Sport
Noël

Faire du sport avec une gueule de bois? Nos 5 conseils

Image
image: keystone/shutterstock

Faire du sport après une cuite oui, mais pas n'importe comment

Une soirée de la veille très arrosée, ça risque de vous arriver quelques fois en cette période de fêtes. Alors oui, vous pouvez faire du sport le lendemain pour vous remettre en forme, mais il faut veiller à prendre quelques précautions.
25.12.2021, 08:0525.12.2021, 22:04
Suivez-moi
Plus de «Sport»

Chaque année à Noël, c'est pareil. Vous vous jurez de ne pas abuser des petits pains à l'ail et canapés aux crevettes à l'apéro. 5 minutes à peine après l'arrivée des plats sur la table, votre bonne résolution est déjà partie en miettes. Histoire de compenser, vous vous dites que vous serez plus raisonnable avec l'alcool. Autant dire que c'est un fiasco.

Vous enquillez les verres de blanc, puis le rouge. Impossible de résister au petit digestif proposé par tonton Gilbert. Et puis, la catastrophe. Le Gin tonic de trop. Celui qui va vous cogner la tête comme jamais le lendemain matin. Dans l'un de vos très rares moments de lucidité, vous avez une illumination: «J'irai faire du sport pour évacuer tout ce cheni!» Alors oui, pourquoi pas. Mais à certaines conditions:

S'hydrater avant d'aller dormir

«On dit que le corps élimine 1L d’eau pour 4 verres d’alcool», explique Pascal Douek, médecin du sport, au média Elle. Pas besoin de vous faire un dessin: après votre folle soirée, vous êtes déshydratés. Et avant de pratiquer une activité sportive, c'est catastrophique. En plus de l'inconfort des maux de tête, vous risqueriez de mettre votre santé en danger. Alors anticipez et buvez beaucoup d'eau avant d'aller vous coucher, histoire d'être un peu moins dans les vapes au moment du réveil.

GIF animéJouer au GIF

Sascha Wingenfeld, du site spécialisé en conseils sportifs Runtastic, va même un peu plus loin, en suggérant de compléter l'hydratation avec des fruits ou des tablettes de magnésium, de calcium ou de potassium. Et le lendemain matin – idéalement après 7-8 heures de sommeil pour reposer votre corps et votre esprit – rebelote:

«Si vous vous êtes tout simplement écroulé sur votre lit, commencez la journée en buvant beaucoup d’eau, de thé ou un grand verre d’eau chaude avec du gingembre ou du citron afin de compenser»
Sascha Wingenfeld, de Runtastic

Ne pas mettre d'intensité

Ne vous leurrez pas: vous ne réaliserez jamais vos meilleures performances sportives un lendemain de cuite. Alors évitez de tenter le diable. Du coup, prévoyez plutôt une séance de stretching ou une petite marche (en raquettes par exemple, c'est de saison!). Les plus courageux pourront opter pour une session de jogging tranquille. Objectif de toutes ces activités: bouger pour éliminer l'alcool et se sentir mieux, mais sans y mettre trop d'intensité. Idéalement entre 30 et 40 minutes maximum.

GIF animéJouer au GIF

Forcer avec un corps et une attention aux capacités limitées, c'est aussi risquer les blessures. Sans parler des muscles, encore anesthésiés par l'alcool, qui deviennent moins sensibles à la douleur. «On a vite fait de dépasser ses limites sans s'en rendre compte et d'atteindre un point de rupture sans y avoir prêté attention», tranche Gilles Mondoloni, médecin du sport, sur le site web de Madame Figaro. Donc allez-y mollo, compris?

Faire un bon échauffement

C'est la règle avant chaque activité sportive, et ça l'est d'autant plus après une soirée bien arrosée. Le médecin du sport Pascal Douek est très clair:

«Sans échauffement, toutes les conditions sont réunies pour se blesser, faire un malaise ou, si on a une mauvaise condition physique, risquer une complication cardiaque. L’alcool est un poison pour les muscles et les tendons»
Pascal Douek, médecin du sport, dans Elle

Son confrère, le Dr Mondoloni, pointe lui aussi les dangers si on ne s'échauffe pas correctement, en ayant une gueule de bois: «Les muscles n'étant pas alimentés de façon normale, on augmente les risques de tendinites et de claquages».

Une image ne vaut-elle pas mille mots? Allez, c'est cadeau! ⬇️

GIF animéJouer au GIF

Aller à l'extérieur

Rien de tel que de respirer le bon air frais hivernal pour se régénérer. Aussi bien le corps que la tête. Et en Suisse, on a de la chance: ce ne sont pas les endroits pour le faire qui manquent. Attention quand même: certains d'entre eux offrent une si belle vue, au point de vous couper le souffle. Pas très pratique quand on est justement venu chercher de l'oxygène...

Pas dégueu, hein!

Image
Image: Shutterstock

Blague à part, sortir vous permettra aussi de faire le plein de vitamine D grâce au soleil. Désolé pour les habitants d'Yverdon et Bienne, on ne peut rien pour vous sur ce coup-là...

Trouver des autres motivés

Ce dernier conseil est réservé à ceux qui aiment tout le monde après quatre Spritz. Rassurez-vous, vous pourrez de nouveau serrer Fabrice et Marine dans vos bras le lendemain matin. Exactement comme vous l'avez fait aux alentours de 2h45, en train de vous égosillier sur Les Lacs du Connemara. Cette fois, ça ne sera pas pour leur dire à quel point vous les kiffez, mais plutôt pour reprendre votre deuxième souffle après 1km de marche rapide.

Même si le moment est gênant, vous ne regretterez pas d'avoir convaincu vos amis de venir bouger avec vous. Parce que le sport à plusieurs, c'est clairement plus fun et plus facile. Prudence quand même: veillez à garder un rythme qui vous convient. Parce que si c'est pour «exploser» en essayant de suivre quelqu'un, l'activité sportive sera contre-productive.

Vous doutez encore de l'efficacité du collectif? Alors regardez cette merveille de sirtaki! Mais pas sûr que les danseurs, eux, ont fait couler le ouzo la veille...

GIF animéJouer au GIF
Des cadeaux de Noël inutiles mais indispensables
1 / 25
Des cadeaux de Noël inutiles mais indispensables
partager sur Facebookpartager sur X
Le blind test du vin: rouge ou blanc?
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Les équipes cyclistes vivent avec la peur
Les sponsors-titres contribuent en moyenne à 80% du budget d'une équipe du Tour de France, qui est donc dépendante des marques qui les soutiennent. Si celles-ci s'en vont, la menace de disparition est réelle.

La genèse du cyclisme professionnel au cours du XXe siècle coïncide avec l'adoption d'un modèle économique fondé sur le sponsoring. Entre 1930 et 1962 le peloton se répartit en équipes nationales sur les routes du Tour de France. Ce sont ensuite les sponsors qui prennent le relais à l'exception des tours 1967 et 1968. Les marques donnent alors leurs noms aux équipes. «La Vie claire» dans les années 1980, «l'US Postal» dans les années 2000 ou «la Sky» dans les années 2010 ont, pour diverses raisons, marqué l'histoire du sport.

L’article