Sport
Commentaire

Roland-Garros: A vaincre sans péril, Swiatek a triomphé sans gloire

Iga Swiatek a déçu à Roland-Garros
Image: keystone
Commentaire

A vaincre sans péril, Iga Swiatek a triomphé sans gloire

La Polonaise a remporté samedi son quatrième Roland-Garros. Un titre auquel il manque les honneurs.
10.06.2024, 18:5110.06.2024, 23:59
Suivez-moi
Plus de «Sport»

Une heure et huit minutes. C'est le temps qu'il a fallu à Iga Swiatek pour venir à bout de Jasmine Paolini en finale de Roland-Garros.

Ce match est en fait à l'image de son tournoi. La numéro 1 mondiale se voulait pressée. C'est ainsi qu'en quart de finale, elle n'a fait qu'une bouchée de Marketa Vondrousova. Au tour précédent, elle avait déjà infligé un double-bagel en 40 minutes à la pauvre Anastasia Potapova.

Corneille consignait dans Le Cid, «A vaincre sans péril, on triomphe sans gloire». Il est tentant de résumer le parcours de la Polonaise à cette citation, quand bien même Swiatek n'a pas à s'excuser d'être la plus forte.

Nous préfererions néanmoins nous abstenir, d'autant qu'en ce Roland-Garros 2024, Iga Swiatek a souffert. Une seule et unique fois, lors du deuxième tour le plus complexe de sa jeune carrière. Elle a alors trouvé en Naomi Osaka une joueuse capable de frapper la balle plus fort. Menée 5-2 dans la troisième manche, Swiatek n'était pas loin de sortir par la petite porte.

C'est là qu'elle a puisé dans ses ressources et affirmé son caractère. La numéro 1 mondiale est ressortie grandie de ce match. Elle a triomphé avec les honneurs, du moins jusqu'à cette interview d'après-match, déplacée.

La Polonaise s'est en effet empressée de sermonner le public parisien, bruyant durant certains échanges. Ce même public qui venait de s'enthousiasmer durant des heures devant elle.

On ne peut pourtant pas demander aux spectateurs de garder le silence lorsqu'un point de l'ordre de l'irréel est disputé. Nous placerons donc ce discours sur le compte de l'émotion. Après tout, Iga Swiatek n'est pas habituée à disputer des parties aussi relevées. Nous excuserons la joueuse, plus à même de conclure en deux coups plutôt que de soulever les foules par de longs rallys. Nous tairons enfin ses arguments, ceux de l'argent et des gains en tournoi, inappropriés, quand Naomi Osaka, plus expérimentée, n'a pas été dérangée par l'euphorie.

Les propos de la Polonaise sont d'autant plus regrettables qu'ils sont survenus en pleine polémique. La veille, David Goffin avait été insulté par le public du court n°14, alors qu'il jouait contre le Français Giovanni Mpetshi Perricard. Un chewing-gum lui avait même été jeté au visage - une situation intolérable. Des parallèles ont très vite été faits entre les deux matchs alors que le duel Swiatek-Osaka n'avait rien de malsain.

Il aurait été préférable de voir la numéro 1 mondiale reprocher la très faible affluence de son match plutôt que des clameurs indomptables. Cette partie, disputée en fin d'après-midi sur le Chatrier, et littéralement boudée par le public, était pourtant la plus exquise de la saison. Une petite pique en ce sens n'aurait pas été de refus.

Swiatek a choisi un autre combat et elle s'est trompée. Dans ce contexte, il aurait également été plus judicieux de déplorer la programmation de la rencontre. Un tel match - impliquant des joueuses cumulant huit titres en Grand Chelem - méritait certainement une place en night session. Mais à la première occasion, la Polonaise a préféré balayer d'un revers de main.

«Je suis désolée de dire cela, mais je m’en moque. Moi, j’aime jouer pendant le jour, pendant la journée, donc je suis tout à fait à l’aise, et ça me convient d’avoir cette programmation avec cette rotation‐là»
Iga Swiatek, plus tard en conférence de presse

Les femmes n'ont pas été conviées en soirée cette année à Roland-Garros. Pas une seule fois en onze opportunités, une décision déplorable pour le tennis féminin. La numéro 1 mondiale, en tant que digne représentante des joueuses, aurait dû s'en offusquer autant qu'Ons Jabeur. Il n'en a rien été.

Iga Swiatek, formidable terrienne, a vaincu sur les courts sans péril - impossible de lui en tenir rigueur. Elle avait malgré tout l'opportunité de triompher avec gloire. Elle s'est trahie par ses déclarations et ses positions.

Plus d'articles sur le sport

Montrer tous les articles
Le séisme qui a frappé Taïwan en images
1 / 16
Le séisme qui a frappé Taïwan en images
Un puissant séisme a frappé Taïwan mercredi 3 avril 2024.
source: sda / daniel ceng
partager sur Facebookpartager sur X
Combien payez-vous en assurance-maladie? Des Romands répondent
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
La première image de Mbappé depuis sa fracture du nez
Le capitaine des Bleus s'est entraîné mercredi avec ses coéquipiers de l'Equipe de France. On le voit pour la première fois depuis sa blessure.

Le footballeur français Kylian Mbappé s'est entraîné mercredi avec l'Equipe de France. Il portait un bandage sur son nez, fracturé moins de 48 heures plus tôt lors du premier match des Bleus face à l'Autriche dans cet Euro 2024.

L’article