocolaterie.

Et puis, n'oublions pas le concept assez abject du ticket d'or imaginé par ce sadique de Willy Wonka. Offrir une visite de sa fabrique à d'affreux petits monstres, pour mieux les éliminer ensuite.

Or, Willy Wonka ne s'est pas contenté de se débarrasser des quatre enfants pourris de la version finale. Il y en aurait beaucoup d'autres, disparus dans des conditions tout aussi dramatiques, dans des chapitres supprimés.

En 2005 par exemple, le Times republie «Spotty Powder», disparu, car il sous-entend que Willy Wonka n'est pas seulement cannibale, mais nourrit également les enfants de leurs ennemis. Hmm. En 2014, The Guardian dévoile «The Vanilla Fudge Room», supprimé parce que «jugé trop sauvage, subversif et insuffisamment moral pour les esprits tendres des enfants britanniques il y a près de 50 ans». Et enfin, la même année, Vanity Fair publie à son tour un résumé de l'intrigue de «The Warming Candy Room», dans lequel trois garçons finissent par «éclater de chaleur», après avoir abusé des «bonbons chauffants».

Un grand nettoyage qui révèle l'ampleur de l'inhumanité du personnage de Willy Wonka. Un personnage aussi brillant qu'abject, qui a marqué notre enfance... parce que tellement jubilatoire.

Wonka – Bande Annonce Officielle (Vf)
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
La justice genevoise rattrape Omar Sy
La justice genevoise a condamné l'acteur français Omar Sy pour deux excès de vitesse commis l'été dernier.

L'acteur français Omar Sy a été condamné par le Ministère public genevois à une peine pécuniaire avec sursis pour deux excès de vitesse commis dans la cité du bout du lac en juillet 2023.

L’article