Société
Poutine

Poutine est-il psychopathe? Oui, selon un psychiatre américain

Tous les diagnostics ont été posés quant à la santé mentale de Vladimir Poutine.
Tous les diagnostics ont été posés quant à la santé mentale de Vladimir Poutine.image: keystone

«Poutine est un psychopathe» selon un éminent psychiatre américain

Depuis le début de la guerre, la santé mentale du maître du Kremlin est au cœur des interrogations: Vladimir Poutine est-il sain d'esprit ou susceptible d'anéantir le monde sur un coup de folie? James Fallon, neuroscientifique de l'Université de Californie, a formulé son diagnostic.
11.08.2022, 18:4012.08.2022, 10:12
Plus de «Société»

Sur les capacités mentales et physiques de Vladimir Poutine, tout a été dit, et tous les diagnostics posés.

Interrogé par le média russe indépendant The Insider, James Fallon, neuroscientifique américain et professeur au Département de psychiatrie et de comportement humain de l'Université de Californie, a livré son verdict personnel: pour lui, Poutine est un «cas typique de psychopathie».

Psychopathie: définition
James Fallon s'est basé sur la définition mise au point par son confrère, le psychiatre Hervey Cleckley, dans un ouvrage The Mask of Sanity en 1941: «Un psychopathe est une personne qui a l'air normale et fait tout pour entretenir cette illusion». Seul bémol: «Si vous regardez à la racine, les traits les plus profonds, tous les psychopathes ont une faible empathie émotionnelle. Ce sont des manipulateurs, des égoïstes, des agresseurs. Ils ne ressentent ni pitié, ni remords, ni culpabilité. Ils font preuve d'insensibilité et se positionnent au-dessus de tout.»

Psychopathe primaire ou secondaire?

Avant de se pencher plus précisément sur le cas du président russe, le Pr. James Fallon tient d'emblée à préciser la distinction entre les psychopathes dits «primaires» et les psychopathes «secondaires». Lesquels présentent des comportements toxiques similaires, mais leurs causes et contextes biologiques s'avèrent différents:

  • Un psychopathe primaire se forme entre sa naissance et l'âge de 2 ou 3 ans, par un processus génétique.
  • Un psychopathe secondaire (ou «sociopathe») présente une prédisposition génétique plus faible à ce trouble. Son comportement peut être causé par un abus émotionnel, physique, sexuel ou des intimidations, et il peut être, au moins, partiellement réversible.

Autre grande différence entre psychopathes primaires et secondaires? Un sociopathe est conscient de l'immoralité de ses actions, même s'il ne peut pas s'en empêcher, alors qu'un psychopathe est convaincu d'avoir raison et de faire ce qu'il faut.

«Les psychopathes vivent dans leur propre monde où ils croient en la justesse de toutes leurs actions. Il est inutile pour eux d'invoquer la morale comme argument. Ils développent leur propre idée de la bonté, qui peut être très différente des normes morales généralement acceptées.»
James Fallon, professeur au Département de psychiatrie de l'Université de Californie

Selon notre éminent spécialiste des troubles de la personnalité, Poutine appartient à la catégorie la plus dangereuse... c'est-à-dire les psychopathes primaires. «Poutine a connu une enfance difficile et plusieurs traumatismes dans sa vie d'adulte. Le plus évident étant l'effondrement de l'Union soviétique, qui a conduit, entre autres, à la création d'une Ukraine moderne et indépendante», analyse James Fallon.

«C'était comme le traumatisme du jeune Hitler lorsqu'il croyait que l'Allemagne avait été trahie à la fin de la Première Guerre mondiale»

«Poutine, comme Hitler, a révélé sa vraie nature, et il est devenu clair qu'il agit exactement comme un psychopathe, pas comme un sociopathe.»

Peut-on vraiment poser un diagnostic sur Poutine?
Malgré un constat qui semble tout plein d'assurance, James Fallon tient à faire preuve d'une relative prudence: «Vous ne pouvez pas simplement voir quelqu'un à la télévision et dire "c'est un psychopathe"», affirme-t-il. Pour sa part, le chercheur a étudié les faits et gestes du président russe durant de longues années avant d'oser formuler une analyse. Il a également longuement interrogé des personnes qui ont côtoyé Poutine de près, dont d'anciens dirigeants de l'Ukraine, des représentants des dirigeants de Russie, Tchétchénie, de Biélorussie et d'Allemagne.
James Fallon est un neuroscientifique américain. Il est professeur de psychiatrie et de comportement humain et professeur émérite d'anatomie et de neurobiologie à l'Université de Californie.
James Fallon est un neuroscientifique américain. Il est professeur de psychiatrie et de comportement humain et professeur émérite d'anatomie et de neurobiologie à l'Université de Californie. image: faz

Un «psychopathe discipliné»... jusqu'à maintenant

Pour le psychiatre, Poutine a longuement travaillé son image d'homme rationnel, calme et calculateur. Ces vingt dernières années, il était plus facile de prédire ses décisions... ce qui n'est plus le cas aujourd'hui: «Nous ne sommes plus face à un narcissique dominant au sang-froid et éloquent, en parfaite maîtrise de lui-même»

«Maintenant, il est clair qu'il ne se contrôle pas complètement, ce qui signifie qu'il est vraiment dangereux»

Point commun aux personnes atteintes de psychopathie: elles ont la capacité à pouvoir gérer beaucoup de choses, «mais une fois que le stress devient trop important ou trop long, elles se sentent acculées et perdent le contrôle d'elles-mêmes».

«Le psychopathe acculé commencera à se défendre de toutes les manières possibles. Et si vous appuyez trop fort, il explosera»

Impossible de prédire quand – et si – Poutine arrivera à ce stade. Mais à ce moment-là, «soit, il s'enfuira, soit, il voudra tout démolir et aller jusqu'au bout», prédit James Fallon. Maintenant, «il comprend les conséquences désastreuses pour lui-même et c'est pourquoi il est très isolé. Cela semble être un comportement irrationnel, mais en réalité, il ne fait que tester les limites, goutte à goutte, comme n'importe quel tyran testant la faiblesse de quelqu'un».

Comment faire, alors?

«Sur la base de mes connaissances en psychologie militaire, je pense qu'il vaut la peine de montrer à Poutine que l'Occident ne reculera devant rien», conclut le professeur.

Pour James Fallon, la meilleure tactique pour lutter contre les psychopathes est de maintenir la pression de manière progressive et constante, sans faire de mouvements brusques. Une technique d'approche qui pourrait prendre des mois, mais particulièrement importante pour le vaincre «sans provoquer de guerre nucléaire». (mbr)

Pour l'instant, le régime de Poutine s'en fiche de mes vidéos YouTube»
Video: watson
3 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
3
Partir en vacances en Afghanistan? «Je n'ai aucun problème éthique»
Le tourisme en Syrie, Yémen ou Afghanistan connaît un essor considérable ces dernières années, malgré les recommandations négatives des autorités. Dangereux? Controversé? Le fondateur d'une agence spécialisée et un Suisse adepte de ce type de voyages expliquent pourquoi cela ne leur pose aucun problème moral.

Des paysages à couper le souffle, parsemés de spectaculaires monuments anciens. Montagnes enneigées, vallées verdoyantes ou désertiques, châteaux, mosquées et antiques citadelles. On se croirait sur le site de n'importe quelle agence de voyages, si ce n'était pour les destinations proposées: Irak, Syrie, Yémen, Afghanistan. Des pays récemment, voire actuellement en proie aux troubles et à la guerre.

L’article